Les
Chansons
 
TOUTES LES CHANSONS ÉCRITES ET/OU COMPOSÉES PAR VÉRONIQUE SANSON, ET TOUTES CELLES ENREGISTRÉES SUR SA PROPRE DISCOGRAPHIE.




Attention,
les pages de cette section ne fonctionnent pas avec Internet Explorer
 
 
 
instrumentale, musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
PLUSIEURS LUNES | album 2010
 
 
 
paroles & musique : Aristide Bruant
éditions Salabert

créée par Aristide Bruant vers 1890, elle a été reprises par de nombreux interprètes, depuis Eugénie Buffet, à l'époque de Bruant, jusqu'à Barbara,
en passant par Germaine Montero, Patachou ou Marc Ogeret.
Véronique n'a chanté que quatre des six couplets, dans une version fortement réarrangée en blues, enregistrée sur :

À L'OLYMPIA 89 | album public 1989 (version piano/voix)
SYMPHONIQUE SANSON | album public & vidéo 1990

À noter qu'elle l'a interprétée pour la première fois à l'occasion d'une émission de France Inter en 1985, accompagnée de son groupe de l'époque, en choisissant d'autres couplets.
C'est de d'la prison que j't'écris
Mon pauvre Polyte
Hier je n'sais pas ce qui m'a pris
À la visite
C'est des maladies qui s'voient pas
Quand ça s'déclare
N'empêche qu'aujourd'hui j'suis dans l'tas
À Saint-Lazare

Mais pendant c'temps-là, toi, vieux chien
Qué qu'tu vas faire ?
Je n'peux t'envoyer rien de rien
C'est la misère
Ici tout l'monde est décavé
La braise est rare
Faut trois mois pour faire un linvé
À Saint-Lazare

Vrai, d'te savoir comm'ça sans l'sou
Je m'fais une bile
T'es capab' de faire un sal' coup
J'suIs pas tranquille
T'as trop d'fierté pour ramasser
Des bouts d'cigare
Pendant tout l'temps que j'vas passer
À Saint-Lazare

Va-t-en trouver la grand' Nana
Dis-y que j'la prie
D'casquer pour moi, j'y rendrai ça
À ma sortie
Surtout n'y fais pas d'boniments
Pendant qu'je m'marre
Et que j'bois des médicaments
À Saint-Lazare

Et pis, mon p'tit loup, bois pas trop
Tu sais qu't'es teigne
Et qu'quand t'as un p'tit coup d'sirop
Tu fous la beigne
Si tu t'faisais poisser un soir ¹
Dans une bagarre
Y a pus personne qui viendrait m'voir
À Saint-Lazare

J'finis ma lettre en t'embrassant
Adieu mon homme
Malgré qu'tu soyes pas caressant
Ah, j't'adore comme
J'adorais l'bon Dieu comme papa
Quand j'étais p'tite
Et qu'j'allais communier à
Saint'-Marguerite.


¹ suivant les versions : Si tu t'faisais coffrer un soir
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
VÉRONIQUE SANSON (album blanc) | album 1985

figure également sur :
L'OLYMPIA 1985 | album public 1986
et en deux versions rares dans ET VOILÀ | coffret intégrale 2008 :
version piano/voix enregistrée pour RTL en 1992 (CD 22)
version acoustique enregistrée à Taratata en 1993 (DVD 3)

Parfois la nuit, quand tout se tait
Je fais des rêves bizarres
Dans l’ombre grise, mal réveillée
Je chasse les démons noirs
Et je pense aux souvenirs
D’une enfance oubliée
Où tous les rires, tous les sourires
Coulaient comme du lait
C’est bon, c’est toujours bon
C’est toujours aussi fort
La vérité d’un souvenir
C’est qu’il existe encore
J’ai oublié mes audaces
Mais mon cœur se rappelle
La belle confiance déjà tenace
Que m’inspirait un ciel si lourd
Si lourd

Je me souviens d’un vieux bonhomme
Qu’on appelait Plum’-Patte
Qui savait voir dans l’avenir
Nos vies futures et nos désirs
Il est mort sans rien nous dire
On était bien contents
J’ai pas voulu savoir d’avance
Le destin qui m’attend

Ainsi s’en va la vie
Dans l’air du temps
Comme par magie
Tout paraît évident
Tout vous semble important

Et le silence dans nos mémoires
Se brise et disparaît
Faisant place à un miroir
Que nul ne voudrait voir en vrai
Où personne n’oserait se voir
De peur d’être fané
La lacheté de cette histoire
C’est que tout le monde le sait

Ainsi s’en va la vie
Dans l’air du temps
Et la folie
Dérive doucement
Vers un monde évanoui

Petite, va chercher le pain
Surtout, ne t’arrête pas en chemin
Enfant, va chercher le vin
Oh pas chez celui-là, non
Chez l’autre
Tu sais bien
L’école c’est très bien
Il faut avoir un bagage en main
Il y a toujours un espoir
Et ta mère et moi
Pensons l’avoir
Pour toi

Ainsi s’en va vie
Dans l’air du temps
Ainsi se rit la vie

Je me demande si j’ai raison
Ou si la folie
Est entrée dans ma maison
Comme une litanie
Je voudrais pas qu’elle vienne maintenant
Si elle vient vraiment
Solitude à bon marché
Faudrait pas rêver

Après tout
C’est en nous que l’amour est né
Et c’est en nous qu’il dort
Il nous a tous hypnotisés
Et c’est nous qu’il mord
Avec douceur avec colère
Il nous fait faire en l’air
Tout un tas de tours imaginaires
Comme un acrobate

C’est pas marrant d’être acrobate
Quand on sait pas voler
C’est plus facile d’être automate
Qui peut pas penser
Qu’on peut casser en mille morceaux
Et puis tout balayer
Jeter le tout dans le caniveau
Et tout recommencer

Ainsi s’en va la vie
Ainsi s’en va le temps
Et la folie
Dérive doucement
Ainsi s’en va la vie
Ainsi s’en va le temps
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
LE MAUDIT | album 1974

figure également sur :
LIVE AT THE OLYMPIA | album public 1976
À L'OLYMPIA 89 | album public 1989
COMME ILS L'IMAGINENT | album public & vidéo 1995,
    en duo avec Michel Fugain
LE CIRQUE ROYAL DE VÉRONIQUE SANSON | album public & video 2012
Alia Soûza n’a que trois ans
Elle a l’habitude quand elle s’en va
De laisser mon cœur tout vide là
De laisser mon cœur tout vide là

Papa Soûza reste longtemps
Pêcher le corail du fond de l’eau
Qu’il lui donne le soir en cadeau
Qu’il lui donne le soir en cadeau

Quand il est revenu de mer
Elle a couru au port chercher son père
Et l’amour était
Au rendez-vous
Et son joli sourire
S’en va dans le sac de Soûza

Alia Soûza reste longtemps
Éveillée sous le soleil levant
Elle écoute parler les gens
Elle écoute parler les gens

Quand il est revenu de mer
Elle a couru au port chercher son père
Et l’amour était
Au rendez-vous
Et son joli sourire
S’en va dans le sac de Soûza

Alia Soûza n’a que trois ans
Elle a l’habitude quand elle s’en va
De laisser mon cœur tout vide là
De laisser mon cœur tout vide là

De laisser mon cœur tout vide là
De laisser mon cœur tout vide là
De laisser mon cœur tout vide là
De laisser mon cœur tout vide là
De laisser mon cœur tout vide là
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
MOI, LE VENIN | album 1988
ALLAH | CD single 1988 (en 2 versions)

La version originale, réalisée par Véronique et Dominique Bertram, ne figure que sur le CD single.
La seconde version, réalisée par Michel Berger, avec de légères variations de texte, figure sur l'album et le CD single.
Pour l’amour d’un homme
Elle avait quitté l’oued en automne
Elle était un peu folle
Elle ne craignait ni Dieu ni personne
Tout l’été
Ils se sont vraiment préparés
Tout l’été
Ils ont beaucoup voyagé

Elle était là debout
Sous le regard flou de son homme
Et dans sa robe rose
Elle avait mis des choses qui détonnent
Tout le monde dort
Et pourquoi, pourquoi pas elle ?
Tout le monde dort
Et pourquoi, pourquoi pas elle ?

Ô Allah
À quoi te sert d’avoir un nom ?
Pourquoi ce feu, ce tonnerre ?
Au nom de quoi fais-tu la guerre ?
Mais si c’est ça que tu veux
Tout le monde fermera les yeux

Et le camion explose ¹
Elle a donné sa vie pour ta cause
La mort est sur le sable
Te sens-tu mutilé dans ton âme ?
Tout le monde dort
Et pourquoi, pourquoi pas toi ?
Tout le monde dort
Et pourquoi, pourquoi pas moi ² ?

Ô Dieu ²
À quoi te sert d’avoir un nom ?
Pourquoi la faim ² , la misère ?
Si j’étais toi je serais pas fière
Mais si c’est ça que tu veux
Tout le monde fermera les yeux

Allah
À quoi te sert d’avoir un nom ?
Si tu as trois vœux à faire
Choisis-les bien parmi tes pairs
Mais si c’est ça que tu veux
Tout le monde fermera les yeux


fin de la première version :
À quoi te sert d’avoir un nom ?
Pourquoi la faim, la misère ?
Si j’étais toi je serais pas fière
Mais si c’est ça que tu veux
Tout le monde fermera les yeux

À quoi te sert d’avoir un nom ?
Si tu as trois vœux à faire
Choisis-les biens parmi tes pairs


fin de la « version Berger » :
À quoi te sert d’avoir un nom ?
Pourquoi ce feu ce tonnerre ?
Au nom de quoi fais-tu la guerre ?
À quoi te sert d’avoir un nom ?
C’est pour souiller le désert
Avec le sang versé pour

Allah
Pourquoi le feu et la misère ?
Prie pour la fin de la guerre
Délivre-les du mal

Allah
Pourquoi le feu et le tonnerre ?
Mais c’est de toi qu’on se sert
C’est en ton nom qu’on se bat

Allah
À quoi te sert d’avoir un nom ?
Pourquoi la faim, la misère ?
Si j’étais toi je serais pas fière
Mais c’est de toi qu’on se sert
Délivre-les du mal

Allah
À quoi te sert d’avoir un nom ?
Si tu as trois vœux à faire
Choisis-les biens parmi tes pairs
Et c’est de toi qu’on se sert
C’est en ton nom qu’on se bat

Allah
À quoi te sert d’avoir un nom ?...


¹ absent de la première version

² dans la version « Berger » :
pourquoi pas toi (les deux fois)
Allah au lieu de Dieu
le feu au lieu de la faim
paroles : Véronique Sanson
musique : Michel Fugain
éditions Shokaway Music / Piano Blanc

enregistrée par Michel Fugain sur :
BRAVO ET MERCI ! | album 2007

L'album du retour de Michel Fugain après une longue éclipse personnelle.
Il a demandé à cette occasion à ses collègues auteurs-interprètes de lui offrir chacun un texte à mettre en musique ; Aznavour, Le Forestier, Hardy, Sardou, Leprest, Chédid, Lama, Nougaro -un inédit posthume-, Manset, Adamo, et Duteil -pour le titre éponyme- se sont prêtés au jeu.
Pour la première fois depuis près de 30 ans, Véronique offre ainsi un texte, dont la métrique et l'accroche des refrains en espagnol inspirent à Michel des harmonies flamencas, dont il confie l'arrangement à Louis Winsberg.
Regarder les gens trop fort
Ranimer les âmes des morts
Alleluia, Alleluia
Avec des signes bizarres
Et tellement peu d'effort
Alleluia, Alleluia
Lire entre les lignes
Du théorème de Pythagore
Alors
Alleluia

La casa corazón nunca esta perdida
Y si quieres la vida
Hay que matar la muerte
Nos oublis volontaires
L'avenir du passé
Sont nos ennemis
Si quieres el ayer
Hay que mirar en mí
(Alleluia)

Tes mains peignent un coquelicot
Si solide par grand vent
Alleluia, Alleluia
Prends la mer à son tempo
Et navigue vers l'avant
Alleluia, Alleluia
Tout droit sur cet horizon
De hasards et d'illusions
Alors
Alleluia

La casa corazón nunca esta perdida
Y si quieres la vida
Hay que matar la muerte
Nos oublis volontaires
L'avenir du passé
Sont nos ennemis
Si quieres el ayer
Hay que mirar en mí
(Alleluia)

Les espions de l'âme sont aveugles
Ça rend fou s'ils n'ont même plus le temps
De se pencher sur toi
C'est le vent du hasard
Qui efface leurs pas

Virgile dans l'Énéide
Racontait en riant
Alleluia, Alleluia
L'amour indélébile
D'un prince ensorcelant
Alleluia, Alleluia
Le temps remonte le Nil
Le temps est un diamant
Alors
Alleluia, Alleluia
Alleluia

La casa corazón nunca esta perdida
Y si quieres la vida
Hay que matar la muerte
La casa corazón nunca esta perdida
Y si quieres la vida
Hay que matar la muerte
La casa corazón nunca esta perdida
Si quieres el ayer
Hay que mirar en mí
(Alleluia)
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
HOLLYWOOD | album 1977

figure également sur :
AU PALAIS DES SPORTS | album public 1981
À L'OLYMPIA 89 | album public 1989
Prends un moment
Et laisse ta misère tomber
Laisse-toi faire
Réponds à l’imaginaire

Prends un moment
Et laisse le désert souffler
Laisse-le briller
Et garder le secret des grands espaces brûlés
Prends un moment
Et laisse la rivière couler
Laisse-la rouler
Et garder le secret du temps qui passe, tué

Tu ne peux pas en rire, non
Tu ne peux pas en rire, non
Et tu ne pourras jamais, jamais dire
Que l’amour est différent de ça
Tu ne peux pas en rire, non
Tu ne peux pas en rire, non
Et tu ne pourras jamais, jamais dire
Que l’amour est différent de ça

De l’hiver, l’été
L’hiver, et l’été

Touche le vent
Quand l’automne effleure l’été
La couleur du temps
Ça fait chanter les érables mouillés
Navigue en mer
Quand la grande houle se bat
Laisse-la régner
Sur le secret de l’univers

Et de ça, tu ne peux pas en rire, non
Non, tu ne peux pas en rire, non
Et tu ne pourras jamais, jamais dire
Que l’amour est différent de ça
Et tu ne peux pas en rire, non
Tu ne peux pas en rire, non
Et tu ne pourras jamais, jamais dire
Que l’amour est différent de ça

De l’hiver, l’été
L’hiver, et l’été
L’hiver, l’été
L’hiver, et l’été

Et tu ne peux pas en rire non
Tu ne peux pas en rire non
Et tu ne pourras jamais, jamais dire
Que l’amour est différent de ça
Et tu ne peux pas en rire non
Tu ne peux pas en rire non
Et tu ne pourras jamais, jamais dire
Que l’amour est différent de ça
Et tu ne pourras jamais, jamais dire
Que l’amour est différent de ça
Et tu ne pourras jamais, jamais dire
Que l’amour est différent de ça
paroles & musique : Michel Berger
éditions musicales Colline / Universal Music Publishing

enregistrée pour la première fois par Michel Berger sur :
QUE L'AMOUR EST BIZARRE | album 1975

enregistrée par Véronique Sanson sur :
D'UN PAPILLON À UNE ÉTOILE | album 1999
AVEC VOUS | album public 2000
paroles : droits de reproduction réservés
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
LAISSE-LA VIVRE | album 1981

figure également sur :
AU PALAIS DES SPORTS | album public 1981
SYMPHONIQUE SANSON | album public & vidéo 1990
J’avance tout doucement
Vers d’autres temps
Qui m’effraient confusément
Qui m’attirent comme un aimant
Lentement

Il n’y aura plus de soirées de bal
Dans la maison d’Orgeval
Plus de sons de carnaval
Plus rien

Mais toi je t’ai encore
Et même si tu es loin
Je dors
Parce qu’en rêve
Tu prends ma tête entre tes mains
Et c’est ça qui compte pour moi ¹
Car tu sais cet amour-là

C’est fou
C’est dangereux
C’est plus mortel qu’une lame de fond
L’amour qui bat
C’est fou
C’est mystérieux
C’est parallèle à nos destins
L’amour qui bat

Et le temps
Le temps qui voile et dévoile tout
Aura bientôt raison de nous
Rien n’est jamais hasard

J’avance tout doucement
Au bout du temps
Qui m’aspire comme un sable mouvant
Qui s’enroule comme un serpent
Lentement

Mais toi je t’ai encore
Et même si je suis loin
C’est si fort
Que dans mes rêves
J’ai toute l’onde de ta lumière
Et c’est ça qui compte pour moi ¹
Car tu sais cet amour-là

C’est fou
On l’a en nous
Comme dans le fond d’un marécage
Sens-le qui bat
C’est fou
C’est dangereux
C’est plus mortel qu’une lame de fond
L’amour qui bat
C’est fou
C’est prodigieux
C’est parallèle à nos destins
L’amour qui bat


¹ dans presque toutes les versions en public :
Et personne ne peut m’enlever ça
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
AMOUREUSE | album 1972

figure également sur :
LIVE AT THE OLYMPIA | album public 1976
SYMPHONIQUE SANSON | album public & vidéo 1990
OLYMPIA 2005 | album public & vidéo 2005
AMOUREUSE 1972-2012, en duo avec Fanny Ardant | réédition 2012
LE CIRQUE ROYAL DE VÉRONIQUE SANSON | album public & video 2012

maquette piano/voix 1971 et versions en langues étrangères incluses dans :
ET VOILÀ | coffret intégrale 2008 (CD 2, 3 & 7)
AMOUREUSE 1972-2012 | réédition 2012

version piano/voix en public 1998 incluse dans :
PETITS MOMENTS CHOISIS | compilation 2007
ET VOILÀ | coffret intégrale 2008 (CD 22)

voir aussi toutes les reprises d'Amoureuse à travers le monde sur la page AMOUREUSE : REPRISES
Une nuit je m’endors avec lui
Mais je sais qu’on nous l’interdit
Et je sens la fièvre qui me mord
Sans que j’aie l’ombre d’un remords

Et l’aurore m’apporte le sommeil
Je ne veux pas qu’arrive le soleil
Quand je prends sa tête entre mes mains
Je vous jure que j’ai du chagrin

Et je me demande
Si cet amour aura un lendemain
Quand je suis loin de lui
Quand je suis loin de lui
Je n’ai plus vraiment toute ma tête
Et je ne suis plus d’ici
Je ne suis plus d’ici
Je ressens la pluie d’une autre planète
D'une autre planète

Quand il me serre tout contre lui
Quand je sens que j’entre dans sa vie
Je prie pour que le destin m’en sorte
Je prie pour que le diable m’emporte

Et l’angoisse me montre son visage
Elle me force à parler son langage
Mais quand je prends sa tête entre mes mains
Je vous jure que j’ai du chagrin

Et je me demande
Si cet amour aura un lendemain
Quand je suis loin de lui
Quand je suis loin de lui
Je n’ai plus vraiment toute ma tête
Et je ne suis plus d’ici
Je ne suis plus d’ici
Je ressens la pluie d’une autre planète
D'une autre planète
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée sur :
DE L'AUTRE CÔTÉ DE MON RÊVE | album 1972
Angela a vraiment eu sa part de solitude
Depuis tant de jours et tant de jours qu’on ne l’aime plus
Mais Angela ne sera jamais plus seule avec ses colombes
Car Kenny Jones la guette dans l’ombre
musique : Jean-Noël Chaléat
paroles : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc / Johnny Christmas Publishing

enregistrée pour la première fois sur :
LONGUE DISTANCE | album 2004

figure également sur :
OLYMPIA 2005 | album public & vidéo 2005
LE CIRQUE ROYAL DE VÉRONIQUE SANSON | album public & video 2012
Tu lisais des bouquins de Sade
Et lentement tu tournais les pages
Lente puissance qui crée ta cage
Tu regardais toutes ces images

Devant les montagnes, les mirages
Du lac d’Annecy, Annecy, oh oh oh
Et ses étranges reflets de jade
Comme y en a par ici, par ici

Et dans ton coeur, tu cries ta rage
Mais ton coeur c’est une marmelade
Due à tes affreux dérapages
Et tu n’en es jamais malade

Et tous tes amours d’hiver reviennent
Au lac d’Annecy, Annecy, oh oh oh
Mais tu es seul à part entière
Et je dis « Dieu merci, Dieu merci »

Oh mon ange
T’as plus de plumes que moi
Et tu chantes
L’envers et l’endroit
Oh mon ange
J’ai mon enclume à moi
Et on flanche
Quand tu nous survoles tout bas

Et dans ton monde de mascarade
Tu rendrais toutes les choses fades
Avec les hommes qui t’ont servi
Faux sentiments, pauvre parade

Et ça t’a rendu trop bizarre
Et tu es fan de lui, fan de lui
Pauvre de lui
Ça t’a rendu trop bizarre
Et tu l’es toute la nuit, toute la nuit

Oh mon ange
T’as plus de plumes que moi
Et tu chantes
L’envers et l’endroit
Oh mon ange
J’ai mon enclume à moi
Et on flanche
Quand tu nous survoles tout bas

Je pardonnerai tous ses langages
Avec une haine sans ambages
Dans une cour qui rit de lui
Avec une femme qui le maudit

J’hériterai de tous ses naufrages
Et je dis « allez, allons y, allons y »
Je partirai sans mes bagages
« Allez, et allons y, allons y »

Devant les montagnes les mirages du lac
D’Annecy, Annecy, oh oh oh
Et ses étranges reflets de jade
Comme y en a par ici, par ici

Devant les montagnes les mirages du lac
D’Annecy, Annecy, oh oh oh
Et ses étranges reflets de jade
Comme y en a par ici, par ici
paroles & musique : Michel Berger
éditions musicales Colline / Universal Music Publishing

enregistrée pour la première fois par Michel Berger sur :
BEAUSÉJOUR | album 1980

enregistrée par Véronique Sanson sur :
AVEC VOUS | album public 2000
paroles : droits de reproduction réservés
paroles & musique : Michel Berger
éditions Bertrand De Labbey / Colline / Universal Music Publishing

enregistrée pour la première fois par Michel Berger sur :
MICHEL BERGER (Cœur brisé) | album 1973

enregistrée par Véronique Sanson sur :
D'UN PAPILLON À UNE ÉTOILE | album 1999
paroles : droits de reproduction réservés
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
EN CONCERT | 45 tours 1983

figure également sur :
VÉRONIQUE SANSON (album blanc) | album 1985
L'OLYMPIA 1985 | album public 1986
Prends donc
Le dernier verre de la saison
Et laisse
Tous les enfants à la maison
Reprends ta valise noire
Et va-t’en par le dernier train du soir

Je me demande
Pourquoi t’aimes pas le monde où tu vis
Pourquoi
Tu me fais la gueule sans raison, dis ?
Avec un homme comme toi
C’est bien barré pour qu’on en reste là

Tu dis
Que la vie c’est dur, c’est difficile
Que c’est moi
Qui me fous dedans, pauvre imbécile
Je suis sur ta liste noire
C’est mal barré pour qu’on n’ait pas d’histoires

Tu m’observes et tu m’espionnes
Tu m’écoutes toujours quand je téléphone
Tu critiques mes vieux amours
Je commence à voir maintenant

Pourquoi on t’appelle « Loulou dents-de-loup »
Toujours
À soupçonner un mauvais coup
Je veux pas d’un homme comme toi
Qui ternirait ma vie, ah non pas ça !

J’aurais tellement pu t’aimer
Comme jamais on ne t’aurait aimé
Être douce comme de l’eau
T’envelopper dans la chaleur de ma peau
Tout chaud tout chaud

Te faire des choses
Qui te filent la vie dans le bas du dos
Te donner des baisers des baisers
À faire pâlir tous les badauds
Avec une femme comme moi
T’aurais pas vu la vie comme elle est noire

J’aurais tellement pu t’aimer
Comme jamais on ne t’aurait aimé
Être douce comme de l’eau
T’envelopper dans la chaleur de ma peau

C’est pas demain je te le dis tout de go
T’aimer
À faire pâlir tous les badauds ¹
Avec une femme comme moi
T’aurais pas vu la vie comme elle est noire

Et tant pis
Pour les frissons dans le bas du dos
Avec un homme comme toi
C’est pas facile je te jure d’en rester là


¹ sur la première verison du texte, jamais enregistrée :
À faire courir tous les ragots
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
AMOUREUSE | album 1972

figure également sur :
AU PALAIS DES SPORTS | album public 1981
ZÉNITH 93 | album public 1993, et remixes
COMME ILS L'IMAGINENT | album public & vidéo 1995,
    en duo avec Alain Chamfort
OLYMPIA 2005 | album public & vidéo 2005
LE CIRQUE ROYAL DE VÉRONIQUE SANSON | album public & video 2012

maquette piano/voix 1971 incluse dans :
ET VOILÀ | coffret intégrale 2008 (CD 2)
AMOUREUSE 1972-2012 | réédition 2012

duos avec Alain Souchon (1986) et avec Maurane (1993) inclus dans
ET VOILÀ | coffret intégrale 2008 (DVD 4)

S’il te plaît, je voudrais aller à Bahia
Je l’ai bien vu dans la lampe d’Aladin
Je retiendrai deux places dans l’avion
Très loin du son des accordéons
Et je t’aime
Caresse-moi

Le matin, on ira voir l’eau de Bahia
Il n’y a pas d’ouragans, c’est un mot païen
Les jours de pluie ça n’existe pas
Les jours de pluie ne reviendront pas
Et je t’aime
Caresse-moi

Tour à tour l’eau sauvage et l’eau vagabonde
Viendront faire près de toi leur chemin de ronde
Les jours de pluie qu’est-ce que ça veut dire ?
Les jours de pluie ça me fait bien rire
Et je t’aime
Caresse-moi
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
HOLLYWOOD | album 1977

figure également sur :
AU PALAIS DES SPORTS | album public 1981
À L'OLYMPIA 89 | album public 1989
ZÉNITH 93 | album public 1993
OLYMPIA 2005 | album public & vidéo 2005
LE CIRQUE ROYAL DE VÉRONIQUE SANSON | album public & video 2012

version studio courte (45 t) incluse dans :
ET VOILÀ | coffret intégrale 2008 (CD 7)
Il n’est jamais bien rasé
Il est toujours fatigué
Il dit toujours oui à un bon verre de vin
Il cache souvent sa tendresse
Par pudeur ou par paresse
Il est sûr de n’avoir jamais peur de rien

Il a toujours voulu les filles
Mais toutes celles qu’il déshabille
Ne restent jamais le lendemain matin
Mais s’il a tort s’il a raison
C’est vraiment pas la question
N’en parlons pas

Il n’a pas de frontières
Et il n’a même pas de pays
Et il n’est pas d’ici

Il n’a pas de père
À prévenir de son départ
Il n’est de nulle part

Il a plusieurs clairs de lune
Qui s’éteignent et qui s’allument
Il voyage dans le vide et dans le temps
Mais il est toujours prêt à rire
Pour le meilleur ou pour le pire
Je crois bien qu’il rôde la nuit de temps en temps

Il n’a pas de vraie prison
Il ne voit que l’horizon
À travers les brumes du petit matin
Mais s’il a tort, s’il a raison
C’est vraiment pas la question
N’en parlons pas

Il n’a pas de frontières
Et il n’a même pas de pays
Et il n’est pas d’ici

Comme il n’en a pas l’air
Moi je vous jure qu’il est bizarre
Il n’est de nulle part

Il n’a pas de frontières
Et il n’a même pas de pays
Et il n’en a pas l’air
Mais je vous jure qu’il est bizarre
Il n’est de nulle part

Il n’a pas de frontières
Et il n’a même pas de pays
Et il n’en a pas l’air
Mais je vous jure qu’il est bizarre
Il n’est de nulle part
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
AMOUREUSE | album 1972

figure également sur :
LIVE AT THE OLYMPIA | album public 1976

versions en langues étrangères incluses dans :
ET VOILÀ | coffret intégrale 2008 (CD 3)
AMOUREUSE 1972-2012 | réédition 2012
Je n’ai eu besoin de personne
Pour le rencontrer un jour
Ni qu’on me raisonne
Pour m’aider à voir l’amour

Besoin de personne
Quand je me suis fait ma loi
Besoin de personne
Quand il est venu vers moi

Je l’ai conquis toute seule
Il m’a offert toute sa vie
Je crois que j’ai dit oui
Oui
Je l’ai conquis toute seule
Il m’a offert toute ses nuits
Je crois que j’ai tout pris
Que j’ai tout pris

Besoin de personne
Pour choisir le chemin de ma vie
Besoin de personne
Pour pleurer quand il me renie

Besoin de personne
Quand je me suis fait ma loi
Besoin de personne
Quand il est venu vers moi

Je l’ai conquis toute seule
Il m’a offert toute sa vie
Je crois que j’ai dit oui
Oui
Je l’ai conquis toute seule
Il m’a offert toute ses nuits
Je crois que j’ai tout pris
Que j’ai tout pris

Besoin de personne
Pour le rencontrer un jour
Ni qu’on me raisonne
Pour m’aider à voir l’amour
paroles & musique : Michel Berger
éditions musicales Colline / Universal Music Publishing

enregistrée pour la première fois par Michel Berger sur :
CHANSON POUR UNE FAN | album 1974

enregistrée par Véronique Sanson sur :
AVEC VOUS | album public 2000
paroles : droits de reproduction réservés
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
LE MAUDIT | album 1974

figure également sur :
AU PALAIS DES SPORTS | album public 1981
Mon univers ce n’est plus le tien
Moi je voulais un autre chemin
Un peu de terre m’a glissé dans la main
Ai-je agi si mal
Ou est-ce que c’est la vie ?

Là où je suis c’est bien différent
Je ne joue plus pour personne et si quelqu’un m’entend
Des chansons douces sortent de mes mains
Ai-je agi si mal
Ou… ?

C’est le diable qui est en moi
Ou c’est le grand Bouddha de là-haut
Comme tu dis
Et l’au-delà de l’amour qui m’a maudit(e)
Quand ma mère m’a donné le jour
Comme tu dis
Et c’est au-delà des mers
Au-delà des vents
Que je vois ma peine d’antan
Qui fait «Aah… »
Et au-dessus des méridiens
C’est comme si j’attendais quelqu’un
Qui m’attend

Et quelquefois
Le bonheur me frôle
Comme si un peu de verre me caressait le dos
Et quelquefois le bonheur me frôle
Et la solitude sourit

Mais c’est le diable qui est en moi
Ou c’est le grand Bouddha de là-haut
Comme tu dis
Et l’au-delà de l’amour qui m’a maudit(e)
Quand ma mère m’a donné le jour
Comme tu dis
Et c’est au-delà des mers
Au-delà des vents
Que je vois ma peine d’antan
Qui fait «Aah… »
Et au-dessus des méridiens
C’est comme si j’attendais quelqu’un
Qui m’attend

Mais c’est le diable qui est en moi
Ou c’est le grand Bouddha de là-haut
Comme tu dis
Et l’au-delà de l’amour qui m’a maudit(e)
Quand ma mère m’a donné le jour
Comme tu dis
Et c’est au-delà des mers
Au-delà des vents
Que je vois ma peine d’antan
Qui fait «Aah… »
Et au-dessus des méridiens
C’est comme si j’attendais quelqu’un
Qui m’attend

Qui m’attend…
paroles : Véronique Sanson
musique : Michel Bernholc
éditions Baboo (Warner Chappell Music) / Belletulipe SA

enregistrée par Petula Clark sur :
LA CHANSON DE MARIE-MADELEINE | 33 tours 1971

disponible en CD sur l'ANTHOLOGIE de Petula Clark, vol.8 (2002)

Je me souviens d'un jour, toujours le même
Je me souviens d'un amour, toujours le même
Je savais qu'il était tout pour moi
Maintenant comme c'est loin déjà

Les jardins de la ville s'ouvraient pour nous
Les lumières de la ville brillaient pour nous
Il voulait danser jusqu'au matin
Maintenant comme je me sens loin

Loin de la brume de la ville de Philadelphie
Loin des couleurs de la ville de Philadelphie
Loin des couleurs de la ligne de Philadelphie

Quand le vent se perdait dans ses cheveux
Mes yeux cherchaient le chemin de ses yeux
J'aimais bien quand on ne faisait rien
Maintenant comme je me sens loin

Loin de la brume de la ville de Philadelphie
Loin des couleurs de la ville de Philadelphie
Loin des couleurs de la ligne de Philadelphie

Ma vie s'est envolée avec l'hiver
Comme une bulle de savon au fil de l'air
Et mon cœur est devenu fragile
Loin des brumes de la ville
De Philadelphie
De Philadelphie
De Philadelphie
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée en 1998, publiée pour la première fois sur :
LES MOMENTS IMPORTANTS | compilation 2 CD 2001
Tous les secrets qu’on garde en nous
Et entre nous
Toutes les vraies complicités
Ça rend les gens jaloux
Tant de choses qu’il faut cacher
Pour ne pas paraître étrange
Il faut payer sa liberté
Y a quelque chose qui flanche

Et ça nous dérange
Ça nous dérange
Ça nous dérange
Mais quelque part ça nous arrange
Ça nous dérange
Ça nous dérange
Ça nous dérange
Mais quelque part ça nous démange

De s’aimer, de s’aimer, de s’aimer à genoux
S’élancer dans un duo de fous
Tout risquer aller jusqu’au bout
Et rêver, et rêver, rêver un peu à nous
Sans la peur du sang qui coule en nous
S’accepter et aller jusqu’au bout

Y a bien un fou qui aura un jour
Toute sa raison
Il aura dit la vérité sans nulle compassion
Mais c’est sa foi qu’on va brûler
En même temps que sa maison
Il aura dit la vérité
Provoqué l’explosion

Ça, ça les dérange
Ça les dérange
Ça les dérange
Mais quelque part ça les arrange
Ça les dérange
Ça les dérange
Ça les dérange
Mais quelque part ça les démange

D’être bien, d’être bien envers et contre tout
Quelque part avoir tous les atouts
Pour s’aimer, pour s’aimer à genoux
Et se battre, et se battre contre les tabous
Qui nous forcent à nous mettre à genoux
Sans lutter ni aller jusqu’au bout

Tous les secrets qu’on garde en nous
Et entre nous
Toutes les vraies complicités
Ça rend les gens jaloux
La cruauté des rois barbares
Depuis toujours et pour toujours
Nous feront payer la liberté
Qui fait qu’on peut penser

Et ça, ça, ça me dérange
Ça me dérange
Ça me dérange
Mais quelque part ça vous arrange
Ça me dérange
Ça me dérange
Ça me dérange
Mais quelque part ça vous arrange
Et
Ça nous dérange
Ça nous dérange
Ça nous dérange
Mais quelque part ça nous arrange
Ça nous dérange
Ça nous dérange
Ça nous dérange
Mais quelque part ça nous démange

Ça nous dérange…
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
MOI, LE VENIN | album 1989

figure également sur :
À L'OLYMPIA 89 | album public 1989

vidéo 1989 incluse dans ET VOILÀ | coffret intégrale 2008 (DVD 4)
Toute petite chanson pour toi ce soir
Je ne suis même pas démaquillée
Je te donne le noir de mon désespoir
Comme une grenade dégoupillée
Ça me lance si bien que bat ma tempe
Et dans tes yeux d’ancien bébé
Je vois les deux courbes de mes hanches
Ondulant vers l’éternité
Vraiment loin, vraiment loin

Et demain
Peut-être après-demain
Je bougerai mes pierres
Je changerai de peau
Et tant pis
Si mes démons reviennent
Je les attends, qu’ils viennent
Ils ne tueront plus rien
Car l’amour
Comme un caméléon
Change les couleurs
Du bonheur

Toute petite chanson pour toi ce soir
Ma vérité est démaquillée
Je mets dans tes mains mon plus grand espoir
Comme une grenade dégoupillée
Je me sens si bien que bat ma tempe
Avec des larmes sur le côté
Reflétant la courbe de mes hanches
Ondulant vers l’éternité
Vraiment loin, vraiment loin

Et demain
Peut-être après-demain
Je chasserai mes pierres
Je changerai de peau
Et tant pis
Si mes démons reviennent
Je les attends qu’ils viennent
Ils ne tueront plus rien
Car l’amour
Comme un caméléon
Change les couleurs
Du bonheur

Vraiment loin, vraiment loin
Et demain
Peut-être après-demain
Je bougerai mes pierres
Je changerai de peau
Et tant pis
Si mes démons reviennent
Je les attends qu’ils viennent
Ils ne tueront plus rien
Car l’amour
Comme un caméléon
Change les couleurs

Je dis que demain
Peut-être après-demain…
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée sur :
VÉRONIQUE SANSON (album blanc) | album 1985
C’est bizarre
C’est bizarre
C’est pas pareil
Quand l’été demande l’asile au soleil
C’est trop tard
C’est trop tard
L’hiver sommeille
Prêt pour une attaque éventuelle

Au revoir
Au revoir
L’été, t’es cuit
Tout le monde demande l’asile au soleil
Au revoir
Au revoir
L’été s’enfuit
Comme l’amour d’un homme au réveil
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
AMOUREUSE | album 1972

maquette piano/voix 1971 incluse dans :
ET VOILÀ | coffret intégrale 2008 (CD 2)
AMOUREUSE 1972-2012 | réédition 2012

version piano/voix 1984 incluse dans :
PETITS MOMENTS CHOISIS | compilation 2007
et ET VOILÀ | coffret intégrale 2008 (CD 22)
C’est le moment
Un moment important
Je sais bien ce qui m’attend
Au coin de ma vie
Tu m’as appris à être amoureuse
Depuis je suis peureuse
Je ne pense qu’à toi

Et je te connais
Tu fais toujours semblant
Presque toujours semblant quand tu
Me fermes les yeux
Tu joues l’indifférence
C’est alors que je pense
Je me revois rêver
Ce rêve que je déteste

Tu danses
Tu saisis une pensée bleu-rouge
Tu la mets devant ton coeur
Pour pas que passe l’amour

Tu danses
Tu saisis une pensée bleu-rouge
Tu la mets devant ton coeur
Pour pas que passe l’amour

Et je reste calme
Parce que c’est important
Je ne t’attends pas parce que
Je sais que tu viens
Me chercher pour aller dîner
À la terrasse d’un café
Et je regarderai ta figure qui est

Comme les eaux du Gange
Ou bien la Mer de Jasmin
Quand le vent les dérange
Ne comprennent plus rien
Pourtant le vent est fantastique
Il fait de la musique
Ne le perturbe pas
Un jour il s’en ira
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
VÉRONIQUE SANSON (album blanc) | album 1985

figure également sur :
L'OLYMPIA 1985 | album public 1986
C’est pas la peine de te fatiguer
T’as qu’à me le dire sans louvoyer
Quand on n’aime plus on s’entend mal
Il est grand temps de quitter le bal

Et tous les jours
Je sens de moins en moins d’amour
Si tu veux pas qu’on s’aime
C’est bien quand même
J’ai pas le temps de galérer

Où s’en aller
Où s’adorer
Car le temps de l’amour

Oh oui c’est long c’est court
Tous les manitous
Qu’on appelle au secours
Tournent des manivelles
Qu’ils manient comme des sourds
Tant pis pour l’envers de nos amours

Tous les délires dans ta mémoire
Te font pleurer sur ma guitare
Les sanglots courts des saxos ronds
T’empêchent de voir d’autres horizons

Et tous les jours
Je sens de moins en moins d’amour
Si tu veux pas qu’on se quitte
C’est pas très chic
J’ai pas le temps de galérer

Ah pas de scandale
Pas d’amour à pas de loup
Comme d’habitude
Pas d’habitudes
Tous les amours

Oh oui c’est long c’est court
Tous les manitous
Qu’on appelle au secours
Tournent des manivelles
Qu’ils manient comme des sourds
Tant pis pour l’envers de nos amours

C’est pas la peine de te fatiguer
T’as qu’à me le dire c’est tout
Car la mesure de l’amour

Oh oui c’est long c’est court
Tous les manitous
Qu’on appelle au secours
Tournent des manivelles
Qu’ils manient comme des sourds
Tout le temps qu’on donne à nos amours

Oh oui c’est long c’est court…
paroles & musique : François Bernheim
éditions Pathé Marconi

enregistrée par les ROCHE MARTIN sur :
C'EST TOI QUI AS GÂCHÉ NOTRE VIE | super 45 tours 1967

réédité en CD sur :
SIXTIES GIRLS vol.2 | compilation Magic Records 2001
et sur ET VOILÀ | coffret intégrale 2008
Seul avec vous deux
J’étais très heureux
Deux femmes pour moi
J’étais le pacha

Pourquoi me dites-vous
« C’est toi qui… » ?
Pourquoi me dites-vous
« C’est toi qui… » ?
Pourquoi me dites-vous
« C’est toi qui… »
« C’est toi qui as gâché notre vie » ?

J’espère en tous cas
Que vous ne croyez pas
Que j’épouserai
L’une de vous, jamais

Pourquoi me dites-vous
« C’est toi qui… » ?
Pourquoi me dites-vous
« C’est toi qui… » ?
Pourquoi me dites-vous
« C’est toi qui… »
« C’est toi qui as gâché notre vie » ?

Pourquoi me dites-vous
« C’est toi qui… » ?
Pourquoi me dites-vous
« C’est toi qui… » ?
Pourquoi me dites-vous
« C’est toi qui… »
« C’est toi qui as gâché notre vie » ?

Pourquoi me dites-vous
« C’est toi qui… » ?....
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
7ÈME | album 1979

figure également sur :
AU PALAIS DES SPORTS | album public 1981
L'OLYMPIA 1985 | album public 1986
COMME ILS L'IMAGINENT | album public & vidéo 1995

versions rares incluses dans ET VOILÀ | coffret intégrale 2008  :
démo de travail 1979 inédite (CD 8)
version alternative 1979 (CD 8)
version acoustique enregistrée à Taratata en 1993 (DVD 3)
C’est pas facile de regarder la vie dans les yeux
Pas facile de se sentir heureux
Quand on se lève de bon matin
Aller prendre son train
Fais ta valise
Laisse les maisons grises et va-t’en

Vole vole vole
Va dans un pays où y a du soleil tout le temps
Vole vole vole
Vers de nouveaux continents
Vole vole vole
Je te le répète ici tu perds ton temps
Vole vole vole
Et regarde où va le vent

C’est pas facile de tout laisser tomber comme ça
Surtout celle que tu tiens dans tes bras
Mais celui qui n’essaye pas
Ne se trompe qu’une seule fois
Prends ton virage
Tourne-moi la page et va t’en

Vole vole vole
Vole bien le temps qui te reste maintenant
Donne donne donne
Donne-toi une bonne raison
Là-bas la musique sonne sonne sonne
Détonne et résonne toujours dans les radios
Vole vole vole
Tu verras le vent est bon

T’es plus tranquille si tu vis comme un vieux, et c’est bien
C’est plus drôle de tomber amoureux
D’une fille ou d’un pays
Qui te rendra heureux
Laisse ta vie
Tourner tourner tourner rond

Danse danse danse
Dans les boîtes où y a du monde, où y a de la vie
Danse danse danse
Quand on danse on oublie
Là-bas la musique sonne sonne sonne
Détonne et résonne toujours dans les radios
Danse danse danse
Tu verras comme j’ai raison

Vole vole vole
Va dans un pays où y a du soleil tout le temps
Vole vole vole
Vers de nouveaux continents
Vole vole vole
Je te le répète ici tu perds ton temps
Vole vole vole
Et regarde où va le vent

Danse danse danse
Dans les boîtes où y a du monde, où y a de la vie
Danse danse danse
Quand on danse on oublie
Là-bas la musique sonne sonne sonne
Détonne et résonne toujours dans les radios
Danse danse danse
Tu verras comme j’ai raison

Danse danse danse
Fais comme tu sens
Danse danse danse
Fais comme tu veux

Danse danse danse
Fais comme tu sens
Danse danse danse
Fais comme tu veux

Danse danse danse…
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
AMOUREUSE, version anglaise | 45 tours 1973

une version différente figure sur :
LE MAUDIT | album 1974

première version incluse dans :
ET VOILÀ | coffret intégrale 2008 (CD 4)
version 45 tours

Cent fois
Quand je me demande ce qui peut bien me retenir
Je vous dis qu’en vérité
Je crois bien que je l’aime

Cent fois
Quand je me demande ce qui me pousse à revenir
Pour vous dire la vérité
Je crois bien que je l’aime

Cent fois
Quand je me demande ce qui peut bien me retenir
Pour vous dire la vérité
Je sais bien que je l’aime


version album

Cent fois
Quand je me demande ce qui me pousse à revenir
Je me dis qu’en vérité
Je sais bien que je l’aime

Cent fois
Quand je me demande ce qui peut bien me retenir
Je me dis qu’en vérité
Je sais bien que je l’aime

Cent fois
Quand je me demande ce qui me pousse à revenir
Je me dis qu’en vérité
Je sais bien que je l’aime
paroles & musique : Michel Berger
éditions musicales Colline / Universal Music Publishing

enregistrée pour la première fois par Michel Berger sur :
CHANSONS POUR UNE FAN | album 1974

enregistrée par Véronique Sanson sur :
D'UN PAPILLON À UNE ÉTOILE | album 1999
paroles : droits de reproduction réservés
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
DE L'AUTRE CÔTÉ DE MON RÊVE | album 1972

figure également sur :
LIVE AT THE OLYMPIA | album public 1976
OLYMPIA 2005 | album public & vidéo 2005
LE CIRQUE ROYAL DE VÉRONIQUE SANSON | album public & video 2012

au gré des éditions, et parfois sur une même pochette, la chanson qui aura connu les plus de variations de titres :
« Chanson SUR ou POUR, UNE ou MA drôle de vie », « Le Tour de ma drôle de vie », et tout simplement, « Drôle de vie », le titre officeusement adopté par tout le monde, à commencer par Véronique.
Tu m’as dit que j’étais faite
Pour une drôle de vie
J’ai des idées dans la tête
Et je fais ce que j’ai envie
Je t’emmène faire le tour
De ma drôle de vie
Je te verrai tous les jours

Si je te pose des questions
Qu’est-ce que tu diras ?
Et si je te réponds
Qu’est-ce que tu diras ?
Si on parle d’amour
Qu’est-ce que tu diras ?

Si je sais que tu m’aimes
La vie que tu aimes
Au fond de moi
Me donne tous ses emblèmes
Me touche quand même
Du bout de ses doigts

Même si tu as des problèmes
Tu sais que je t’aime
Ça t’aidera
Laisse les autres totems
Tes drôles de poèmes
Et viens avec moi

On est partis tous les deux
Pour une drôle de vie
On est toujours amoureux
Et on fait ce qu’on a envie
Tu as sûrement fait le tour
De ma drôle de vie
Je te demanderai toujours

Si je te pose des questions
Qu’est-ce que tu diras ?
Et si je te réponds
Qu’est-ce que tu diras ?
Si on parle d’amour
Qu’est-ce que tu diras ?

Si je sais que tu m’aimes
La vie que tu aimes
Au fond de moi
Me donne tous ses emblèmes
Me touche quand même
Du bout de ses doigts

Même si tu as des problèmes
Tu sais que je t’aime
Ça t’aidera
Laisse les autres totems
Tes drôles de poèmes
Et viens avec moi

Et si je sais que tu m’aimes…
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
LAISSE-LA VIVRE | album 1981

figure également sur :
AU PALAIS DES SPORTS | album public 1981
Le soir chez moi
Y a des moments
Je sais vraiment pas quoi dire
Je pense à toi, ça me fait sourire
Car je sais quelle sorte d’homme tu es
Et tu portes sur ton front
Tous les démons

Dommage qu’après toutes ces années
Qu’ensemble on a brûlées
Tu aies trahi mon amitié
Je savais pas quelle sorte d’homme tu es
Et tu serrais dans tes mains
Mon destin

Tu te rappelles quand j’avais mal
Tu passais de longues nuits
À me dire les choses qu’on dit aux vieux amis
Tu trouvais ça théâtral
Les moments où j’étais mal, mal, mal

Peut-être un jour
Tu comprendras
Et puis peut-être pas
J’aimerais t’avoir en face de moi
Je saurai quelle sorte d’homme tu es
Car tu portes sur ton front
Tous les démons

Mais je saurai
Quelle sorte d’homme tu es
Et peut-être que j’aimais bien
Tous tes démons
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
LE MAUDIT | album 1974

figure également sur :
LIVE AT THE OLYMPIA | album public 1976
SYMPHONIQUE SANSON | album public & vidéo 1990

version piano/voix enregistrée pour RTL en 1992 incluse dans :
ET VOILÀ | coffret intégrale 2008 (CD 22)
Black times are coming
I feel it in my mind
You try to give me
A little hope a little smile
But you can’t fight all my devils
So let me sing this lullabye

Christopher is calling
I feel my little one
He hears me crying
And he just moves and gets me high
He can feel all my misery
He makes me sing this lullabye

A new man is coming
I feel it in my body
He hears me crying
And he just moves and gets me high
He can feel all my misery
He makes me sing this lullabye
musique : Jean-Noël Chaléat
paroles : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc / Johnny Christmas Publishing

enregistrée pour la première fois sur :
LONGUE DISTANCE | album 2004

figure également sur :
OLYMPIA 2005 | album public & vidéo 2005
Papa
Tu ne m’as jamais abandonnée
Oh Papa
Je me souviens de ton gros nez
Mon Papa
Tu m’as donné toutes les chances
Tu valsais
En me prenant par les hanches

On vivait bien dans notre Paris à nous
Les marécages étaient au-dessous de nous
Maria était trop sage, je vous l’avoue
C’était au cinquième étage, à Paris

Vio, Vio
T’es la plus belle que j’aie aimée
Mes malheurs
Tu les prends comme des trésors
Petite soeur
Je ne sais vraiment plus où aller
J’ai trop peur
De t’emmener dans mes dangers

On vivait bien dans notre Paris à nous
Les bavardages fusaient au-dessous de nous
Maria était volage, je vous l’avoue
La vie n’avait plus d’âge
Sur le cinquième étage, à Paris

Oh Maman
Sans qui je n’aurais rien créé
Ma Maman
Tu m’as toujours trop aimée
Oh Maman
Toutes les douleurs au fond de tes yeux
Oh Maman
Un jour, je les saurai bien mieux

On vivait bien dans notre Paris à nous
Les marécages étaient au-dessous de nous
Maria n’avait plus d’âge, elle disait tout
Sur ce cinquième étage, voilà tout

Mon Juju
Un jour t’en sauras plus que moi
C’est bizarre
Toutes ces choses que l’on ne voit pas
Oh comme Titou
Dans sa course démentielle
S’en va pour trouver son arc-en-ciel
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

publiée pour la première fois (enregistrement 1998) sur :
LES MOMENTS IMPORTANTS | compilation 2 CD 2001

versions rares incluses dans ET VOILÀ | coffret intégrale 2008 :
version studio 1969 (CD 1)
maquette piano/voix 1971 (CD 2)
Clap’, clapotis de soleil
Boum boum, dit le tambour
Tchik tchik tchik en si mineur
En la c’est peut-être meilleur

Mais moi je suis en prière, prière
Prière pour que tu reviennes
Je n’ai plus envie de te dire non, non
Prière pour que tu m’emmènes
Voir le soleil se coucher en rond

Depuis que tu ne vis plus sous mon toit
La cuisine est en bien meilleur état
Mais depuis je m’ennuie
Depuis je m’ennuie

Clap’, clapotis de soleil
Boum boum, dit le tambour
Tchik tchik tchik en si mineur
En la c’est peut-être meilleur

Mais moi je suis en prière, prière
Prière pour qu’on soit encore
Tous les deux sur la même plage
Prière pour que tu m’aimes encore
Je promets que je serai sage

Depuis que tu ne vis plus sous mon toit
Je peux boire tout le whisky de papa
Mais là aussi je m’ennuie
Là aussi je m’ennuie

Clap’, clapotis de soleil
Boum boum, dit le tambour
Tchik tchik tchik en si mineur
En la c’est peut-être meilleur

Mais moi je suis en prière, prière
Prière pour quand tu seras là
Plus jamais tu ne t’en iras
Prière pour qu’on nous voie danser
Les pieds nus, les mains accrochées

Et quand tu seras revenu chez moi
On sera tous les deux toujours comme ça
Pour que plus jamais je m’ennuie
Plus jamais je m’ennuie

Clap’, clapotis de soleil
Boum boum, dit le tambour
Tchik tchik tchik en si mineur
En la c’est peut-être meilleur

Clap’, clapotis de soleil
Boum boum, dit le tambour
Tchik tchik tchik en si mineur
En la c’est peut-être meilleur
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
PLUSIEURS LUNES | album 2010

J’entends vraiment un bruit de pas
Une pendule et son tic-tac
C’est encore mon vieux pot de colle
Qui vient
En canoë pirogue
De très loin

Son air amer me quitte pas
Son cœur de pierre me touche pas
Si jamais il revient
Oh la la
Comme une ortie qui pique
Oh la la

J’ai mis ton sac au clou
Et je t’envoie des bip-bip partout
T’étais mon marabout
Et je guettais tes bip-bip sur tout
Toutes les antennes, les télégrammes
Et quoi que tu fasses avec les femmes
Je m’en fous et je m’aime

T’as pris tes cliques et tes claques
Te coltiner des micmacs
Y a vraiment tellement peu de choses
Qui t’aillent
Mais toi t’es sûrement le seul
Qui m’aille

T’as tellement de choses qui m’épatent
Et ton sourire qui m’éclate
Et si t’avais des doutes
Oh la la
Un taxi pour Tobrouk
Avec toi

Quand tu étais sur ton île
On faisait toujours des pim-pim tranquilles
Rire comme des imbéciles
C’était pour nous une tactique subtile
Pour oublier toutes nos prisons
Et enfin voir nos horizons
Planer dans le ciel
Finalement c’est moi que j’aime
Oh, c’est moi que j’aime
Oh, c’est moi que j’aime

J’aimais tant mon Amérique
J’aurais voulu un type atypique
J’en peux plus des gens débiles
Mais toi tu es un homme si fragile
J’voulais te cacher sous mes ailes
Pour t’attirer dans un motel
Tu vois quand même
Modestement c’est moi que j’aime
Toujours, toujours
Modestement c’est moi que j’aime
Toujours, toujours
Et moi qui m’aime
Et toi qui m’aimes
Et moi qui m’aime
Et toi qui m’aimes

paroles : Véronique Sanson
musique : Alain Salvati
éditions Piano Blanc

enregistrée sur :
LE MAUDIT | album 1974
Quelquefois quand vient le jour
Tu vois la décadence
Qui nous entoure
Tes amis sont monotones
Tu voudrais voir quelqu’un
Qui enfin t’étonne

Tu te souviens des années
De pauvreté
Où tu chantais dans les cours
Et tu finis par penser
Tous les jours
Que tu vois mal où est l’amour
Tu as une idée vague
Que ta vie passe
Et soudain tu t’aperçois
Qu’on te vole ta vie
Qu’on te vole ta vie
Qu’on te vole ta vie

Tu joues deux ou trois arpèges
Tu vois l’image d’une fille de rêve
Devant tes yeux
Un éclair dans ses prunelles
Et c’est peut-être celle qui va
Te rendre heureux

Tu te rappelles cet hiver
Les cloches de Carmel
Qui te donnaient le frisson
Tu voulais voir avec elle
Les cloches de Carmel
Qui ne sonnent qu’à l’unisson
Tu as le bruit des abeilles
Dans tes oreilles
Et soudain tu t’aperçois
Que tu aimes ta vie
Que tu aimes ta vie
Toute ta vie

Tu te rappelles cet hiver
Les cloches de Carmel
Qui te donnaient le frisson
Tu voudrais avoir avec elle
Les cloches du Carmel
Qui ne sonnent qu’à l’unisson
Tu auras l’idée vague
Que ta vie passe
Et tu fermeras les yeux
En aimant la vie
En aimant la vie
En aimant la vie

En aimant la vie
Tellement tellement
En aimant la vie

En aimant la vie…
paroles : Véronique Sanson
musique : Bernard Swell
éditions Piano Blanc / Swellito

enregistrée sur :
LONGUE DISTANCE | album 2004
Signer le meilleur pour le pire
Construire ses illusions
C’est difficile de vous le dire
Toute seule, sans compagnon

J’avais rêvé d’un idéal
Parfait, mais pas normal
Oh j’ai tout essayé
J’étais toute en diagonale

J’étais toute seule, mais j’voulais pas te le dire
Que l’amour sans émotion
Est aussi fou que nos éclats de rire
Et une douleur sans explosion

Un fond de solitude en mai
Dans les beaux jours de Carantec
On était tous comme des blancs-becs
Scellés par un code secret

En tous cas nos amours de mars
Ont volé celui des autres
On sait comment le verre se casse
Brisé par certains hôtes

J’étais toute seule, mais je voulais pas vous le dire
Que l’amour est sans rancune
Nous et tous nos éclats de voix, de rires
Envoyez tout ça sur la lune

Et septembre a couvert nos rires
D’une touche d’amour et d’un sourire
Timide et beau
Dans les vapeurs ultimes

D’un homme qui se noie, s’étouffe
Dans sa propre indifférence
Vous voyez, il n’y a pas d’esbroufe
Avec les sentiments

J’étais toute seule, mais je voulais pas vous dire
Que l’amour est sans rancune
Nous et tous nos éclats de voix, de rires
Envoyez tout ça sur la lune

Envoyez tout ça sur la lune
Envoyez tout ça sur la lune…
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
DE L'AUTRE CÔTÉ DE MON RÊVE | album 1972

figure également sur :
COMME ILS L'IMAGINENT | album public & vidéo 1995,
    interprétée par Les Innocents
LE CIRQUE ROYAL DE VÉRONIQUE SANSON | album public & video 2012
Comme je l’imagine, il sourit d’un rien
Comme je l’imagine, il pense bien
Comme je l’imagine, il pourrait même
Être celui qui sera l’homme que j’aime

Comme je l’imagine, et comme toujours
Il va près des gens qui aiment l’amour
Comme je l’imagine, il pourrait même
Être celui qui sera l’homme que j’aime

Et comme je l’imagine, il aime l’aurore
Les matins d’hiver et la brume qui dort
Les nuages rouges quand l’aube se lève
Et vient le moment où finit mon rêve

Où vit-il ?
Peut-être dans le sud
Dans les villes
Où le soleil vous brûle
Mais je regarde vers le nord
Je regarde vers le sud
Et tout disparaît
Avec mes certitudes ¹

Comme je l’imagine, il sourit d’un rien
Comme je l’imagine, il pense bien
Comme je l’imagine, il pourrait même
Être celui qui sera l’homme que j’aime

Et comme je l’imagine, il vient de loin
Comme je l’imagine, c’est un musicien
Comme je l’imagine, il pourrait même
Être celui qui sera l’homme que j’aime

Comme je l’imagine, s’il est malheureux
Il sait qu’il se sent devenir vieux
Mais je sens le vent qui se soulève
Souffle dans la nuit, emporte mon rêve

Où vit-il ?
Peut-être dans le sud
Ou dans les villes
Où le soleil vous brûle
Mais je regarde vers le nord
Je regarde vers le sud
Et tout disparaît
Avec mes certitudes ¹

Comme je l’imagine, il sourit d’un rien
Son destin va croiser mon chemin
Comme je l’imagine, il pourrait même
Être celui qui sera l’homme que j’aime

Comme je l’imagine, il aime l’aurore
Les matins d’hiver et la brume qui dort
Mais je sens le vent qui se soulève
Emporte la nuit, emporte mon rêve


¹ dans les versions en public, mes certitudes laisseront souvent la place à ma solitude
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
HOLLYWOOD | album 1977

figure également sur :
AU PALAIS DES SPORTS | album public 1981
Si ton désespoir est long
Si ton cauchemar met ton coeur en prison
Tu n’as pas besoin de gens près de toi
Et simplement
Si tu as mal, fais comme moi
Si tu as mal, fais comme moi

Attends attends que la musique vienne
Écoute-la monter en toi
Joue jusqu’à tant qu’elle te tourne la tête
Écoute-la monter en toi

Et c’est facile si tu sais
Qu’elle vient de là-haut
Qu’elle vient de là-haut
Qu’elle vient de là-haut
Dieu que c’est facile
Si tu sais qu’elle vient de là-haut
Qu’elle vient de là-haut
Qu’elle vient de là-haut
Dieu que c’est facile

Si tu l’aimes
Jusqu’au bord de la folie
Qu’elle caresse ta peine
Qu’elle te viole tes nuits

Si tu n’es pas libre rappelle-toi
Claque tes chaînes
Quand tu as mal, fais comme moi
Quand tu as mal, fais comme moi

Attends attends que la musique vienne
Ecoute-la monter en toi
Joue jusqu’à tant qu’elle te tourne la tête
Ecoute-là venir en toi

Et c’est facile si tu sais
Qu’elle vient de là-haut
Qu’elle vient de là-haut
Qu’elle vient de là-haut
Dieu que c’est facile
Si tu sais qu’elle vient de là-haut
Qu’elle vient de là-haut
Qu’elle vient de là-haut
Dieu que c’est facile

Si tu l’aimes
Jusqu’au bord de la folie
Que tu tuerais pour elle
Qu’elle est toute ta vie

Jamais plus tu n’auras besoin de moi
Un signe du ciel se posera là devant toi
Se posera là

Comment crois-tu que la musique vienne ?
Comment crois-tu qu’elle vienne en toi ?
Il faut la jouer quand elle t’appelle
Et la rejouer mille fois

Attends attends que la musique vienne
Écoute-la monter en toi
Joue jusqu’à tant qu’elle te tourne la tête
Écoute-la monter en toi

Comment crois-tu que la musique vienne ?
Comment crois-tu qu’elle vienne en toi ?
Il faut la jouer quand elle t’appelle
Et la rejouer mille fois

Attends attends que la musique vienne
Écoute-la monter en toi
Joue jusqu’à tant qu’elle te tourne la tête
Écoute-la monter en toi

Comment crois-tu que la musique vienne ?...

coda des versions concert :

Laisse-toi faire, et vis
Laisse-toi faire

Laisse-toi faire, et vis
Laisse-toi faire...
paroles & musique : Bernard Swell
éditions Piano Blanc/Swellito

enregistrée sur :
INDESTRUCTIBLE | album 1998
Maudit soit le temps qui passe
Maudit soit ce qu’il en reste
L’habitude est une impasse
Dieu sait combien je la déteste

Maudits soient les mots qui cassent
Maudits les non-dits qui laissent
Des traces de doute sous la surface
Y a que l’amour qui les efface

On dort dans la même ville
Pas dans la même vie
Mais sous la même étoile
Qui nous a réunis
On dort dans la même ville
Pas dans le même lit
Mais c’est la même histoire
Tranquille et si fertile
En regrets inutiles

Maudite soit la guerre qui lasse
Maudit soit le bât qui blesse
Le défaut de la cuirasse
C’est dans le cœur qu’il se cache
Et j’ai bien peur qu’il me lâche

On dort dans la même ville
Pas sous le même toit
Mais chacun sur son île
Isolés mais fragiles
On dort dans la même ville
On meurt d’une même envie
Retrouver la mémoire
D’un futur imparfait
Que la vie nous a volé

Maudite la beauté du geste
Maudit l’art de la tendresse
Mais je donnerais juste pour y croire
Tout l’or du monde qui nous sépare

On dort dans la même ville
Pas dans la même vie
Mais sous la même étoile
Qui nous a réunis
On dort dans la même ville
Pas dans le même lit
Mais c’est la même histoire
Fragile et dérisoire

On dort dans la même ville
Pas sous le même toit
Mais chacun sur son île
Isolés mais fragiles
On dort dans la même ville
On meurt d’une même envie
Retrouver la mémoire
Fragile et dérisoire

On dort dans la même ville
Pas dans la même vie…
paroles : Véronique Sanson et Cyrille Varet
musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée sur :
LONGUE DISTANCE | album 2004
Je pique et je mords
Je pique et je mords
Mais pas trop fort
Je pique et je mords
Je pique et je mords
Mais sans remords
Les sticks et les clopes
Les sticks et les clopes
Images en bloc

De bric et de broc
Le fric et le toc
Toi tu t’en moques
Mes cliques et mes claques
Mes cliques et mes claques
J’en ai la trace

Les pics et les as
Les pics et les as
Je ne les veux pas
Tu tiques et t’as tort
Tu tiques et t’as tort
Je suis bien loin

J’ai pas de remords
J’ai pas de remords
Je vais très bien
Tes mics et tes macs
Tes mics et tes macs
J’en ai ma claque

Je pique et je mords
Je pique et je mords
Mais pas trop fort
Je pique et je mords
Je pique et je mords
Mais sans remords
Des tics et des tacs
Des tics et des tacs
Toi tu t’en tapes

Tu flippes et tu bloques
Tu flippes et tu bloques
Jusqu’au matin
T’es chic dans tes loques
Ton sac en breloques
Moi je ne dirai rien

Je pique et je mords
Je pique et je mords
Mais sans remords
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée sur :
DE L'AUTRE CÔTÉ DE MON RÊVE | album 1972
Je rentre chez moi
Et de l’autre côté de la ville
Je sais qu’il est là


Je le connais mal
Mais de l’autre côté de mon rêve
J’entends les chorales
Les chorales

La longue nuit
Commence dans ma vie
La longue nuit
Commence dans ma vie

Et les montagnes me disent que je l’aime
Et la terre me dit que je l’aime
Et la campagne me dit que je l’aime
Et la terre me dit que je l’aime
Je sais bien

Je pense à sa bouche
Et de l’autre côté de la ville
Nos esprits se touchent

Je lui téléphone
Et de l’autre côté de la ligne
Sa voix me donne
De l’espoir

La longue vie
Commence dans ma nuit
La longue vie
Commence dans ma nuit

Et les montagnes me disent que je l’aime
Et la terre me dit que je l’aime
Et la campagne me dit que je l’aime
Et la terre me dit que je l’aime
Oh, je sais bien

Je rentre chez moi
Et de l’autre côté de la porte
Je sais qu’il est là
paroles & musique : François Bernheim
éditions Pathé Marconi

enregistrée par les ROCHE MARTIN sur :
C'EST TOI QUI AS GÂCHÉ NOTRE VIE | super 45 tours 1967

réédité en CD sur :
SIXTIES GIRLS vol. 2 | compilation Magic Records 2001
et sur ET VOILÀ | coffret intégrale 2008
Lui : Sortir, moi je veux sortir
Elles : Que reste-t-il en toi de bon, de pur et de parfait ?
Lui : Des gens, je veux voir des gens
Elles : Tu es imbibé de futile, de vide et de surfait

Lui : Bilan, ne pas faire mon bilan
Elles : Me voilà devant toi, c’est le moment de te parler
Lui : Des voix, mais d’où viennent donc ces voix ?
Elles : Fais le bilan du résultat de toutes ces années

Elles : Regarde cette image
Que la glace te renvoie
Et tourne cette page
Et essaie d’être un peu froid

Il faut se dire un jour mon vieux
Tu n’as plus cours

Je regarde cette image
C’est ça ma déchéance
Je regarde cette image
C’est ça ma déchéance
Je regarde cette image
C’est ça ma déchéance

Lui : Non, non, non je n’ai jamais compris
Elles : N’as-tu jamais compris que le soleil n’existe pas ?
Lui : Oui mais, moi je vis comme un roi
Elles : Pour ceux qui cherchent l’ombre et s’y plaisent comme des rois
Lui : Jamais, jamais on ne m’a trompé
Elles : N’as-tu jamais compris que toujours tu t’es fait tromper ?
Lui : Jamais, j’ai toujours eu l’amitié
Elles : N’as-tu jamais levé les yeux vers ce peu d’amitié ?

Elles : Que ta pauvre figure
Ne séduira jamais plus
C’est là mauvais augure
Déchéance et rien de plus

Il faut se dire un jour mon vieux
Tu n’as plus cours

Je regarde cette image
C’est ça ma déchéance
Je regarde cette image
C’est ça ma déchéance
Je regarde cette image
C’est ça ma déchéance
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
HOLLYWOOD | album 1977

figure également sur :
ZÉNITH 93 | album public 1993
Voilà l’histoire d’un garçon
Qui vivait dans de drôles de quartiers
Il savait pour de bon
Que quelque chose allait lui arriver
Quelqu’un lui dit : «Hey, allons va-t’en »
Et il partit sur l’autre continent

Il traversa la mer
L’Atlantique lui parut bien long
Il vola dans les airs
Visita l’Amérique en camion
À l’autre bout, elle, elle l’attendait
Une fille aux yeux fous qu’il ne connaissait pas

Cette fille était belle belle belle
Cette fille était belle belle belle
Elle l’attira vers elle et elle l’hypnotisa
Et depuis

Au milieu de la nuit
On le voit qui part là-bas
Il essaie de s’enfuir
Mais elle le suit pas à pas
Il devint fou, peu après
Et la fille aux yeux doux souriait

C’est à Beverly Hills que tout a commencé
Comment ? comment ? on ne sait pas
C’est à Beverly Hills que tout est arrivé
Comment ? comment ? on ne sait pas

Dans cette ville qui est belle belle belle
Dans cette ville qui est belle belle belle
Dans une ville qui est belle belle belle

C’est un lieu de vacances
Qu’on appelle Hollywood
Qui vous fascine
Et qui vous rend fou
C’est un endroit de chance
Qu’on appelle Hollywood
Et quand on y danse
On y danse comme des fous

C’est une ville de vacances
Qu’on appelle Hollywood
Et quand on y danse
On y danse comme des fous
C’est une ville de chance
Qu’on appelle Hollywood
Et quand on y danse
On y danse comme des fous

C’est une ville de vacances
Qu’on appelle Hollywood
Et quand on y danse
On y danse comme des fous
C’est une ville de chance
Qu’on appelle Hollywood
Et quand on y danse
On y danse comme des fous

C’est une ville de vacances
Qu’on appelle Hollywood…
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée sur :
HOLLYWOOD | album 1977

Martin habite
Sous le quatrième pont
Loin de Brooklyn
Et de sa maison

Et la musique
Qu’il ne chante qu’à l’unisson
Tambourine

Il n’a plus toute sa tête
Les gens croient qu’il est bête
Mais s’il n’a plus toute sa raison
Le temps lui paraît long

Et les cloches sonnent sonnent
Et elles ne donnent que l’unisson
Sous la pluie
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
MOI, LE VENIN | album 1989

figure également sur :
À L'OLYMPIA 89 | album public 1989

vidéo 1989 incluse dans ET VOILÀ | coffret intégrale 2008 (DVD 4)
Le désir
Plus fort que tout sur terre
Tapi dans l’ombre tous les jours
Un sentiment qu’on adore
Mais qui nous retient encore
On garde tout en nous
On devient fous
L’amour nous brûle partout

Même si quelquefois
Ça coûte tant de le dire
Ça coûte tant de le faire
Ça peut prendre un soupir
Sorti droit de l’enfer
Qui peut juger nos âmes ?
Et qui peut lever nos fers ?
Même le Dieu de l’amour
Roule dans la poussière

Et on se sent tout petit, tout petit
Tout nu, tout nu
Trouvez-moi le nombre d’or

Le désir
Latent dans mon regard
Dans les abîmes de ma mémoire
Avant de voler ton âme
Je voudrais calmer ma flamme
Il y a quelque chose en moi
Sans foi ni loi
Qui m’épouvante parfois

Et même si quelquefois
Ça coûte tant de le dire
Ça coûte tant de le faire
Ça peut prendre un sourire
Qui nous mène en enfer
Qui peut juger nos âmes
Et qui peut lever nos fers
Même le Dieu de l’amour
Roule dans la poussière

Ça coûte tant de le dire
Ça coûte tant de le faire
Ça peut prendre un sourire
Qui nous mène en enfer
Qui peut juger nos âmes
Et qui peut lever nos fers
Même le Dieu de l’amour
Roule dans la poussière

Et on se sent tout petit, tout petit
Tout nu, tout nu
Trouvez-moi le nombre d’or

Ça coûte tant de le dire…
paroles : Lyvia d’Alché
musique : Lana et Paul Sebastian
éditions Piano Blanc/Droits révervés

enregistrée sur :
LONGUE DISTANCE | album 2004
Désirs, désirs
Tous ces désirs
Qui font courir
Dans tous les sens
Pour que l’existence ait un sens
Désir, désir d’un soir
En smoking noir
De se revoir
De croire à son histoire
Désirs, désirs
Tous ces désirs
Qui nous aspirent
Comme des vampires
Dans les taxis de la vie
Désir d’ailleurs
De couper le moteur
Baisser les voiles
Pour dériver sous les étoiles
Désirs

Désir de beau
De chaud
D’oiseaux
Désir de bleu
Un rêve à deux

Désir de désir
D’immense
Désir de désir
D’intense
Désir de désir
De chance
Une deuxième chance

Désirs, désirs
Tous ces désirs
Qui nous inspirent
Une mélodie ou un enfant
Pour moins mourir
Désir, désir
Tout le temps comme on respire
Pour se prouver tout simplement qu’on est vivants
Vivants

Désir de peau
De chaud
D’oiseaux
Désir de bleu
Camaïeu

Désir de désir
D’immense
Désir de désir
D’intense
Désir de désir
De chance
Tous ces désirs

Désir, désir d’amour
D’amour toujours
Que rien n’efface
Dans le temps qui passe
L’envie de zapper
Tous nos regrets
De ne garder dans l’âme tous nos soupirs
Respire

Désir de désir
De peau
Désir de désir
De chaud
Désir de désir
D’oiseaux
Désir de bleu
D’un rêve à deux
Désir de désir
D’immense
Désir de désir
D’intense
Désir de désir de chance
Désir de bleu
Désir de bleu

Désir de désir…
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
DE L'AUTRE CÔTÉ DE MON RÊVE | album 1972

figure également sur :
LIVE AT THE OLYMPIA | album public 1976
Je veux te vouloir
Deviner ton histoire
Laisse-moi le temps
Devine-moi

Je veux te vouloir
Raconter des histoires
Sans que tu me croies
Devine-moi

Reste chez toi
Je n’attends rien de toi
Oh, reste là-bas
Et ne m’appelle pas
Je suis trop loin
Mais toujours avec toi
Tout près de toi

Je veux te vouloir
Attendre ton visage
Laisse-moi le temps
Devine-moi

Reste chez toi
Je n’attends rien de toi
Oh, reste là-bas
Et ne m’appelle pas
Je suis trop loin
Mais toujours avec toi
Tout près de toi

Je veux te vouloir
Attendre ton passage
Sans que tu le voies
Devine-moi

Devine-moi
Oh, Devine-moi
Devine-moi, devine-moi, devine-moi, devine
Devine, devine, devine
Devine-moi, devine-moi, devine-moi, devine
Devine, devine, devine
Devine-moi, devine-moi, devine-moi, devine
Devine, devine, devine...
paroles & musique : Michel Berger
éditions musicales Colline / Universal Music Publishing

enregistrée pour la première fois par France Gall sur :
TOUT POUR LA MUSIQUE | album 1981
également enregistrée par Michel Berger sur VOYOU | album 1983
puis par Johnny Hallyday (1991)

enregistrée par Véronique Sanson sur :
D'UN PAPILLON À UNE ÉTOILE | album 1999
AVEC VOUS | album public 2000
paroles : droits de reproduction réservés
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
AMOUREUSE | album 1972

figure également sur :
LIVE AT THE OLYMPIA | album public 1976
OLYMPIA 2005 | album public & vidéo 2005

maquette piano/voix 1971 et version anglaise incluses dans :
ET VOILÀ | coffret intégrale 2008 (CD 2 & 3)
AMOUREUSE 1972-2012 | réédition 2012

Dis-lui de revenir
Je l’attendrai toute la saison
Que l’été va venir
Que je suis toute seule à la maison

Qu’il fait bon dehors
Les cigales de l’été
Vont bientôt s’arrêter
Et tout appelle à l’amour
Comme ça sans raison
Comme ça sans raison
Mais

Dis-lui de revenir
Je l’attendrai toute la saison
Que l’été va mourir
Que je suis toute seule à la maison
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
VANCOUVER | album 1976

figure également sur :
LIVE AT THE OLYMPIA | album public 1976
SYMPHONIQUE SANSON | album public & vidéo 1990
Et d’un ton bizarre
Il a dit qu’il te voulait
De drôles de regards
Dans le vide flottaient
Et tes yeux vont dans le vague
Comme au travers d’un brouillard
Tu as mille choses à faire
Sans vraiment savoir le dire

Prends une minute pour l’oublier ¹
Et laisse ton désir s’allumer
Ose le faire
Ose le dire
Ose aimer
Ose aimer
Vraiment

Prends une minute pour le lui dire ²
Tu n’es plus libre de te taire
Ose le faire
Ose le dire
Ose aimer
Ose aimer
Une seule fois

Tu vois des mirages
Et des villes et des îles
Tu entends sonner l’orage
Ne pars pas déjà
Il est là il est là
Il n’a pas peur de toi
Et tu es muette et lui
Te regarde sans te voir
Quand l’orage tombe
Il est lourd il est lourd
Il résonne comme l’amour

Prends une minute pour l’oublier ¹
Et laisse ton désir s’allumer
Ose le faire
Ose le dire
Ose aimer
Ose aimer
Vraiment

Prends une minute pour le lui dire ²
Tu n’es plus libre de te taire
Alors ose le faire
Ose le dire
Ose aimer
Ose aimer
Donne-toi
Donne-toi


le texte initial, qui n’a pas été retenu pour les
enregistrements de 1976, a ensuite été repris en 1989 :

¹ Prends une minute pour y penser
² Prends une minute imaginaire
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée sur :
LONGUE DISTANCE | album 2004

figure également sur :
OLYMPIA 2005 | album public & vidéo 2005
Je suis assise sur une bombe atomique
Et pour une fois c’est vraiment pathétique
Les tentations qui sont souvent magiques
Me font l’effet d’un retour d’élastique

Et tous les jours je lutte tout le temps
Contre un démon qui me veut vraiment
Et c’est de là que j’aime
La douceur du danger

Je suis assise sur une bombe atomique
Ma cave est pleine de vapeurs méphitiques
Leurs rondeurs font de la musique
Mais elles n’ont plus de vrais pouvoirs magiques

Et tous les jours je lutte tout le temps
Contre la dérision de mon âme sans fond
Et c’est de là que j’aime
La douceur du danger

Et puis ma vie sentimentale
N’est plus qu’un vide sidéral
Rien à regarder dans ma boule de cristal
Adieu la vie
Adieu l’amour

On sort le soir, on boit des coups
C’est pas bien grave, mais c’est bien fait pour nous
Il faut savoir narguer le loup
Pour pouvoir aller jusqu’au bout

Au bout de l’enfer si ça te chante
Au paradis t’auras pas une chance
Et c’est de là que j’aime
La douceur du danger

Et puis ma vie sentimentale
N’est plus qu’un vide sidéral
Rien à regarder dans ma boule de cristal
Adieu la vie
Adieu l’amour

Ton avenir est dans ta prochaine bouteille
Dans la vraie vie, c’est vraiment pas pareil
Les feuilles tombent et tombent encore
Mettre en prison la douleur de ton corps

Et tous les jours je lutte tout le temps
Contre un démon qui me veut vraiment
Et c’est de là que j’aime
La douceur du danger
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
LAISSE-LA VIVRE | album 1981

figure également sur :
AU PALAIS DES SPORTS | album public 1981
À L'OLYMPIA 89 | album public 1989
Les jours de ma vie s’en vont
Sans que j’aie pu retenir de leçon
Je sais que l’amour est là
Infiniment troublant
Attendant d’être vu

Quand viennent les coups de grisou
La vie demande tant de vous
Je me demande à quels vents
De l’enfer une fois
J’ai obéi tout bas

J’ai eu des temps de folie
Des temps d’horreur et des nuits d’oubli
Quand on sait l’angoisse là
Infiniment cruelle
Attendant la curée

Le monde est doux dehors
Doux doux doux dehors
Fou dedans
Fugitif et lent
Flou d’abord
Doux doux doux dehors
Fou de sang
Vous entrez dedans
Mais jamais vous n’en sortez comme avant

J’ai regretté d’être aveugle souvent
Quand l’amour me regardait
Infiniment patient
Attendant d’être vu

La trace de mes poisons
Moi je la porte sur mon front
Je sais que la vie s’en va
Infiniment plus belle qu’on ne l’imagina

Le monde est doux dehors
Doux doux doux dehors
Et fou dedans
Fugitif et lent
Flou d’abord
Doux doux doux dehors
Tout le temps
Éternellement

Le monde est doux dehors
Doux doux doux dehors
Et fou dedans
Fugitif et lent
Flou d’abord
Doux doux doux dehors
Tout le temps
Éternellement

Doux dehors, fou dedans
Doux dehors, fou dedans…
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée sur :
LE MAUDIT | album 1974
Une étoile rouge va se poser devant moi
Une étoile rouge vient de virer vers moi
Et c’est toujours comme ça
Pendant l’hiver
J’attends que l’amour
Vienne et m’appelle
Vienne et m’appelle

Mon dernier amour a bien eu raison de moi
J’ai caché mon cœur dans une maison de roi
Et c’est toujours comme ça
Pendant l’hiver
J’attends que l’amour
Vienne et m’appelle

Mais quand je me réveille
Tout mon corps se balance
Dans un nouveau soleil
Des fumées d’encens
Dans des coupes de vermeil
Le soir
C’est comme si le grand Alleluia
Me donnait
Le diable au corps

Le soir
C’est comme si le grand Alleluia
Me donnait
Le diable au corps

Un étrange rêve vient me toucher du doigt
Comme si tout le gel venait de tomber sur moi
Et c’est toujours comme ça
Pendant l’hiver
J’attends que l’amour
Vienne et m’appelle

Mais quand je me réveille
Tout mon corps se balance
Dans un nouveau soleil
Des bouffées d’encens
Dans des coupes de vermeil
Le soir
C’est comme si le grand Alleluia
Me donnait
Le diable au corps

Mais quand je me réveille
Tout mon corps se balance
Dans un nouveau soleil
Des fumées d’encens
Dans des coupes de vermeil
Le soir
C’est comme si le grand Alleluia
Me donnait
Le diable au corps
Me donnait
Le diable au corps

Me donnait
Le diable au corps…
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
VANCOUVER | album 1976

figure également sur :
LIVE AT THE OLYMPIA | album public 1976
AU PALAIS DES SPORTS | album public 1981
SYMPHONIQUE SANSON | album public & vidéo 1990
J’ai changé de pays
Soudain
J’ai de nouveaux amis
Bien
Mon piano rigole
Et fait des gammes
Ils croient que je suis folle
C’est triste tu vois

J’ai des clowns pour
M’amuser
Des amours faciles pour
Exister
Et des gens habiles pour
M’épauler
Dans les grandes villes
Rien n’a changé

À quoi ça me sert si toute ma vie
N’est qu’une étrange comédie
À qui donner l’onde d’un regard
Si tout s’appuie sur le hasard
J’appelle un amour qui balance bien
L’amour que je cherche en vain
C’est le tien
C’est le mien

Pour que j’aie un sourire
Sans limites
Ils me donnent d’étranges
Médecines
Qui vont du jus d’orange
À la cocaïne
Dans les grandes villes
Rien n’a changé

À quoi ça me sert si toute ma vie
N’est qu’une pauvre comédie
À qui donner l’onde d’un regard
Si tout s’appuie sur le hasard
J’appelle un amour qui balance bien
L’amour que je cherche en vain
Oh c’est le tien
Ou c’est le mien
C’est le tien
C’est le mien

Je change de morale
Quand je suis toute seule chez moi
Je peux pas louer un papa
Je peux pas louer une maman
Je sais aussi être immorale
Quand j’ai les yeux du hasard
C’est facile

Mais à quoi ça me sert si toute ma vie
N’est qu’une pauvre comédie
À qui donner l’onde d’un regard
Si tout s’appuie sur le hasard
J’appelle un amour qui balance bien
L’amour que je cherche en vain
C’est le tien
Ou c’est le mien

Je n’aime que toi
Je t’aime
Je t’aime
Et je t’aimerai
Toute ma vie
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
LAISSE-LA VIVRE | album 1981

figure également sur :
L'OYMPIA 1985 | album public 1986
Je cours la nuit
Je cours dans les ruelles
Sans souci des assassins
Avant le jour
Je serai celle
Qui chavira dans son chagrin

Sans toi la route est longue
Mais l’amour est toujours le même
Où que tu sois au monde
Je te retrouverai quand même

Aucune histoire
N’a été plus belle
Si difficile et différente
Tous les déboires
D’un amour rebelle
S’en venaient à tout venant

Sans toi la route est longue
Fais attention à mon amour
Écoute-le qui gronde
Écoute-le te faire la cour

Et je suis
Fatiguée de me languir
À bout de souffle, à bout de temps
Pendant le nuit
Je ne peux plus dormir
Car je m’éveille avec le vent

Sans toi la route est longue
Mais l’amour est toujours le même
Où que tu sois au monde
Je te retrouverai quand même

J’ai perdu la tête
Dans ma course vagabonde
Y a trop de jours et trop de gens
Tout s’emmêle, arrive en même temps

Sans toi la route est longue
Fais attention à mon amour
Écoute-le qui gronde
Écoute-le te faire la cour

Toi qui vis ta vie
Sans savoir où je suis
Souviens-toi, oui souviens-toi bien
Que je cours la nuit
À travers les ruelles
Sans souci des assassins

Sans toi la route est longue
Fais attention à mon amour
Écoute-le qui gronde
Écoute-le te faire la cour

Sans toi la route est longue…
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée sur :
MA RÉVÉRENCE | 45 tours 1979

disponible en CD sur les compilations de la série
LES PLUS BELLES CHANSONS
Fais-moi une mélodie
Comme j’aime, comme je l’imagine
T’as pas besoin de la faire jolie
Chante-la et ça me suffit
Et c’est bien plus qu’un cadeau
Que tu me donnes et qui va au-delà des mots

Fais-moi une mélodie
Qui me touche tout au fond de moi
J’ai pas besoin de l’avoir tout de suite
Prends le temps d’y penser pour moi
Une qui balance par en-dedans
Et qui m’emmènera bien au-delà du temps

Elle sera pour moi
Rien que pour moi
Bien au fond de moi
Bien au fond de toi
Ça fait des années que je l’attends et

Je t’aime
Tous les matins je me dis
Que t’es pas le même
Pas comme les gens d’ici
C’est bien quand même
Qu’on soit passés par plus de mille jours de pluie
Pour qu’on rêve
Un jour d’avoir cette jolie mélodie

Petite fille, petite fille
Le jour où elle arrivera
Je me dirai : « Mmh, je viens de loin »
Je serai bien
Et je te dirai : « Mon amour
Ça vaut la peine que

Je t’aime »
Tous les matins je me dis
Que t’es pas le même
Pas comme les gens d’ici
Tout de même
C’est au-delà de la vie
Que tu m’emmènes
Si tu me fais cette jolie mélodie

Je t’aime
Tous les matins je me dis
Que t’es pas le même
Pas comme les gens d’ici
Mais c’est bien quand même
Au-delà de la vie
Que tu m’emmènes
Si tu me fais cette jolie mélodie

Je t’aime…
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée sur :
LONGUE DISTANCE | album 2004
Les faux magiciens
Nous ont fait rêver des siècles
Avec leur cœur convexe
Où l’on ne voit plus rien
Et dans les grimoires
D’un autre âge
Il n’y a plus rien de sage
Tout le monde a tout déformé

Les faux magiciens
M’apparaissent comme des spectres
Me font une peur abjecte
Dans les brumes du petit matin
Et leurs mensonges
Ont des vapeurs suspectes
Qui font rougir les lucioles
Dans leurs repaires clandestins

Faites de moi ce que vous voulez
Quand vous aurez terminé
Coupez mes bras, coupez mes mains
Mais laissez-moi parler

Les vrais magiciens
M’auraient envoyé un hibou
Une lettre entre leurs pattes
Pour aller jusqu’au bout de nos vies
Les faux magiciens
Se servent de la haine
Pour massacrer nos peines
Dont il se nourrissaient avec leurs yeux

Ils m’emmènent tout simplement
Vers des forêts déchirées
Qu’ils réparent si souvent
Tout seuls avec le vent

Les vrais magiciens
Ont combattu les trolls
Pas seulement pour les folles
Qui les faisaient rire en secret

Faites de moi ce que vous voulez
Quand vous aurez terminé
Coupez mes bras, coupez mes mains
Mais laissez-moi parler
Oh laissez-moi parler
Oh laissez-moi parler
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
HOLLYWOOD | album 1977

figure également sur :
AU PALAIS DES SPORTS | album public 1981
OLYMPIA 2005 | album public & vidéo 2005
duo piano/voix 1993 avec Maurane inclus dans :
ET VOILÀ | coffret intégrale 2008 (DVD 4)
Porter les robes de nos grands-mères
Chausser de hauts talons blancs
Avoir un regard qui repère
Les hommes qu’elles trouvent attirants

Mais comme comme comme ça fait du bien
De savoir qu’on voudrait bien avoir
Quelques heures devant le miroir
Car c’est exclusivement féminin
C’est exclusivement féminin
C’est exclusivement féminin
C’est exclusivement féminin

Faire semblant d’être blonde
Se maquiller le matin
Avoir les hanches rondes
Et une peau de satin

Mais comme comme comme ça fait du bien
De savoir qu’on voudrait avoir
Quelques heures devant le miroir
Car c’est exclusivement féminin
C’est exclusivement féminin
C’est exclusivement féminin
C’est exclusivement féminin

Se promener sous une ombrelle
Dans les champs au hasard
Avoir envie d’être belle
Se préparer pour le soir

Mais comme comme comme ça fait rêver
Et réveiller de bons moments fous
Car passer des heures devant le miroir
C’est exclusivement féminin
C’est exclusivement féminin
C’est exclusivement féminin
C’est exclusivement féminin

C’est exclusivement féminin
C’est exclusivement féminin
C’est exclusivement féminin
C’est exclusivement féminin
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Marconi Soc.

enregistrée pour la première fois sur :
VÉRONIQUE SANSON | 45 tours 1969

figure également sur :
SANS REGRETS | album 1992

la version originale de 1969 figure en CD dans :
PETITS MOMENTS CHOISIS | compilation 2007
et ET VOILÀ | coffret intégrale 2008 (CD 1)
Comme le feu du ciel
Désintégrant mon cœur chaque jour
Comme la peur mortelle
Qui s’accroche à la fin d’un amour
Je te regrette en silence
Et je pleure la nuit
Car je n’ai pas de courage
Pas de courage

Comme le fond de l’air
Qui se prépare à faire la pluie
Et comme le tonnerre
Qui ne voudrait pas faire de bruit
Je te regrette en silence
Et je rejette aussi
Tout ce que disent les sages
Disent les sages

Pour la première fois je suis
Totalement désemparée
Pour la première fois je suis
Absolument abandonnée
Pas de condoléances
Mais quand vient le silence
Je pense je pense je pense

Que tout le monde
Devrait être malheureux
Oh oui, que tout le monde
Devrait être malheureux
Autant que moi

Comme le phare en mer
Qui deviendrait fantasmagorique
Comme le château de verre
Qui se ferait parfois métallique
Tant que vivra l’espérance
Et tous mes souvenirs
Je n’aurai pas de courage
Pas de courage

Comme le feu du ciel
Désintégrant mon cœur chaque jour
Comme la peur mortelle
Qui s’accroche à la fin d’un amour
Je te regrette en silence
Et je pleure la nuit
Car je n’ai pas de courage
Pas de courage

Pour la première fois je suis
Totalement désemparée
Pour la première fois je suis
Absolument abandonnée
Pas de condoléances
Mais quand vient le silence
Je pense je pense je pense

Que tout le monde
Devrait être malheureux
Oh oui, que tout le monde
Devrait être malheureux
Autant que moi

Tout le monde
Devrait être malheureux
Oh oui, que tout le monde
Devrait être malheureux
Autant que moi

Tout le monde
Devrait être malheureux…
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée sur :
INDESTRUCTIBLE | album 1998
Les fiancés de jour
Sans solitude aucune
Devant des gens qui pensent
À quelqu’un ou quelqu’une
Et au temps qui avance
Qui défie la rancune
C’est comme ça que l’on vit

Les fiancés de nuit
Se regardent en silence
Dans leurs yeux y a des lits
Ils savent tout d’avance
Ce que sera leur nuit
La puissance de l’envie
Et la force de l’oubli

La nuit
C’est quelque chose
Qu’on aime bien, qu’on sent bien, qu’on sait bien
On la connaît par cœur
Le jour
Pas pareil
Mais c’est bien, le soleil dans nos yeux
On se réveille par cœur
Aussi

Les fiancés de jour
Sont timides et petits
Ne pensent qu’à l’amour
Qu’ils détestent et qu’ils fuient
Il leur manque la rage
Que donne le courage
De terrasser l’ennemi

La nuit
C’est quelque chose
Qu’on aime bien, qu’on sent bien, qu’on sait bien
On la connaît par cœur
Le jour
Pas pareil
Mais c’est bien, le soleil dans nos yeux
On se réveille par cœur

La nuit
C’est quelque chose
Qu’on aime bien, qu’on sent bien, qu’on sait bien
On la connaît par cœur
Le jour
Pas pareil
Mais c’est bien, le soleil dans nos yeux
On se réveille par cœur
Aussi

Les fiancés du ciel
Sur un cheval ailé
Pégase et autres belles
Ont tout à redouter
Les sirènes qui appellent
Les elfes de Tolkien
Et surtout pas les maudits

Les fiancés-garous
Ont une existence acquise
Mais tout ce qu’ils nous prouvent
C’est que leurs yeux sont des banquises
D’un gris que l’on retrouve
Dans le regard des louves
Dangereuses, mais jolies
Dangereuses, et jalouses

La nuit
C’est quelque chose
Qu’on aime bien, qu’on sent bien, qu’on sait bien
On la connaît par cœur
Le jour
Pas pareil
Mais c’est bien, le soleil dans nos yeux
On se réveille par cœur

La nuit
C’est quelque chose
Qu’on aime bien, qu’on sent bien, qu’on sait bien
On la connaît par cœur
Le jour
Pas pareil
Mais c’est bien, le soleil dans nos yeux
On se réveille par cœur
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
VANCOUVER | album 1976

figure également sur :
LIVE AT THE OLYMPIA | album public 1976
À L'OLYMPIA 89 | album public 1989

et en deux versions rares dans ET VOILÀ | coffret intégrale 2008 :
version acoustique enregistrée à Taratata en 1993 (DVD 3)
vidéo 1989 (DVD 4)
Confidentially
It’s kind of hard for me to see
Why people seem to think
I’m some kind of stranger
You know I wouldn’t lie
But just between you and I
I’m not a foreign spy
You’re not in any danger

I’m just a full tilt frog
Stranger in a new land
Yes I am
I’m just a full tilt frog
Stranger in a new land
Yes I am

Talking with my hands
You’d never guess I came from France
And given half a chance
I’m just as good as you

It drives a girl insane
When they mispronounce my name
But I love you just the same
No matter what you do…

‘Cause I’m a full tilt frog
Stranger in a new land
Yes I am
Yes I am
‘Cause I’m a full tilt frog
Stranger in a new land
Yes I am

When I’m home
All I ever see is changes all around
When I’m home
It always seems so strange
Living in a big hotel
In a place I knew so well
Feeling like a tourist in my own home town

‘Cause I’m a full tilt frog
Stranger in a new land
Yes I am
Yes I am
‘Cause I’m a full tilt frog
Stranger in a new land
Yes I am
Yes I am

Here I am
So give me a helping hand
Here I am
Doing the best I can

Yes I am
Yes I am

‘Cause I’m a full tilt frog…
paroles & musique : Calvin Carter & James "Pookie" Hudson
éditions J. Plant

enregistrée par Véronique Sanson sur :
AU PALAIS DES SPORTS | album public 1981

en guise d'au revoir au public, Véronique et ses musiciens reprennent a cappella le refrain d'un succès créé en 1954 par le groupe de rythm'n blues The Spaniels et maintes fois repris depuis
Goodnight, sweetheart, well it's time to go
Goodnight, sweetheart, well it's time to go
I hate to leave you, but I really must say
Oh Goodnight, sweetheart, goodnight

Goodnight, sweetheart, well it's time to go
Goodnight, sweetheart, well it's time to go
I hate to leave you, but I really must say
Oh Goodnight, sweetheart, goodnight

Well, it's three o'clock in the morning
Baby, I just can't keep right
Well, I hate to leave you, baby
Don't mean maybe, because I love you so

Goodnight, sweetheart, well it's time to go
Goodnight, sweetheart, well it's time to go
I hate to leave you, but I really must say
Oh Goodnight, sweetheart, goodnight

Mother oh and your father
Might hear if I stay here too long
One kiss and we'll part
And I'll be going
You know I hate to go

Goodnight, sweetheart, well it's time to go
Goodnight, sweetheart, well it's time to go
I hate to leave you, but I really must say
Goodnight, sweetheart, goodnight
paroles & musique : Michel Berger
éditions musicales Colline / Universal Music Publishing

enregistrée pour la première fois par Michel Berger sur :
BEAUSÉJOUR | album 1980

enregistrée par Véronique Sanson sur :
AVEC VOUS | album public 2000
paroles : droits de reproduction réservés
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée sur :
HOLLYWOOD | album 1977
J’essaie de faire
Une petite chanson de rien
Où j’ai envie de me taire
Et laisser chanter le refrain
En oubliant les rimes
Inventant de nouvelles ondes
Que les muses illuminent
Et fermer les yeux sur l’illusion

Laisse chanter la mélancolie
Et toutes les harmonies
Laisse pleurer la mélancolie
Et toutes les harmonies
Tu sais la musique est infinie
Y a toutes les harmonies
Moi je la chante et il me suffit
De prier à genoux
Que tous les jours
Un nouvel amour
Me sourira
Me sourira

Devant la musique
Je manque un peu de courage
Elle est trop élastique
Pour se laisser capter dans un mirage
Mais les accords s’animent
Dans la douceur d’une fin de saison
Dans une chanson sans rimes
Je ferme les yeux sur l’illusion

Laisse chanter la mélancolie
Et toutes les harmonies
Laisse pleurer la mélancolie
Et toutes les harmonies
Tu sais la musique est infinie
Y a toutes les harmonies
Moi je la chante et il me suffit
De prier à genoux
Que tous les jours
Un nouvel amour
Me sourira
Me sourira

Laisse chanter la mélancolie…
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée sur :
INDESTRUCTIBLE | album 1998
Je voudrais vous parler d’un garçon
Histoire sans intérêt
C’est juste une illusion
Amère comme du café
Banale comme cette chanson
Sans raison, sans raison, sans raison

Je voudrais que ça passe
Avant que ça me lasse
Et je sais où la vie nous dépasse
Mais je le sais pas par cœur du tout, du tout
Et vous ?

Je voudrais vous parler des passions
Qui illuminent nos têtes
Et qui font d’un frisson
Une attente de la fête
Banale comme un lampion
Sans couleur, sans odeur, sans lueur

Et je voudrais que ça me passe
Avant que ça me lasse
Et je sais où la vie nous dépasse
Mais je le sais pas par cœur du tout, du tout
Et vous ?

Je voudrais vous parler d’un garçon
Histoire sans intérêt
Oh, juste une illusion
Amère comme du café
Banale comme cette chanson
Sans raison, sans raison, sans raison

Et je voudrais que ça me passe
Avant que ça me lasse
Et je sais où la vie nous dépasse
Mais je le sais pas par cœur du tout, du tout
Et vous ?
Mais j’le sais pas par cœur du tout, du tout
Et vous ?
Mais j’le sais pas par cœur du tout, du tout
Et vous ?
musique : Alain Chamfort et Jean-Noël Chaléat
paroles : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc / Johnny Christmas Publishing / Tessland / BMG Publishing

enregistrée sur :
LONGUE DISTANCE | album 2004
Tu aimes quelqu’un en secret
Quelqu’un que tu ne vois jamais
Mais quand les radios sonnent, quelquefois
Oh tu crois qu’il est là
Sa chevelure épaisse sous ses doigts
Te dit qu’il pourrait bien t’aimer pour toi
Tu penses qu’il serait bien à deux doigts
De marcher près de toi

L’homme qui est dans tes yeux
Come on, come on
Vraiment radieux
Comme un soleil
Qui illumine tes pupilles
Tout au fond de toi
Et tu sors de l’école
Come on, come on
Voilà l’idole
Sans le voir
T’es comme une poudrière
Après la guerre
Maudis la poussière
Que fait ses pas

Quand il a fini d’être épuisé
Crois-tu qu’il pense à toi, mon bébé ?
L’enfer est disponible pour nous tous
Rien qu’une petite secousse
Mais quand les gens apprennent, mon bébé
Que dans un grand cocon que le soleil ne peut briser
L’amour est comme une douche glacée
Que rien ne peut dégeler

L’homme de farandole
Come on, come on
Voilà l’idole
Sans résister
Tu voulais faire la guerre
À tout ce qu’il aime
Sans te débrancher
L’homme de farandole
Come on, Come on
Voilà l’idole
Sans résister
Tu voulais faire la guerre
À tout ce qu’il aime
Sans te débrancher
De ses idées

L’homme de farandole
Come on, come on
Voilà l’idole
Sans résister
Tu voulais faire la guerre
À tout ce qu’il aime
Sans te désister
L’homme de farandole
Come on, come on
Voilà l’idole
Sans résister
Tu voulais faire la guerre
À tout ce qu’il aime
Sans te désister
De tes idées
De tes idées
De tes idées…
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
SANS REGRETS | album 1992

figure également sur :
OLYMPIA 2005 | album public 2005
Je ne suis plus capable de larmes
Je ne suis coupable de rien
Celui qui m’a volé mes armes
M’a quitté ce matin
Sans donner la moindre âme
À son départ soudain
Mais que personne ne le blâme
Sauf moi qui le connais bien

Car les hommes que j’aimais de loin
Sont les hommes que j’aurais dû abandonner
Et les hommes amoureux de rien
Me font toujours rire toute seule
En face de ma vérité
Maquillage laissé au clou
Quand je pleure la tête sur mes genoux

Je voudrais faire la part
De ma force et mon chagrin
De tous mes doutes blafards
Et toujours tellement vains

J’ai dit et laissé dire
Des choses que t’aimes pas trop
Mais la folie du destin
Est tatouée sur ma peau
Et tu me haïras peut-être
D’avoir pas pleuré plus tôt
Mais la trace de tes mains
Est gravée dans mon dos

Car les hommes que j’aimais de loin
Sont les hommes que j’aurais dû abandonner
Et les hommes amoureux de rien
Me font toujours rire toute seule
En face de ma vérité
Et ma rage poussée à bout
Quand je pleure la tête sur mes genoux

J’ai dit et laissé dire
Des choses derrière ton dos
Mais la force du destin
Est tatouée sur ma peau
Tu me haïras peut-être
D’avoir pas pleuré plus tôt
Mais la trace de tes mains
Est gravée dans mon dos

J’ai dit et laissé dire
Des choses derrière ton dos
Mais la force du destin
Est tatouée sur ma peau
Et tu me haïras peut-être
D’avoir pas pleuré plus tôt
Mais la trace de tes mains
Est gravée dans mon dos
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
INDESTRUCTIBLE | album 1998

version alternative 1998 incluse dans :
ET VOILÀ | coffret intégrale 2008 (CD 18)
Tu ne sais pas qui je suis
Mais je sais qui tu es
Depuis les aubes du monde
Quand mes diables naissaient
Déjà je commençais

J’ai voleté au dessus-toi
Je t’ai fait léviter sans cesse
Eh bien oui, c’était moi
Qui harcelais tes rêves
Je te voulais vivant

Et si ta jalousie
Vient me percer le cœur
Je te donne une minute
Pour te casser ailleurs
Hôtel Biron, Chambre 22

Tout le temps que j’ai passé
À séduire tes caprices
Les gens riaient d’un rire
Puissant et maléfique
C’est comme ça qu’ils existent

Et peut-être sous un pont
Je te trouverai magique
Et puis dans un moment
Subtil et magnifique
Je te donnerai mon nom

Pour les hommes que j’ai aimés
Une minute ou une heure
C’est pas ce qui m’a manqué
C’est pas pour ça que je pleure
J’ai du mal à pleurer
Oh, si vous saviez

Je vis sous mon étoile
J’ai mené mes batailles
Ça fait déjà un bail
Que je cherche une bonne âme
Qui me délivrerait

Pour les hommes que j’ai aimés
Une minute ou une heure
C’est pas ce qui m’a manqué
C’est pas pour ça que je pleure
Je recommencerai

Je recommencerai
Toujours, toujours
Je recommencerai
Je recommencerai
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée sur :
HOLLYWOOD | album 1977
How many lies have you told me
When you knew I was away ?
If it isn’t you, it isn’t me
That drove the other away

How many times
Have I told you
That only your eyes could tell the truth ?
No baby you can’t lie to me anymore
So please please set me free

And I know
You didn’t want to put me down
You didn’t mean me any harm
‘Cause I know that music will keep us in love
And you know
I didn’t want to walk away
And I still love you anyway
‘Cause I don’t believe there is an ending

How many loves have we had
Behind each other’s back ?
How many lonely holidays
Have we spent so far away ?

And now we live a lonely life
And I know it isn’t fair
And if time keeps us alive
We’ll start a brand new love affair

And I know
You didn’t want to put me down
You didn’t mean me any harm
‘Cause I know that music will keep us in love
And you know
I didn’t want to walk away
And I still love you anyway
‘Cause I don’t believe there is an ending

How many lies have you told me
When you knew I was away ?
Now you’ve got left of me all my songs
And you can sing them when I’m gone

Now you’ve got left of me all my songs
And you can sing them when I’m gone
Now you’ve got left of me all my songs
And you can sing them when I’m gone

Now you’ve got left of me all my songs…
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
VÉRONIQUE SANSON (album blanc) | album 1985

figure également sur :
L'OLYMPIA 1985 | album public 1986
Il a tout ce que j’aime
Et il a tout compris
La couleur de mes peines
Et l’angoisse de mes nuits
La violence insensée
D’un amour ébahi
Il me donne tout ça
Comme ça
D’un seul regard en moi

Quand je l’ai rencontré
Il était misérable
Avec l’or patiné
D’un talent formidable
Et l’amour desséché
D’une épouse pitoyable
Et d’un seul coup d’œil
Comme ça
J’ai tué mon orgueil

Faut jamais rester de glace
Quand on sent un signal
Faut pas rire de la menace
Qu’engendre un idéal
Nous
Avec nos rêves et nos soupirs
Avec nos haines et nos plaisirs
On a aimé

Pas de colère
Pas de peine
Pas de misère
Pas de chaînes
Pas de galère
Pas de scènes
Et je l’aime comme ça
Pour ça
Le temps n’existe pas

Y a pas d’alarme qui sonne en moi
Ni d’autres faux-semblants
Mes idées volent bien au-delà
Et tournent avec le vent

C’est pas pour rien que j’ai eu tant d’aventures
Je sais que jamais rien ne dure
Et c’est comme ça que j’ai forgé mon armure
Avec le temps et les brûlures
Et tout l’espoir que j’ai dans l’avenir
C’est de rester chez moi et d’éviter le pire
Et d’espérer n’entendre plus jamais
Le hurlement muet d’une famille déchirée

Il a tout ce que j’aime
Il n’est pas démoli
Par l’usure de son cœur
Et les choses de la vie
Et je peux voir de loin
Une petite lumière
Tout au bout de la terre
Tout au bout de la terre d’où je viens

C’est pas pour rien que j’ai eu tant d’aventures
Je sais que jamais rien ne dure
Et c’est comme ça que j’ai forgé mon armure
Avec le temps et les brûlures
Et tout l’espoir que j’ai dans l’avenir
C’est de rester chez moi et d’éviter le pire
Et d’espérer n’entendre plus jamais
Le hurlement muet des familles déchirées
paroles & musique : François Bernheim
éditions Pathé Marconi

enregistrée par les ROCHE MARTIN sur :
IL EST TEMPS DE PENSER À LA NEIGE | super 45 tours 1967

réédité en CD sur :
SIXTIES GIRLS vol. 3 | compilation Magic Records 2001
et sur ET VOILÀ | coffret intégrale 2008
Il est temps de penser à la neige
Il est temps de penser à l’hiver
Petite fille, ces arpèges
Te sont destinés
Il est temps
D’oublier l’été

Il est temps de chausser tes bottines
Il est temps de coiffer ton bonnet
Petite fille les vitrines
Sont déjà éclairées
Il est temps
D’oublier l’été

Le soleil des vacances
Est si loin tu penses
Qu’il t’a sûrement déjà oubliée

Il est temps de penser à la neige
Il est temps de marcher dans le froid
Petite fille, au collège
Demain tu t’en iras
Il est temps
De faire un feu de bois

Le soleil des vacances
Est si loin tu penses
Qu’il t’a sûrement déjà oubliée

Il est temps de penser à la neige
Il est temps de penser à l’hiver
Petite fille, ces arpèges
Te sont destinés
Il est temps
D’oubli….
Il est temps
D’oubli….
Il est temps
D’oublier l’été
paroles & musique : Bernard Swell
éditions Piano Blanc/Swellito

enregistrée pour la première fois sur :
INDESTRUCTIBLE | album 1998

figure également sur :
OLYMPIA 2005 | album public 2005
Dans les antichambres obscures
On se retourne vers l’enfance
Pour y traquer les blessures
Les raisons de nos souffrances

On devine derrière le mur
La beauté d’un ciel immense
Le pardon d’après l’offense
Et la vie paraît moins dure

Indestructible
On est indestructible
Indestructible
Tout nous paraît possible

On déambule en silence
Dans les couloirs de la peur
On se joue l’indifférence
Dans les rues de la douleur

On continue notre errance
Entre le bien et le mal
Entre l’eau pure et l’eau sale
Mais toujours avec élégance

Indestructible
On est indestructible
Indestructible
Une âme inamovible

Une symphonie de malheur
Un opéra de lassitude
J’voudrais partir avant l’heure
Mais l’altitude
Ça me fait bien trop peur

Indestructible
On est indestructible
Indestructible
Le parfait cœur de cible

Une existence à rêver
D’une éternité d’avance
Puis la mort à tutoyer
Comme une vieille connaissance

Indestructible
On est indestructible
Indestructible
Mais beaucoup trop sensible
Indestructible
Une âme inamovible
Indestructible
Un parfait cœur de cible
Indestructible
Tout nous paraît possible

Indestructible
Tout nous paraît possible
Indestructible
Tout nous paraît possible
Indestructible
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
AMOUREUSE | album 1972

figure également sur :
ZÉNITH 93 | album public 1993

maquette piano/voix 1971 incluse dans :
AMOUREUSE 1972-2012 | réédition 2012

version piano/voix 1982 incluse dans :
PETITS MOMENTS CHOISIS | compilation 2007
ET VOILÀ | coffret intégrale 2008
On peut se méprendre
Sur la vie de tous les jours
Ce n’est pas important
Celui qui le dira est un ignorant

On pourrait maudire
L’habitude ou le hasard
Ce n’est pas important
Celui qui le dira est bien malveillant

Car l’irréparable
C’est aimer d’amour
C’est rire
C’est se dire bonjour
L’irréparable
C’est aimer d’amour
C’est donner
Une partie de sa vie

Parler en silence
De l’avion qui part dans une heure
Ce n’est pas important
Et on ne peut y penser qu’en souriant

Confondre les couleurs
De l’arc-en-ciel qui s’en va
Ce n’est pas important
Et on ne peut y penser qu’en souriant

Car l’irréparable
C’est aimer d’amour
C’est rire
C’est se dire bonjour
L’irréparable
C’est aimer d’amour
C’est donner
Une partie de sa vie

Car l’irréparable
C’est aimer d’amour
C’est rire
C’est se dire bonjour
L’irréparable
C’est aimer d’amour
C’est donner
Une partie de sa vie
paroles : Ira Gershwin
musique : George Gershwin
éditions Gershwin Publishing Corporation/Chappell & Co

chanson extraite de Porgy and Bess (1935), l'unique opéra de George Gershwin, elle a été reprise dans tous les styles, du lyrique à la pop en passant par le jazz, par tout le gratin de la musique américaine et anglaise :
de Cab Calloway à Sammy Davis Jr, de Billie Holiday à Aretha Franklin, de Louis Armstrong et Ella Fitzgerald à Miles Davis, des Moody Blues à Bronski Beat, de Cher à Brian Wilson.

depuis 1983, seule ou avec ses musiciens, Véronique chante souvent le thème principal (seulement les 3 couplets marqués *), dans une couleur résolument blues.

version piano/voix enregistrée pour RTL en 1992 incluse dans :
ET VOILÀ | coffret intégrale 2008 (CD 22)

voir aussi dans cette intégrale sa version de Summertime, parodiquement rebaptisée en français Cette montagne (DVD 3)
*
It ain't necessarily so
It ain't necessarily so
De tings dat yo' liable
To read in de Bible,
It ain't necessarily so

Li'l David was small, but oh my
Li'l David was small, but oh my
He fought Big Goliath
Who lay down an' dieth
Li'l David was small, but oh my

Wadoo, zim bam boddle-oo
Hoodle ah da wa da
Scatty wah
Oh yeah...

*
Oh Jonah, he lived in de whale
Oh Jonah, he lived in de whale
Fo' he made his home in
Dat fish's abdomen
Oh Jonah, he lived in de whale

Li'l Moses was found in a stream
Li'l Moses was found in a stream
He floated on water
Till ol' Pharaoh's daughter
She fished him, she said, from dat stream

Wadoo, zim bam boddle-oo
Hoodle ah da wa da
Scatty wah
Oh yeah...

Well, it ain't necessarily so
Well, it ain't necessarily so
Dey tells all you chillun
De Debble's a villun
But it ain't necessarily so

To get into Hebben
Don' snap for a sebben
Live clean, don' have no fault
Oh, I takes dat gospel
Whenever it's pos'ble
But wid a grain of salt

*
Methus'lah lived nine hundred years
Methus'lah lived nine hundred years
But who calls dat livin'
When no gal will give in
To no man what's nine hundred years ?

I'm preachin' dis sermon to show
It ain't nece..., ain't nece...
Ain't nece..., ain't nece...
Ain't necessarily so


les paroles originales sont écrites dans le parler des descendants d'esclave du début du XXè siècle, avec beaucoup d'élisions : « li'l » pour « little »...
« d ou t » pour « th » : « de, dat, dis, dey » pour « the, that, this, they », « tings » pour « things »
« bb » pour « v » : « Debble, Hebben, sebben » pour « Devil, Heaven, seven »
et aussi « chillun » pour « children », « villun » pour « villain », « gal » pour « girl »...

paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
INDESTRUCTIBLE | album 1998

figure également sur :
OLYMPIA 2005 | album public 2005

version piano/voix 2000 incluse dans :
ET VOILÀ | coffret intégrale 2008 (CD 22 et DVD 4)
J’aurais voulu être un garçon
Les yeux clairs, les cheveux longs
Et pas sage
Tout seul et sans bagage

Mais j’ai l’honneur d’être une fille
Qu’on câline, qu’on déshabille
Lentement
Avec des sentiments

Et j’aurais tout fait de mon mieux
Petite violence au fond des yeux
Et pour les faire taire, j’aurais tiré sur eux
Et j’aurais été pas peu fière
Que leurs toutes petites misères
De désenchantés soient passés par eux

J’aurais sauté dans un train
Mon sac à dos, trois sous en main
Vers le sud
Comme à mon habitude
Et j’aurais voulu jouer aux billes
Pour un dollar, pour une broutille
Avec eux
Avec leurs jolis yeux

J’avais la force au bout des doigts
Et j’aurais pu les tuer comme ça
Mais pour me faire taire, j’aurais tiré sur moi
Et j’aurais bafoué tous leurs dieux
Petite violence au fond des yeux
Pour ma liberté, j’en aurais tué un peu

Je me suis collé toutes les peines
Lentement, on tisse sa haine
En dormant
Sans aucun sentiment

J’avais l’amour au bout des doigts
Qui ne s’endormait jamais sans moi
Et pour le faire taire, j’aurais tiré sur moi
Et la lumière qui fait ma loi
Resplendissait bien plus que moi
Et puis pour qu’elle brille, j’en aurais tué des tas
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
VÉRONIQUE SANSON (album blanc) | album 1985

figure également sur :
L'OLYMPIA 1985 | album public 1986
Les gens que l’on rencontre
Au hasard des files de fils de vie
Les gens que l’on vous montre
Qui seront un jour de vos amis
Méfiez-vous des uns
Méfiez-vous des liens qui tournent autour d’eux
Tranquilles
Dangereux
Subtils
C’est tellement bien

Dans leur esprit mobile
Ils vous disent que tout va bien, tout est bien quand même
Pour leur amour fragile
Vous vendez votre âme pour qu’on vous aime
Pour faire le plein d’amour
Pour quand vous serez sous terre
Aveugles
Livides
Tous seuls
Hélas !
Le temps fracasse

Et moi pour qu’on m’aime
Je vendrais mon âme au plus offrant
Au diable même
S’il rayonnait d’un feu mauvais
Tout doucereux et laid

Et j’ai besoin de vous
J’ai besoin de tous les moments qui vous rendent fous
Mon esprit sentinelle
Réagit toujours quand on l’appelle
Faire le plein d’amour
Pour quand je serai sous terre
Aveugle
Livide
Toute seule
Hélas !
Le temps vous casse

Moi pour qu’on m’aime
Je vendrais mon âme au plus offrant
Au diable même
S’il rayonnait d’un feu mauvais
Tout doucereux et laid

Mais j’ai la musique au moins
C’est tout ce qui me restera demain
Ci-gît mon destin
Brûlé sous ses ailes, vous ne verrez rien
Car tous nos amours
Sont comme des falaises qui tombent dans l’abîme
De lumière
Sublime
Des terres
Où tout le monde sombre
Où tout le monde tombe
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
HOLLYWOOD | album 1977
Si tu savais comme je te veux
Depuis des jours, je dors si peu
Et tu attends que je t’appelle
Mais j’ai perdu ton adresse
Simplement par maladresse

Et depuis je cours comme une folle
Dans les rues des grandes villes
Les oiseaux s’envolent
Ils émigrent dans les îles
Et je ne sais vraiment pas où où tu es
Et je ne sais vraiment pas où où tu es
Mais je te trouverai bien

J’ai quémandé dans les villages
J’ai supplié les plus vieux sages
Qui t’ont vu passer par ici
Sous une lourde pluie
Toute seul au milieu de la nuit

Et pour ça je cours comme une folle
Dans les rues des grandes villes
Les avions s’envolent
Je suis de moins en moins tranquille
Car je ne sais vraiment pas où où tu es
Et je ne sais vraiment pas où où tu es
Mais je te trouverai bien

Si tu savais comme je te veux
Depuis des jours, je dors si peu
Et c’est peut-être parce que je t’aime
Mais j’ai perdu ton adresse
Simplement par maladresse

Et depuis je cours comme une folle
Dans les rues des grandes villes
Les oiseaux s’envolent
Ils émigrent dans les îles
Et je sais que mon cœur ne bat pas pour rien
Et je sais que mon cœur ne bat pas pour rien
Car je t’enlèverai le tien

Je cours comme une folle
Dans les rues des grandes villes
Les oiseaux s’envolent
Ils émigrent dans les îles
Et je ne sais vraiment pas où où tu es
Et je ne sais vraiment pas où où tu es
Mais je t’enlèverai bien

Je cours comme une folle…
paroles : Véronique Sanson et Bernard Swell
musique : Bernard Swell
éditions Piano Blanc/Swellito

enregistrée pour la première fois sur :
LONGUE DISTANCE | album 2004

figure également sur :
OLYMPIA 2005 | album public & vidéo 2005
C’est bien la vérité
Du moins je l’aurais juré
Pour ceux qui ne le connaissent pas
Il est comme vous et moi
Un kaléidoscope
L’envers de mes idées
La mort au microscope
Ma dernière illusion d’être aimée

Oh j’aime un homme
Et j’avoue, j’ai peur pour lui qu’il m’abandonne
Le jour où il ne trouvera plus personne
Qu’il se heurte à mon vrai mur d’indifférence

J’avais tout imaginé
Dans l’or et la lumière
J’étais à un doigt de le tuer
Par le feu ou le fer
Mais les contrepoisons
Ont eu raison de ma déraison
J’ai espéré le pire
Pour qu’au moins vous puissiez tous en rire

Oh j’aime un homme
Et j’avoue, j’ai peur pour lui qu’il m’abandonne
Le jour où il ne trouvera plus personne
Qu’il se heurte à mon vrai mur d’indifférence
J’aime un homme
Comme on aime un dessin usé par la gomme
Un regard qui ment mais à qui l’on pardonne
Comme une effroyable erreur sur la personne
Maldonne

Oh j’aime un homme
Et j’avoue, j’ai peur pour lui qu’il m’abandonne
Le jour où il ne trouvera plus personne
Qu’il se heurte à mon vrai mur d’indifférence
J’aime un homme
Comme on aime un dessin usé par la gomme
Un regard qui ment mais à qui l’on pardonne
Comme une effroyable erreur sur la personne
Maldonne
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
VÉRONIQUE SANSON (album blanc) | album 1985

figure également sur :
COMME ILS L'IMAGINENT | album public & vidéo 1995,
    en duo avec Maxime Le Forestier
Dis-moi si tu t’en sors
Si tu existes encore
Les souvenirs, ceux qu’on aime
Faut pas rêver, c’est tous les mêmes
Dis-moi si c’est bien
D’avoir une femme qu’on aime
Si tous les soirs tu sors le chien
Pour remonter dans ton troisième
Pour moi, tout va bien
Je boude les dîners trop mondains
Chaque fois j’y vois trop d’amertume
J’y perds la vie, j’y perds des plumes

Oh toi qui tournes, tournes
Dans ma tête de paille
Dis-moi si tu m’entends
Si toi aussi tu te demandes

Où sont nos rires
Dans tout ça ?
Où vont nos vies ?
La réponse reste vide
Inch’ Allah

Dis-moi si tu t’endors
Parmi tes lauriers d’or
Chaque fois que tu changes ton cap de bord
Y a deux mille mecs qui pleurent dehors
Pour moi c’est toujours bien
J’ai toujours peur de rien
J’ai pas donné dans le bas de laine
Faut pas rêver, c’est pas la peine

Oh toi qui tournes, tournes
Dans ma tête de paille
Enlève mon tatouage
Et laisse-moi tourner la page

Où sont nos rires
Dans tout ça ?
Où vont nos rires ?
La question reste vide
Mais réponds-moi
Où vont nos mirages
Dans tout ça ?
Où vont nos langages ?
Dis-le moi
Où vont nos vies
Fatiguées, démolies, oubliées ?

Dis-moi si tu t’en sors
Si tu existes encore
Les souvenirs, ceux que j’aime
Faut pas rêver, c’est tous les mêmes
Pour moi, tout va bien
Je boude les dîners trop mondains
Mais si un jour je t’y voyais
Je te demanderais

Où sont nos rires
Dans tout ça ?
Où vont nos vies ?
La question reste vide
Mais réponds-moi

Où sont nos mirages
Dans tout ça ?
Où sont nos langages ?
Dis-le moi
Où vont nos vies ?
Dis-le moi

Où sont nos mirages
Dans tout ça ?
Où vont nos langages ?
Dans tout ça
Où vont nos vies ?
Dis-le moi

Où sont nos mirages…
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée sur :
LAISSE-LA VIVRE | album 1981

Lui
Qu’on a trouvé
Sous la lune
Dans la nuit
Endormi
Tout cassé
Sans vie
Brûlé
Oh, lui
Qui me sent
Qui me hante
N’est plus qu’une présence perdue
Une force éteinte
Qui prend son vol
Dans l’au-delà
Et je pleure pour lui
Je pleure pour moi

Car lui
Il est mort
Sur un chemin
Dans la nuit
Endormi
Ivre mort
Tout cassé
Tout cassé
Oh, lui
Qui savait
Qui brûlait
N’est plus qu’une présence perdue
Une force éteinte
Qui prend son vol
Dans l’au-delà
Et je pleure pour lui
Je pleure pour moi
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
À L'OLYMPIA 89 | album public 1989

figure également sur :
SYMPHONIQUE SANSON | album public & vidéo 1990

vidéo 1989 incluse dans ET VOILÀ | coffret intégrale 2008 (DVD 4)
Quelquefois je ruine leur vie
Sans savoir qui ils sont
Et bien des fois je laisse venir
La foule de mes démons
Si seulement ils voyaient leurs visages
Et l'horreur de leurs sourires
Il n'y a que moi qui les rend sages
Et qui peut empêcher le pire

Je les hais
Oh, je les hais
Mais ils me tiennent
Par le bout de mon âme
Ils me tiennent
Je les hais
Oh je les hais
Mais ils me tiennent
Par le bout de mes veines
Ils me tiennent

Il n'y a que moi qui sache vraiment
Où tout ça va finir
Un suicide si lent, si lent
Je ne verrai pas par où le coup arrive
Et je ne sens rien pour le moment
L'espoir est dans mon camp
Si mes démons me mordent encore
Je signe mon arrêt de mort

Et je les hais
Oh, je les hais
Mais ils me tiennent
Par le bout de mon âme
Ils me tiennent
Je les hais
Oh, je les hais
Mais ils me tiennent
Par le bout de mes veines
Ils me tiennent

Il n'y a que moi qui sache vraiment
Où tout ça va finir
Un suicide si lent, si lent
Je ne verrai pas par où le coup arrive
Et je ne sens rien pour le moment
L'espoir est dans mon camp
Si mes démons me mordent encore
Je signe mon arrêt de mort

Et je les hais
Oh je les hais
Mais ils me tiennent
Par le bout de mon âme
Ils me tiennent
Je les hais
Oh je les hais
Mais ils me tiennent
Par le bout de mes veines
Ils me tiennent

Je les hais
Oh je les hais
Mais ils me tiennent
Par le bout de mon âme
Ils me tiennent
Je les hais
Oh je les hais
Mais ils me tiennent, me tiennent
Par le bout de mes veines
Ils me tiennent
paroles : Véronique Sanson | musique : Christopher Stills
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
PLUSIEURS LUNES | album 2010

figure également sur :
LE CIRQUE ROYAL DE VÉRONIQUE SANSON | album public & video 2012
Cap au sud, j’veux m’en aller
Fallait vraiment que j’aille plus haut
Y a la mort qui m’interpelle
Comme un clin d’œil éternel
Dans ma peau
Et je me sens comme

Quelque chose qu’on jette
Comme une allumette
Bye-bye
Telle que je me connais
Un petit coup de balai
Bye-bye

Je me fous de tout
Je me fous de tout sauf nous
Y a pas de aïe, aïe, aïe
Y a pas de aïe, aïe, aïe
Et puis tout d’un coup
Un dégoût délirant qui vous pousse à bout
Aïe, aïe, aïe
Cavaler dans la boue
Et pour aller où ?
Je m’en fous
C’est la haine qui nous guette surtout

Cap au nord, j’veux remonter
Y a peut-être quelque chose de plus fort
Y a l’amour qui m’interpelle
Comme un caveau éventuel
J’ai pas tort
Et je me sens comme

Quelque chose qu’on jette
Vlan ! aux oubliettes
Bye-bye
Telle que je me connais
Un petit coup de baguette
Bye-bye


Je me fous de tout
Je me fous de tout sauf nous
Y a pas de aïe, aïe, aïe
Y a pas de aïe, aïe, aïe
Et puis tout d’un coup
Un dégoût délirant qui vous pousse à bout
Aïe, aïe, aïe
Cavaler dans la boue
Et pour aller où ?
Je m’en fous
C’est la peine qui nous traîne partout

Toi
Et tes mains de velours
Au-dessus de moi
Au-dessous de toi
Mais moi
Au-delà des montagnes
Si tu veux que je gagne
Sois au rendez-vous

Cap’ ou pas cap’ de m’aimer
Ça ira toujours plus fort
C’est pas le pape qui va régner
Sur notre amour, notre trésor
Et je m’en sors comme

Comme une hirondelle
évadée du ciel
Sans ailes
Plus de pièges à loups
Pour nous rendre encore plus fous
Mon doudou

Je me fous de tout
Je me fous de tout sauf nous
Y’a pas de aïe, aïe, aïe
Y’a pas de aïe, aïe, aïe
Si y avait que nous
Si y avait que nous on serait nous-mêmes
Aïe, aïe, aïe
On était à bout
Et pour aller où ?
Je m’en fous
C’est la haine qui nous aime surtout

Quels que soient les mots
Un petit coup de plumeau
Oh, oh
Plus de feux follets
Plus de farfadets
Mon bébé
Un coup de pistolet
Je joue du barillet
Je me taille
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
INDESTRUCTIBLE | album 1998

figure également sur :
OLYMPIA 2005 | album public 2005
LE CIRQUE ROYAL DE VÉRONIQUE SANSON | album public & video 2012

version piano/voix 2000 incluse dans :
ET VOILÀ | coffret intégrale 2008 (DVD 4)
C’est une histoire de folle
Qui commence vraiment bien
C’est devenu rock’n roll
Presque tous les matins

Et puis des jours ignobles
Ont saboté ma fête
J’ai cru que je devenais folle
J’ai su que je perdais la tête

Je me suis tellement manquée
Je me suis tellement fait de mal
J’ignorais tous des gens
Ça me paraissait normal

Je m’étais tellement trahie
J’avais rendu les armes
Et j’ai tout démoli
À cause d’une petite larme

C’était mon Lucifer
Qui tremblait devant moi
C’est pas que j’en sois bien fière
Mon hôte était à moi

Je pleurais des larmes de kirsch
Aux petites heures du matin
Dommage qu’il faille qu’on triche
Avec tous nos chagrins

Je me suis tellement blessée
Je me suis tellement maudite
Je me sentais violée
Diminuée et petite

Je m’étais tellement perdue
Dans une flamme allumée
J’ai une longueur d’avance
Sur toute l’éternité

Mais j’ai du mal à vous le dire
Tellement honte d’en sourire
Heureusement que j’ai eu mal
Tout ça était fatal

Je me suis tellement volée
Je me suis tellement fait de mal
Ça me fait rire qu’à moitié
Ça me fait rire en silence

S’il me reste un sanglot
Une petite lampe allumée, dans mon âme
Je les offrirai aux autres
Je me suis pardonné
paroles & musique : Michel Berger
éditions musicales Colline / Universal Music Publishing

enregistrée pour la première fois par Michel Berger sur :
MICHEL BERGER (Cœur brisé) | album 1973

enregistrée par Véronique Sanson sur :
D'UN PAPILLON À UNE ÉTOILE | album 1999
paroles : droits de reproduction réservés
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
LIVE AT THE OLYMPIA | album public 1976

figure également sur :
LAISSE-LA VIVRE | album 1981
SYMPHONIQUE SANSON | album public & vidéo 1990

version piano/voix 1984 incluse dans :
ET VOILÀ | coffret intégrale 2008 (CD 22)
Je sais quand je vois ton image
Que je serai là
Il n’y aura plus de mirage
Je serai là
Je parle de toi
Comme si tu étais mort
Mais j’ai le son de ta voix
Qui tourne encore

Mais si tu aimes comme moi
Et si tu vis pour moi
C’est facile d’oublier
Les années passées
Et si tu m’aimes pour moi
Et si tu vis comme moi
C’est facile d’oublier
Quelquefois

Qu’il nous restera la musique
Seulement celle qu’on fait à deux
Qu’il nous restera la musique
Quand on sera vieux
Tous les deux

Veux-tu encore de moi
Est-ce que tu m’aimes encore
J’ai redouté ton regard
J’ai redouté ton rire
Comme deux diamants jaunes
Autour d’un solitaire
J’ai voulu jeter dans le Rhône
Sans pouvoir le faire

Mais si tu aimes comme moi
Et si tu vis pour moi
C’est facile d’oublier
Les années passées
Et si tu m’aimes pour moi
Et si tu vis comme moi
C’est facile d’oublier
Quelquefois

Qu’il nous restera la musique
Seulement celle qu’on fait à deux
Qu’il nous restera la musique
Quand on sera vieux
Tous les deux

Si tu n’as plus rien à me dire
Chante-le moi
Si nos amours te font rire
Chante-le moi

Mais si tu aimes comme moi
Et si tu vis pour moi
C’est facile d’oublier
Les années passées
Et si tu m’aimes pour moi
Et si tu vis comme moi
C’est facile d’oublier
Quelquefois

Qu’il nous restera la musique
Seulement celle qu’on fait à deux
Il nous restera la musique
Quand on sera vieux
Si tu veux
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
7ÈME | album 1979

figure également sur :
AU PALAIS DES SPORTS | album public 1981

demo de travail 1979 inédite incluse dans :
ET VOILÀ | coffret intégrale 2008 (CD 8)
Ne me dis rien, je sais déjà
Et pour la centième fois
T’es pas en paix avec toi
Et toutes les filles te tombent dans les bras
Tu ne sais jamais comment me dire ça
Sans mentir tout le temps
Mais avec le temps tu verras bien

Que je suis la seule
Je suis la seule qui t’aime, t’aime
Qui te charrie pas
Et je serai toujours la même
Qui ferai le destin de toutes tes peines
Tous tes hasards

On te fait voir des paysages
Qui n’existent pas vraiment
On te fait croire à des mirages
Qui te mettent hors de portée du temps
Qui te font tout voir confusément
Mais avec le temps
Avec le temps, tu verras bien

Que je suis vraiment la seule
Je suis la seule qui t’aime, t’aime
Qui te charrie pas
Et je serai toujours la même
Qui ferai le destin de toutes tes peines
Tous tes hasards
J’ai envie de quitter la scène
Te laisser seul à tes problèmes
Qui n’en sont pas
Car je suis vraiment la seule
Je suis la seule qui t’aime, t’aime
Qui te charrie pas

C’est toujours
Et toujours
Pareil, pareil
Dans la vie

C’est toujours
Et toujours
Pareil, pareil
Dans la vie

C’est toujours…
paroles : Véronique Sanson | musique : Mehdi Benjelloun
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
PLUSIEURS LUNES | album 2010

figure également sur :
LE CIRQUE ROYAL DE VÉRONIQUE SANSON | album public & video 2012
Je veux être un homme
Juste une fois dans ma vie
Pour devenir garçonne
Et gagner mon pari
Je veux être un homme
Pouvoir être un bandit
Mais moi je suis femme à vie

Je veux être un homme
M’attirer des ennuis
Et en faire des tonnes
Multiplier la vie
Je veux être un homme
Aux yeux pleins d’alibis
Pas moi, je suis femme à vie

J’claque des doigts
Je les appelle toujours comme ça
Héooo, héooo, héooo
C’est les mêmes
Qui cambriolent ma peau
Héooo, héooo
Du pareil au même
Vous êtes tous mes diadèmes
Mes héros

Je veux être un homme
Juste une fois dans ma vie
Avec une vie en morceaux
Et des morceaux de vie
Besoin de personne
Y a quelqu’un qui l’a dit
Autour de miroirs fragiles


J’claque des doigts
Je les appelle toujours comme ça
Héooo, héooo, héooo
C’est les mêmes
Qui cambriolent ma peau
Héooo, héooo
Du pareil au même
Vous êtes tous infidèles
Trop tôt
Magnifiques et sensuels
Sans aucune étincelle
No

J’claque des doigts,
Je les appelle toujours comme ça
Héooo, héooo, héooo
C’est les mêmes
Qui cambriolent ma peau
Héooo, héooo
Du pareil au même
Vous êtes tous mes diadèmes
Ex æquo
Comme de vraies sentinelles
De mon corps infidèle
No

T’as mangé la pomme
Dévoré l’interdit
Le dire à personne
Pour oublier l’oubli
Je n’étais qu’en somme
Qu’une prouesse de tes nuits
Et toi, ose être une femme aussi

Ose être une femme à vie
Ose être une femme aussi
Ose être une femme aussi

paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
MOI, LE VENIN | album 1989

figure également sur :
À L'OLYMPIA 89 | album public 1989

vidéo 1989 incluse dans ET VOILÀ | coffret intégrale 2008 (DVD 4)
C’était un lundi à onze heures
J’étais toute seule et j’avais peur
J’avais besoin d’amour en moi
Je voulais séduire cet homme-là
J’avais besoin d’un homme à moi

Tout me semblait de bon augure
Pour repartir à l’aventure
La lune était haut dans le ciel
J’avais redéployé mes ailes
Et dans la foule
Je ne savais pas où mon destin
Croiserait le sien

C’était dans un jet set aride
Les femmes riaient de leurs yeux vides
Les gens n’admiraient que l’argent
Et il faisait partie des leurs
Ça m’a fait vraiment vraiment peur

Je lui ai caressé les mains
Elles étaient douces comme du satin
Et dans une marée de brouillard
J’ai eu besoin de son regard
Qui était doux
J’ai su soudain que mon désir le rendait fou

Ce fut un amour insensé
Violent comme les vents alizés
Comme un ouragan permanent
Plus grand que toutes les cathédrales
Si érotique et immoral

Voilà comment les choses arrivent
N’en soufflez mot à âme qui vive
Et bien ma foi, je l’aime toujours
C’était un lundi à onze heures
Et j’avais peur
Je sais que mon destin est lié avec le sien
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée sur :
MOI, LE VENIN | album 1989
Si un jour le temps qui passe
Te terrasse et te rend folle
La solitude, grotesque faille
Un jour, il faudra qu’elle s’en aille
Sans les voiles devant tes yeux
Tout te semble merveilleux
Tout nouveau, tout beau, tout chaud
Un regard neuf regarde mieux

Mais dans l’abîme de ta conscience
Tu sais qu’il te fait mal
Tu veux changer d’idéal
Et si vraiment tu doutes, alors ose bouger

Et jette-le
Prends un homme qui t’aime
Et qui te veut
C’est plus facile quand on est deux
Mais jette-le
Et prends un homme qui t’aime
Et qui te veut
C’est plus facile quand on est deux

Si l’angoisse gonfle tes veines
Dans l’ombre d’effroyables peines
Et que ta raison défaille
Dis-lui qu’il faut qu’il s’en aille
Oublie tout, mais n’oublie rien
La fièvre tombe avec les liens
Sans l’amour que tu lui portes
Il n’est plus qu’une âme morte

Et dans l’abîme de ta colère
Tu sens mourir tes guerres
Comme un orage éclaté
Tu ferais aussi bien de te libérer

Alors jette-le
Et prends un homme qui t’aime
Et qui te veut
C’est plus facile quand on est deux
Mais jette-le
Et prends un homme qui t’aime
Et qui te veut
C’est plus facile quand on est deux

Jette-le
Et prends un homme qui t’aime
Et qui te veut
C’est plus facile quand on est deux
Jette-le
Et prends un homme qui t’aime
Et qui te veut
C’est plus facile quand on est deux

Mais jette-le…
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Productions Musicales France-Étoile / EMI Music

enregistrée pour la première fois par Isabelle sur :
NE ME PARLEZ PLUS DE L'AMOUR | 45 tours 1969

enregistrée par Véronique Sanson sur :
SANS REGRETS | album 1992
Quand au fond de la mer il y a des perles fines
Quand tu t’endors au bord de la piscine ¹
Quand je pense aux nuages
Pleins de pluie qui voyagent
Tout au bout de la terre
Si je pense à tout ça
Je voudrais me trouver là-bas
J’ai envie de vivre mon amour
Jusqu’à la tombée du jour
Jusqu’à la tombée du jour

Une fille qui s’envole est toujours pleine de musique ²
Je ne sais pas si mon cœur est granit
Ou tendre comme l’eau
Qui arrive comme toi
Quand tu viens près de moi
Si je t’imagine
Plein de soleil, de sable roux
J’ai envie de vivre mon amour
Jusqu’à la tombée du jour
Jusqu’à la tombée du jour

Mais je suis là et le temps est gris
Mais je suis là et je m’ennuie
Il me faudrait juste un peu d’amour
Pour quand tombera le jour

Et même si je pars le matin pour une éternité
Pour voir de loin le grand soleil se lever
Les fleurs se balancent
On voit par transparence
Les rochers qui ressemblent
À de l’art Maya
Oh que j’aime l’Ave Maria
J’ai envie de vivre mon amour
Jusqu’à la tombée du jour
Jusqu’à la tombée du jour

Et quand je reviens le soir un peu de sable mouillé
Se colle à moi et ne veut plus me quitter
Les fleurs se balancent
On voit par transparence
Les volets se fermer
Si je pense à tout ça
Je voudrais me trouver là-bas
J’ai envie de vivre mon amour
Jusqu’à la tombée du jour
Jusqu’à la tombée du jour
Jusqu’à la tombée du jour…


dans la version originale chantée par Isabelle :
¹ quand tu te dores près de la piscine
² Une fille qui s’en va ne fait jamais de musique
paroles : Véronique Sanson | musique : Mehdi Benjelloun
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
PLUSIEURS LUNES | album 2010

figure également sur :
LE CIRQUE ROYAL DE VÉRONIQUE SANSON | album public & video 2012
My Funny Valentine
C’était le temps d’avant
Y a vraiment rien qui vaille
Avant ce grand tournant

J’ai gravi des montagnes
J’ai marché sur l’eau
Juste pour toi
Juste pour moi

Comme une mauvaise manie
Comme une mauvaise idée
C’est pas ce qu’on oublie
Qui nous fait renoncer

J’ai terrassé les hyènes
Pour pas m’ouvrir les veines
Juste pour toi
Juste pour moi

Et pourtant
J’avais bu tes pensées
Et le temps qui nous a fait douter
Qui frappe encore dans mes idées
Et c’est l’enfer à oublier
À cause de toi
À cause de moi
Juste…

My Funny Valentine
C’est toujours comme avant
Les lucioles en bataille
Se glissent au gré du vent
J’ai démoli mes rêves
Et s’il en reste quelque chose
Entre toi
Entre moi

Et pourtant
J’avais bu tes pensées
Et le temps qu’il nous reste à rêver
Qui frappe encore dans mes idées
Et c’est l’enfer à oublier
À cause de toi
À cause de moi
Juste…

T’as semé la pagaille
Et j’aurais pu sauver ta peau
Pendant ces jours de bataille
On aurait dû tomber de plus haut

Oh
… J’avais bu tes pensées
Et le temps qui nous a fait douter
Qui frappe encore dans mes idées
Et c’est l’enfer à oublier
À cause de toi
À cause de moi
Juste…
paroles & musique : Bernard Swell
éditions Piano Blanc/Swellito

enregistrée pour la première fois sur :
LONGUE DISTANCE | album 2004

figure également sur :
OLYMPIA 2005 | album public & vidéo 2005
Les nuits les jours, c’est long la vie
Mais tellement court quand ça finit
Et nos yeux rougis par l’orage
Retiennent nos rivières en otage
On est là de passage
Simplement pour tourner les pages
Et récolter ces petits bonheurs
L’air de la mer, l’odeur d’une fleur

Pour juste un peu d’amour
Laisse tes larmes s’épuiser
Pour juste un peu d’amour
Laisse le soleil danser

C’est écrit dans les paysages
Dans les étoiles et sur les murs
Aimer c’est le secret des sages
S’emplir le cœur d’un peu d’air pur

Pour juste un peu d’amour
Laisse tes larmes s’épuiser
Pour juste un peu d’amour
Laisse le soleil danser
Pour juste un peu d’amour
Laisse tes larmes s’épuiser
Pour juste un peu d’amour
Laisse ton cœur s’enflammer

Et ce visage dans le miroir
Cet autre toi qui te regarde
Il a les yeux de ta mémoire
Et l’âme de l’ange qui te garde

Pour juste un peu d’amour
Laisse tes larmes s’épuiser
Pour juste un peu d’amour
Laisse le soleil danser
Pour juste un peu d’amour
Laisse tes larmes s’épuiser
Pour juste un peu d’amour
Laisse le soleil danser

Pour juste un peu d’amour
Laisse tes larmes s’épuiser
Pour juste un peu d’amour
Laisse ton cœur s’enflammer
Pour juste un peu d’amour…
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée sur :
DE L'AUTRE CÔTÉ DE MON RÊVE | album 1972
King Kong
Tu soulèves les gens comme une balle de ping-pong
Mais King Kong
Ta cervelle est grosse comme une balle de ping-pong
Les filles ont peur de toi
Et toutes elles te montrent du doigt

King Kong
J’écoute ta voix qui résonne comme un gong
Mais King Kong
Les phrases que tu dis ne sont jamais bien longues
Les filles se moquent de toi
Quand tu veux qu’elles viennent dans tes bras
Dans tes bras

Voilà, tous les problèmes sont là
Voilà, tu restes à m’écouter là
Voilà, la vie te donnera
Une autre image, une autre cadence
Une autre image et c’est dommage
Qu’il faille te le dire, qu’il faille te voir
Pour te répéter que tu ailles là-bas

King Kong
Tu voudrais que quelqu’un réponde à tes signes
Mais King Kong
Tu vas dans la vie comme on va sur un ring
Les filles ont peur de toi
Quand tu veux qu’elles viennent dans tes bras
Dans tes bras

Tu peux passer des heures
Tout près de moi
Et tu trouves là ton refuge
Quand tu m’ouvres ton cœur
Là c’est le déluge

Voilà, tous les problèmes sont là
Voilà, tu restes à m’écouter là
Mais voilà, la vie te donnera
Une autre image, une autre cadence
Une autre image et c’est dommage
Qu’il faille te le dire, qu’il faille te voir
Pour te répéter que tu ailles là-bas

King Kong
Tu soulèves les gens comme une balle de ping-pong
Mais King Kong
Ta cervelle est grosse comme une balle de ping-pong
Les filles ont peur de toi
Et toutes elles te montrent du doigt

King Kong
J’écoute ta voix qui résonne comme un gong
Mais King Kong
Les phrases que tu dis ne sont jamais bien longues
Les filles se moquent de toi
Quand tu veux qu’elles viennent dans tes bras
Dans tes bras
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
LAISSE-LA VIVRE | album 1981

figure également sur :
AU PALAIS DES SPORTS | album public 1981
T’es marié avec elle depuis longtemps
T’as pas grand-chose à dire
Tu crois que tu es tout pour elle
Et dans le fond tu aimes le dire
Tu te méfies de ses amis
Tu pousses les gens hors de sa vie
Non

Et elle le sent
T’es parti avec elle pour un semblant d’étape à ton bonheur
Seulement tu ne penses qu’à ta fête, ta propre fête
Car elle n’est nulle part dans ta tête
Alors

Laisse-la vivre
Laisse-la rêver
Laisse-la vivre
Laisse-la rêver
Laisse-la vivre sa vie
Vivre sa vie et rêver
Laisse-la vivre
Laisse-la rêver

Elle sait ce qui t’entraîne depuis longtemps
N’a plus rien à en dire
Travaille à la semaine pour tes enfants
Sans hargne et sans plaisir
Elle n’attend rien de bien magique
Tu n’aimes même pas la musique
Non

Et si elle s’en allait un jour comme ça
Vers d’autres illusions
Crois-tu que tu vendrais pour elle ton âme vaine au démon
Seulement tu ne penses qu’à ta fête, ta pauvre fête
Car elle n’est nulle part dans ta tête
Alors

Laisse-la vivre
Laisse-la aimer
Laisse-la rire
Laisse-la rêver
Laisse-la vivre sa vie
Vivre sa vie et aimer
Laisse-la vivre
Laisse-la rêver

Mais laisse-la chanter
Mais laisse-la vivre
Laisse-la aimer
Laisse-la vivre sa vie
Vivre sa vie et rêver
Mais laisse-la vivre
Laisse-la rêver

Mais laisse-la chanter…
instrumentale, musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
7ÈME | album 1979

figure également sur :
SYMPHONIQUE SANSON | album public 1990
 
 
 
paroles : Véronique Sanson
musique : Michel Bernholc

enregistrée par Marcus Kraftchick sur :
LOVE SONG | 45 tours 1971

paroles : droits de reproduction réservés
paroles : Véronique Sanson
musique : Christopher Stills
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
LONGUE DISTANCE | album 2004

figure également sur :
OLYMPIA 2005 | album public & vidéo 2005
On était longue distance
Depuis bien des années
Fatal, simplement fatal
Vital
Et j’ai payé les flammes
Qui nous ont séparés
Cavale, toujours en cavale
Très mal

Et je t’aime
Oh je t’aime
Je t’aime tout doucement
Ça te pousse
Aux amours éphémères
Même si ta mère
Rôde un peu partout

Tous les gens qui vont sans fin
Jusqu’à trouver une main
Comme l’amour
Qui nous vient enfin
Comme une miette de pain
Petit trésor entre nos mains
Parfums de pins, lointains

Mais dans l’indifférence
On n’avait pas une chance
Tais-toi, aime moi
Pour moi
Comme des montres en avance
Et toujours longue distance
Trop tard, pour les réparer
Bonne chance

Et je t’aime
Oh je t’aime
Je t’aime douloureusement
Ça me pousse
Aux amours éphémères
Même si mes fers
Me brûlent un peu partout

Tous les gens qui vont sans fin
Jusqu’à trouver une main
Qui fait battre
Qui fait trembler mes claviers devant nos peurs
Pour les gens qui sont loin
Pas à portée de main
À cheval sur un fleuve vivant
Qui est bien plus long qu’avant
Dans mon cœur et dans mon sang
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée sur :
DE L'AUTRE CÔTÉ DE MON RÊVE | album 1972
Écoute-moi, Loreleï
Tu ris et tout t’est bien égal
La gauche, la droite, Loreleï
Toi tu t’en fiches
Et c’est normal
Tu vas danser, Loreleï
Sur des sambas de carnaval
Derrière des grilles, Loreleï
Des millions d’hommes aimaient les filles
Comme toi

Voilà
S’il te reste une seconde pour ça
Voilà
Pense au moins au monde
Qui se bat pour la vie
Et qui aime la vie
Autour de toi

Regarde-moi, Loreleï
Une chanson n’est qu’un feu de paille
Et la musique, Loreleï
N’a pas de poids dans la bataille

Voilà
S’il te reste une seconde pour ça
Voilà
Pense au moins au monde
Qui se bat pour la vie
Et qui aime la vie
Autour de toi

Regarde-moi, Loreleï
Une chanson n’est qu’un feu de paille
Et la musique, Loreleï
N’a pas de poids dans la bataille
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
AMOUREUSE | album 1972

maquette piano/voix 1971 incluse dans :
PETITS MOMENTS CHOISIS | compilation 2007
ET VOILÀ | coffret intégrale 2008 (CD 2)
AMOUREUSE 1972-2012 | réédition 2012
Louis Louis
Tu attends le pire
Comme toujours
Quand tu ne l’entends plus rire
Louis
Même si tu n’es plus comme avant
Ce n’est que pour un moment

Car toutes les choses passent
Tu le sais bien
Et reviennent comme les saisons
Mais toi tu restes à ta place
Et peut-être as-tu raison

Oh Louis, oh Louis
Tu attends tout d’elle
Comme toujours
Quand tu vois qu’elle est si belle
Mais Louis
Toi tu crois que c’est pour longtemps
Mais ce n’est que pour un moment

Car toutes les choses passent
Tu le sais bien
Et reviennent comme les saisons
Mais toi tu restes à ta place
Et peut-être as-tu raison

Oh Louis, oh Louis
Choisis bien ta vie
Car après tu n’en auras plus envie
Louis
Même si tu vis très longtemps
Ce n’est que pour un moment
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
SANS REGRETS | album 1992

version piano/voix enregistrée pour RTL en 1992 incluse dans :
ET VOILÀ | coffret intégrale 2008 (CD 22)
I had a friend
He had a name
I saw him last night again
He looked at me
He was feeling guilty
Talking like we had no memories
No laughing dreams
And acting just like two strangers
Then I knew for sure
That he’s an empty man
He’s crazy man
He’s a blind fool

He left her there
With a child to bare
He knew he couldn’t really make it
And he had to lie
But I knew he was
Ready to do what he had in mind
Just split fast
Deny he had really broke her
And I knew for sure
That he’s an empty man
He’s a lazy man
He’s a blind fool

How did he feel about leaving Louise
Unconsciously feeling so blue
How could he kill all those years with Louise
She couldn’t stand phoneys
She couldn’t stand liars at all

I had a friend
He had a name
We had the same passion burning on
He looked at me
He was feeling guilty
Acting like we had no memories
No loving dreams
And talking just like two strangers
Then I knew for sure
That he’s an empty man
He’s a crazy man
He’s a blind fool

How did he feel about leaving Louise
Unconsciously feeling so blue
How could he kill all those years with Louise
She couldn’t stand phoneys
She couldn’t stand liars at all

How did he feel about leaving Louise
Unconsciously feeling so blue
How could he kill all those years with Louise
She couldn’t stand phoneys
She couldn’t stand liars at all

J’ai vu un signe, signe
Rond comme un compas-ballon
J’ai vu un signe, signe
Rond comme un compas-ballon…
paroles & musique : Michel Berger
éditions musicales Colline / Universal Music Publishing

enregistrée pour la première fois par Michel Berger sur :
VOYOU | album 1983

enregistrée par Véronique Sanson sur :
D'UN PAPILLON À UNE ÉTOILE | album 1999
AVEC VOUS | album public 2000
paroles : droits de reproduction réservés
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
LE MAUDIT | album 1974

figure également sur :
LIVE AT THE OLYMPIA | album public 1976

version piano/voix 1975 incluse dans :
ET VOILÀ | coffret intégrale 2008 (CD 22)
C’est ma dernière belle chanson
Que je te donne là
Tu sais je n’aurai plus le temps
Ni le goût de rester chez moi
La la la…
Et c’est ma dernière belle chanson
Qui s’en va

Je reste là sans rien faire
Je regarde en l’air
Et je suis fatiguée
De mes pensées
De ma lucidité
Je voudrais tout abandonner

Et c’est ma faute j’ai tout gâché
Quand je t’ai laissé là
J’aurais voulu te reparler
Mais ma musique s’en va

Oh je t’aime
Je t’aime
Je t’aime tu sais
Oh je t’aime
Je t’aime
Je t’aime tu sais

Et quelquefois j’ai de la peine
Tu es si loin de moi
J’ai voulu jouer la reine
Trop souvent déjà
La la la…
Et ma tête m’abandonne
Si je te vois

Mais je reste là sans rien faire
Je regarde en l’air
Et je suis fatiguée
De mes pensées
De ma lucidité
Je voudrais tout abandonner

Je vois le nord de l’Italie
Devant mes yeux le soir
Mon corps est plein de souvenirs
Mais ma musique s’en va

Oh je t’aime
Je t’aime
Je t’aime tu sais
Oh je t’aime
Je t’aime
Je t’aime tu sais

C’est ma dernière belle chanson
Que je te donne là
Tu sais je n’aurai plus le temps
Ni le goût de douter de toi
La la la…
J’ai juste voulu te reparler
Rien qu’à toi
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
MA RÉVÉRENCE | 45 tours 1979

figure également sur :
7ÈME | album 1979
AU PALAIS DES SPORTS | album public 1981
SYMPHONIQUE SANSON | album public & vidéo 1990
COMME ILS L'IMAGINENT | vidéo 1995
OLYMPIA 2005 | album public & vidéo 2005

version piano/voix 2000 incluse dans :
ET VOILÀ | coffret intégrale 2008 (DVD 4)
Quand je n’aurai plus le temps
De trouver tout le temps du courage
Quand j’aurai mis vingt ans
À voir que tout était mirage
Je tire ma révérence
Ma révérence

Quand mon fils sera grand
Qu’il n’aura plus besoin de moi
Quand les gens qui m’aimaient
Seront emportés loin de moi
Je leur tire ma révérence
Ma révérence

Et ma vie
Endormie
Doucement

Et mon cœur sera froid
Ne saura même plus s’affoler
Il ne deviendra qu’une pauvre horloge à réparer
Il n’aura plus de flamme
Il n’aura plus de flamme
Il n’y aura plus de femme

Et mes amis fidèles
Auront disparu un par un
Trouvant que j’étais belle
Que j’aurai bien fait mon chemin
Alors j’aurai honte de mes mains
J’aurai honte de mes mains

Quand je n’aurai plus le temps
De trouver tout le temps du courage
Quand j’aurai mis vingt ans
À voir que tout était mirage
Alors j’entends au fond de moi
Une petite voix
Qui sourd et gronde
Que je suis seule au monde
paroles & musique : Michel Berger
éditions musicales Colline / Universal Music Publishing

enregistrée pour la première fois par France Gall sur :
PARIS FRANCE | album 1980

enregistrée par Véronique Sanson sur :
AVEC VOUS | album public 2000
paroles : droits de reproduction réservés
paroles & musique : Violaine Sanson
éditions Pathé Marconi

enregistrée par les ROCHE MARTIN sur :
C'EST TOI QUI AS GÂCHÉ NOTRE VIE | super 45 tours 1967

réédité en CD sur :
SIXTIES GIRLS vol. 2 | compilation Magic Records 2001
et sur ET VOILÀ | coffret intégrale 2008
Qui était McBird ?

McBird était solitaire
McBird ne pouvait se plaire
Qu’au milieu de ses oiseaux
Loin de la vie et loin des mots

Qui aimait McBird ?

McBird est-ce tu mérites
McBird de vivre en ermite ?
Pourquoi t’es-tu éloigné
De tous ceux qui pouvaient t’aimer ?

Je vivais dans l’ombre
Inquiet, triste et sombre
Je vivais dans le souci
Un oiseau me dit

Va-t-en les mains dans les poches
Sans dire que la vie est moche
Va-t-en les mains dans les poches
Sans dire que la vie est moche

McBird ne vivait pas sur Terre

Mc Bird reviens sur la Terre
McBird tu peux encore plaire
N’écoute pas ton oiseau
N’écoute que les bons mots

Pourquoi McBird n’avait-il pas d’amis ?

McBird vois mes mains se tendre
McBird ne peux-tu les prendre ?
Les amis ne manquent pas
Regarde bien autour de toi

Vois-tu quand bien même
Il sait que tu m’aimes
L’oiseau toujours me dira
De sa douce voix

Va-t-en les mains dans les poches
Sans dire que la vie est moche
Va-t-en les mains dans les poches
Sans dire que la vie est moche

Va-t-en les mains dans les poches
Sans dire que la vie est moche…
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée par les ROCHE MARTIN sur :
IL EST TEMPS DE PENSER À LA NEIGE | super 45 tours 1967

réédité en CD sur :
SIXTIES GIRLS vol. 3 | compilation Magic Records 2001
et sur ET VOILÀ | coffret intégrale 2008

un nouvel enregistrement par Véronique Sanson (1998) figure sur :
LES MOMENTS IMPORTANTS | compilation 2 CD 2001

un enregistrement inédit par Véronique Sanson seule en 1969
figure uniquement sur : ET VOILÀ | coffret intégrale 2008
Oh Maria de Tusha de Numa
Oh Maria de Tusha de Numa

Le ciel des nuages blessés
Avec des anges par milliers
Tout noirs, tout noirs
Mon Dieu que la fumée s’efface ¹

Oh Maria de Tusha de Numa
Oh Maria de Tusha de Numa

Mon Dieu que tu es belle ² ainsi
Avec ta peau de mouton gris
Laisse-moi boire un peu du liquide
Mon Dieu je tombe dans le vide

Oh Maria de Tusha de Numa
Oh Maria de Tusha de Numa

Viens avec moi
Nous allons voler tous les deux
De la plage au rocher
Voler cajoler ruisseler dans le vide

Oh Maria
Oh Maria de Tusha de Numa
Oh Maria de Tusha de Numa

Vois-tu ce que mes deux yeux voient ?
Des champs tout recouverts de froid
L’amour qui nous montre sa face
Mon Dieu je tombe dans l’espace

Et je vois des chats qui volent bas
La guerre des hommes en chocolat
Des girafes oh combien de girafes
Mon Dieu, que les vautours m’arrachent !

Oh Maria de Tusha de Numa…


dans les versions chantées par Véronique seule :
¹ je tombe dans l’espace
² beau
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
AMOUREUSE | album 1972

figure également sur :
LIVE AT THE OLYMPIA | album public 1976
ZÉNITH 93 | album public 1993
Mariavah
Le soleil se lève tôt à Mariavah
Le matin est tellement beau à Mariavah
Et tout ce qu’on aime est à côté
Tout près de Mariavah

On joue avec les roseaux de Mariavah
Chacun peut se voir dans l’eau de Mariavah
Tout le monde sait que l’amour est là
Tout près de Mariavah

Une ville
Où tout le monde est tranquille
Une ville
Cachée au fond d’une île
Où tout le monde est tranquille
Une ville
Qu’on appelle Mariavah

Quand on se promène le soir à Mariavah
Les passants vous disent bonsoir à Mariavah
Tous les gens vous sourient avec leurs yeux
Comme ça à Mariavah

Les jardins se perdent autour de Mariavah
On peut même dormir sur l’herbe de Mariavah
Tout le monde sait que l’amour est là
Tout près de Mariavah

Une ville
Où tout le monde est tranquille
Une ville
Cachée au fond d’une île
Où tout le monde est tranquille
Une ville
Qu’on appelle Mariavah

La musique est toujours belle à Mariavah
On danse souvent sur elle à Mariavah
Tout le monde sait que l’amour est là
Tout près de Mariavah

Le soleil se lève tôt à Mariavah
Le matin est tellement beau à Mariavah
Et tout ce qu’on aime est à côté
Tout près de Mariavah

Mariavah
Tout près de Mariavah…
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
MOI, LE VENIN | album 1989

figure également sur :
À L'OLYMPIA 89 | album public 1989
COMME ILS L'IMAGINENT | album public & vidéo 1995
OLYMPIA 2005 | album public & vidéo 2005
Marie
Qu’est-ce qui t’amène ici
Alors tu l’aimes toujours
Est-ce tu l’aimes d’amour
Mais Marie
Oh il y a maldonne
Je te l’ai pas volé, c’est ton homme
Alors qu’est-ce qui t’amène ici

Marie
Il était seul au monde
Et en quelques secondes
Je l’ai voulu si fort
Mais Marie
Oh il y a maldonne
Je te l’ai pas volé, c’est ton homme à toi
Alors ne te bats pas pour rien

Lui
Son humour en or
Ses îles au trésor
Ses combats stériles
Oh je l’aime
Lui
Qui m’hallucinait
Qui me désirait
D’un amour avide
Oh je l’aime, oh je l’aime
Oh Marie je l’aime

Qu’est-ce que tu fais ici
Est-ce que tu l’aimes aussi
Est-ce que tu l’aimes encore

Marie
Qu’est-ce que tu fais ici
Est-ce que tu l’aimes, tu l’aimes aussi
Est-ce que tu l’aimes, tu l’aimes encore

Marie
On était seuls au monde
Et en quelques secondes
On s’est voulus, voulus si fort

Marie
On était seuls au monde…
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée sur :
7ÈME | album 1979

Un jour je me suis trouvée
Dans le sud de la France
Dans une rue où ça balance
Je suis arrivée dans mon auto dorée
Je me suis dit : « J’ai de la chance »

Soudain un homme m’a dit
« Je peux plus rester ici
Pour moi ça bat plus la cadence
Tous les gens m’en veulent
Car ils n’aiment pas ma gueule
Petite fille j’ai besoin d’aide

« Viens me délivrer d’un mal
Que j’ai toujours eu en moi
Fais tout pour me toucher
De ton aura

« Maso je suis masochiste
Maso comme on croit pas
Partout on cherche ma piste
Tout est contre moi
Ça suffit les ragots à travers la ville
Le magot, c’est pas moi qui l’ai pris
Tout le monde dit que je suis violent
Mais toi
Tu me fais tout drôle
Je deviens tout doux
Et je deviens fou »

Je l’ai accompagné
Dans un drôle de café
La Marie-Jeanne sentait le thé
Il m’a pris le bras m’a murmuré tout bas
« Petite fille je veux t’aimer

« Viens me délivrer d’un mal
Que j’ai toujours eu en moi
Fais tout pour me décider
À venir vivre avec toi

« Maso je suis masochiste
Maso comme on croit pas
Partout on cherche ma piste
Tout est contre moi
Ça suffit les ragots à travers la ville
Le magot, c’est pas moi qui l’ai pris
Tout le monde dit que je suis violent
Mais toi
Tu me fais tout drôle
Je deviens tout doux
Et je deviens fou »

« Je suis masochiste…
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
LE MAUDIT | album 1974

figure également sur :
AU PALAIS DES SPORTS | album public 1981
À L'OLYMPIA 89 | album public 1989
SYMPHONIQUE SANSON | album public & vidéo 1990

versions rares incluses dans ET VOILÀ | coffret intégrale 2008 :
version italienne (CD 7)
version piano/voix enregistrée pour RTL en 1992 (CD 22)
Quelque part dans la ville
Tu marches
Sans savoir réellement où tu vas
Tu repenses à ta vie
Déjà
Tu comptes combien de gens tu as déjà trahis
Combien de gens à qui tu as déjà menti
Combien de gens tu as déjà fait souffrir
Et du fonds de ton remords
Tu l’aimes encore

Tu es prisonnier de ton secret
Mais ta douleur efface ta faute
Ta douleur efface ta faute
Ta douleur efface ta faute

Tu es mal dans ta peau
Tu pleures
Sans pour autant être jamais consolé
On rit derrière ton dos
Laisse faire
Tu te sens seul dans cette ville de millionnaires
On rit derrière ton dos
Et au fond qu’est-ce que ça peut faire
Et tu souris à tout le monde
Tu souris à tout le monde

Tu es prisonnier de ton secret
Mais ta douleur efface ta faute
Ta douleur efface ta faute
Ta douleur efface ta faute

Pauvre maudit
Comme ta vie doit être une comédie
Pauvre maudit
Comme ta vie doit être une longue nuit
Pauvre maudit

Quelque chose dans ta vie
S’en va
Tu ne sais plus vraiment quoi penser
Tu n’as plus l’étincelle
Du génie
Tu n’as plus l’étincelle de la vie
Tu es mal dans ta peau
Ce soir
Soudain tu n’aimes plus ton image
Même si du fond de ta honte
Tu souris à tout le monde

Tu es prisonnier de ton secret
Mais ta douleur efface ta faute
Ta douleur efface ta faute
Ta douleur efface ta faute

Pauvre maudit
Comme ta vie doit être une comédie
Pauvre maudit
Comme ta vie doit être une longue nuit
Pauvre maudit

Ta douleur efface ta faute…
paroles & musique : Michel Berger
(Véronique ne reprend pas le texte d'ouverture de la version originale,
signé Françoise Hardy)
éditions musicales Colline / Universal Music Publishing

enregistrée pour la première fois par Françoise Hardy sur :
MESSAGE PERSONNEL | album 1973
également enregistrée par Michel Berger sur :
AU THÉÂTRE DES CHAMPS-ÉLYSÉES | album public 1980
la maquette piano/voix de 1973 par Michel Berger a été publiée en 1994

enregistrée par Véronique Sanson sur :
D'UN PAPILLON À UNE ÉTOILE | CD single bonus 1999
paroles : droits de reproduction réservés
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
7ÈME | album 1979

figure également sur :
COMME ILS L'IMAGINENT | album public & vidéo 1995
OLYMPIA 2005 | album public & vidéo 2005

version alternative 1979 incluse dans :
ET VOILÀ | coffret intégrale 2008 (CD 8)
Tout a été dit tout
Dans les chansons mélancoliques
Ça t’intéresse pas
Ça m’intéresse plus
Ça a des relents
De déjà vu
Mais quand on n’a plus d’espoir
Quand on se sent vraiment tout petit
On a besoin de crever le haut des nuages

Oh non
Je marche dans la neige et c’est lourd
Oh non
Encore le cœur qui meurt

Quand on n’a personne
On se sent tellement minable
On voit des choses abominables
On se demande s’il vaut mieux pas passer ailleurs
Mais quand on est seul
On est son propre maître à bord
Moins que l’esclave de son remords
La fin du monde est pour demain

Prisonnière du large
Comme un bateau brisé dans les glaces
Je voudrais m’en aller
Je peux plus m’envoler
Je reste figée
Dans mon cauchemar
Ça fait longtemps que j’attends
Que l’on m’aime un peu de temps en temps
J’ai besoin d’air et j’ai besoin d’exister ¹

Oh non
Encore un autre rêve lourd
Oh non
Encore le cœur qui meurt

Quand on n’a personne
On rend les gens impardonnables
On voit des choses épouvantables ²
On se demande s’il vaut mieux pas passer ailleurs
Mais quand on est seul
On est mi-maître mi-esclave
D’une liberté indiscutable
La fin du monde est pour demain

Alors on va ³
Dans un désert impitoyable
Une solitude inoubliable
On se demande s’il vaut mieux pas passer ailleurs
Mais quand on est seul
On est mi-maître mi-esclave
Du genre de vie qu’on se prépare
La fin du monde est pour demain

Mais quand on est seul
On se sent tellement minable
On voit des choses abominables
On se demande s’il vaut mieux pas passer ailleurs

Mais quand on est seul…


Dans le premier enregistrement, exploité en promo :
¹ Donne-moi l’onde qui fait vibrer mon sang

Dans certaines versions en concert :
² On se rend, ou on se sent mille fois coupable
³ Et on se perd...
paroles : Donnie Dacus et Véronique Sanson
musique : Donnie Dacus

enregistré par Stephen Stills sur :
ILLEGAL STILLS | album 1976

sur cette chanson écrite par Donnie Dacus, Stephen Stills fait un effort méritoire pour interpréter un couplet adapté en français par Véronique
There's a whole lot of magic
When you're in Paris
And I swear I've never seen so many pretty women go by
And I can't stop from dancing
I'm spinning 'round like a clock that's wound up too tight

I want to tell you 'bout all I see
Stars in my eyes that you would not believe
I'm a little funky wearin' out my shoes
Don't mean anything
Unless I'm dancin' with you

Midnight
Midnight in Paris
Midnight
Midnight in Paris

Donne-moi ta main
Si je viens de loin
Je n'ai pas de remords à te vouloir
Et à te désirer
Écoute un peu le destin
Si je viens de loin
Moi je peux te parler de ma musique
Et parle-moi de toi
Si tu veux me dire un jour bon quelque chose
J'ouvre un autre côté de ma vie et tu déposes
Si tu veux te sentir un moment comme moi
Tu regardes moi quand je danse avec toi

Midnight
Midnight in Paris
Midnight
Midnight in Paris

Well, we'll have another bottle
Monsieur Luigi
So we can toast the autumn
Since it's all around
And I'll always remember
Singing in the park when the rain came down

I want to tell you 'bout all I see
Stars in my eyes that you would not believe
I'm a little funky wearin' out my shoes
Don't mean anything
Unless I'm dancin' with you
Dancin' with you

Midnight
Midnight in Paris
Midnight
Midnight in Paris

Midnight
Midnight in Paris
Midnight
Midnight in Paris

When you're in Paris
paroles & musique : Michel Berger
éditions musicales Colline / Universal Music Publishing

enregistrée pour la première fois par Michel Berger sur :
VOYOU | album 1983

enregistrée par Véronique Sanson sur :
D'UN PAPILLON À UNE ÉTOILE | album 1999
AVEC VOUS | album public 2000
paroles : droits de reproduction réservés
paroles & musique : François Bernheim
éditions Good Good Music

les ROCHE MARTIN ont enregistré en 1967 les maquettes d'une quarantaine de chansons restées inédites.
ce titre figure sur ET VOILÀ | coffret intégrale 2008 (CD 1).
Notre grand-mère qui ne dit plus longtemps son âge
Fait croire à tous les gens du voisinage
Qu’elle va n’avoir que cinquante-huit ans en toute franchise
Pour faire plus jeune que la marquise

Moi je ne me suis plus souvenu de ce qu’elle avait dit
Et cet après-midi dans le jardin
J’ai laissé échapper devant la marquise ravie
Que ma grand-mère allait sur quatre-vingt

Miss Gaffe
C’est le nom qu’on me donne
Miss Gaffe
Mais que l’on me pardonne
Miss Gaffe, Gaffe, Gaffe
Je suis née comme ça

Nous avons un ami qui aime les filles souvent
Sa femme est une amie de mes parents
Il nous a dit de dire à son épouse si elle venait
Qu’au bureau ses affaires le retenaient

Moi je ne me suis plus souvenu de ce qu’il avait dit
Et alors que sa femme lui parlait
Je lui ai demandé si au théâtre vendredi
C’était la blonde qui l’accompagnait

Miss Gaffe
C’est le nom qu’on me donne
Miss Gaffe
Mais que l’on me pardonne
Miss Gaffe, Gaffe, Gaffe
Je suis née comme ça

Nous savons tous que notre tante n’a plus de cheveux
Qu’elle porte une perruque pour sortir
Et que le meilleur moyen pour qu’elle invoque ses dieux
C’est évidemment de le lui dire

Moi je ne me suis plus souvenu de ce qu’on avait dit
Et l’autre jour devant des gens très bien
J’ai voulu toucher ses cheveux qui étaient très jolis
Mais tout m’est resté dans la main

Miss Gaffe
C’est le nom qu’on me donne
Miss Gaffe
Miss Gaffe, Gaffe, Gaffe
Je suis née comme ça
paroles : Violaine Sanson
musique : Véronique Sanson
éditions Productions Musicales France-Étoile

enregistrée pour la première fois par Isabelle sur :
LA JOURNÉE D'ISABELLE | super 45 tours 1968

enregistrée par Véronique Sanson, en deux versions, sur :
SANS REGRETS | album 1992

figure également sur COMME ILS L'IMAGINENT | album public & vidéo 1995
    interprétée par Yves Duteil
Ils sont rentrés
J’entends du bruit sur le palier
Peut-être ils vont jouer du piano
Alors il arrivera
Dira bonjour, les embrassera
Et j’entendrai son pas
Je devinerai où il va
Je devinerai où il va

Ils sont rentrés
J’entends des bruits dans l’escalier ¹
Peut-être il va jouer du piano
Moi j’écouterai si fort
J’écouterai encore et encore
Et il s’arrêtera
Je devinerai où il va
Je devinerai où il va

Mais je ne veux plus y penser
Mais je ne veux plus l’écouter
Je vais bientôt aller me coucher
Mais je ne veux plus y penser

Mais je ne veux plus y penser
Mais je ne veux plus l’écouter
Je vais bientôt aller me coucher
Mais je ne veux plus y penser

Ils sont rentrés
Le piano a cessé de jouer
Je crois que sa chambre est au fond
Je suis triste s’il y va
Parce qu’alors je ne l’entends pas
Mais si j’entends sa voix
Je devinerai où il va
Je devinerai où il va

Ils sont rentrés
Et puis je vois mes mains trembler
Et si le piano s’arrêtait
Et puis s’il ne venait pas
Ou bien alors s’il sonnait chez moi
Un jour il viendra
Je devinerai où il va
Je devinerai où il va

Mais je ne veux plus y penser
Mais je ne veux plus l’écouter
Je vais bientôt aller me coucher
Mais je ne veux plus y penser

Mais je ne veux plus y penser
Mais je ne veux plus l’écouter
Je vais bientôt aller me coucher
Mais je ne veux plus y penser


¹ dans la version originale chantée par Isabelle :
Ils sont rentrés / Ses parents qu’il doit les aimer/
et inversion des couplets 2 & 3.
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
LAISSE-LA VIVRE | album 1981

figure également sur :
AU PALAIS DES SPORTS | album public 1981
Monsieur Dupont marche seul dans la nuit
Personne ne l’attend ni ne veut de lui
Ça fait longtemps qu’il n’a pas bien dormi
Son pauvre costume est tout racorni
Monsieur Dupont marche seul
Monsieur Dupont marche seul
Témoin d’une pauvre vie
Qui erre et qui s’enfuit

Ça fait des années qu’il sait déjà
Qu’il se façonne une vie de cinéma
La pauvreté dans cette petite ville-là
Éloigne encore ses amis d’autrefois, et
Monsieur Dupont vieillit seul
Monsieur Dupont vieillit seul
Ses souvenirs s’accrochent
Devenus inutiles
Il serre dans sa poche
Une photo de sa ville

Et c’était si beau là-bas
Plage vide et maison là
C’était si beau là-bas
Sans ceci et sans cela
Et quand elle était là
Quelqu’un riait quelque part
Elle était là
N’attendant que son regard

La vie lui avait tout donné
Et tout repris sans même le regarder
Il faut vous dire qu’il en a vu assez
C’est maintenant qu’il veut tout oublier
Monsieur Dupont s’enfuit seul
Monsieur Dupont s’enfuit seul
Seul avec son secret
Emportant son passé

Monsieur Dupont est mort seul dans la nuit
Son nom n’est jamais sorti de l’oubli
Aucun journal n’en a jamais rien dit
Aucun journal n’aurait vraiment compris
Monsieur Dupont aimait seul
Monsieur Dupont aimait seul
Quand on l’a repêché
Les badauds imbéciles
Ont vu ses mains refermées
Sur une photo de ville

Et c’était si beau là-bas
Plage vide et maison là
C’était si beau là-bas
Sans ceci et sans cela
Et quand elle était là
Quelqu’un riait quelque part
Elle était là
N’attendant que son regard

Beau là-bas
Beau là-bas…
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée sur :
DE L'AUTRE CÔTÉ DE MON RÊVE | album 1972
Tous les vents du Nord soufflent sur toi
Le soleil arrive si tu es là
L’océan se calme quand tu le vois
Les papillons s’en vont quand tu es là
Tous les gens te diront que c’est comme ça

Ça fait partie de la vie
Ça fait partie de la vie
Ça donne envie de sourire à des gens venus d’ailleurs
S’évader pour une vie meilleure
Ça fait partie de la vie
C’est comme une chanson la vie
Il arrive au moins une chose
Tous les jours

Les surprises-parties ne t’intéressent plus
Les journaux de gauche te sont défendus
Les musiques de rock à l’accordéon
Piquent tes oreilles comme des chardons
Tous les gens te diront que c’est comme ça

Ça fait partie de la vie
Ça fait partie de la vie
Ça donne envie de sourire à des gens venus d’ailleurs
S’évader pour une vie meilleure
Ça fait partie de la vie
C’est comme une chanson la vie
Il arrive au moins une chose
Tous les jours

Si tu veux que ta vie soit
Beaucoup mieux
Si tu veux le faire
Tu n’as qu’à pas te taire
Et fais ce que tu veux
Fais ce que tu veux

Si tu aimes une fille qui te déçoit
Qu’elle aille en enfer si elle ne t’aime pas
Si tu oublies l’heure de rentrer chez toi
On dira que tu fais n’importe quoi
Tous les gens te diront que c’est comme ça

Ça fait partie de la vie
Ça fait partie de la vie
Ça donne envie de sourire à des gens venus d’ailleurs
S’évader pour une vie meilleure

Ça fait partie de la vie
Ça fait partie de la vie
Ça donne envie de sourire à des gens venus d’ailleurs
S’évader pour une vie meilleure

Ça fait partie de la vie…
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
MOI, LE VENIN | album 1989

figure également sur :
À L'OLYMPIA 89 | album public 1989
SYMPHONIQUE SANSON | album public & vidéo 1990

vidéo 1989 incluse dans ET VOILÀ | coffret intégrale 2008 (DVD 4)
Lui
Si délicat dans sa tendresse
Si raffiné dans ses caresses
Que j’ai tenu dans mes bras
Quand il avait besoin de moi
Je l’ai quitté pour d’autres mains
Pour des briseurs de destin
Et des empêcheurs d’exister
Bien fait pour moi
Si vous saviez comme je l’aimais
Plus qu’aucun autre je l’admirais

Depuis dans un brouillard
Je ne sais plus où je vais
Et je me ratatine à petits pas
Et je bous de le revoir
Pour apaiser mon désespoir
Je voudrais fuir vers d’autres nuits
Et j’ai chanté seulement pour lui
Nos souvenirs qui nous ressemblent
Et qui nous hantent
Qui s’en vont vers le soleil

Lui
Qui m’a dit d’un ton vainqueur
Qu’il n’y avait plus de doute ni de douleur
Dans ma musique, ni dans mon cœur
Je le tuerais d’avoir pensé ça
Et s’il y a des choses qu’il ignore
Il n’a qu’à m’écouter plus fort
Jusqu’à ce que la mort de l’un
Ou bien de l’autre
Souffle la bulle de nos amours

Lui
Sans qui je ne serais rien au monde
Je l’aimerai toujours à genoux
Je vis ma vie oh ! comme tout le monde
Le temps dessèche ce qu’il inonde
Et pour avoir connu l’immonde
Je voudrais vivre le meilleur
Ce qui n’arrive que dans les contes
Qu’on dit sur l’heure
Où notre lune s’en va très haut
Et quand les dieux sont au repos.
paroles & musique : François Bernheim
éditions Pathé Marconi

enregistrée par les ROCHE MARTIN sur :
C'EST TOI QUI AS GÂCHÉ NOTRE VIE | super 45 tours 1967

réédité en CD sur :
SIXTIES GIRLS vol.2 | compilation Magic Records 2001
et sur ET VOILÀ | coffret intégrale 2008
Connais-tu le
Nathalie’s
Nathalie’s blues
Écoute ce
Nathalie’s
Nathalie’s blues

Nathalie, Nathalie, oh
C’est une dame
Qui au beau milieu d’un drame
M’a laissé tomber
J’ai regretté
Mais je l’aime
Ce blues à Nathalie
Presque autant qu’elle-même

C’était une
Bonne amie
Nathalie’s blues
Ce fut une
Calomnie
Nathalie’s blues

Nathalie, Nathalie, oh
C’est une histoire
Parsemée de gros déboires
Et d’un ultime adieu
J’ai mal aux yeux
Mais je l’aime
Ce blues à Nathalie
Presque autant qu’elle-même

Je retiens mon
Ironie
Nathalie’s blues
Ne pas enta-
Cher sa vie
Nathalie’s blues

Nathalie, Nathalie, oh
Son existence
Qu’elle a comme je le pense
Reconstruit(e) sans moi
Pauvre de moi
Mais je l’aime
Ce blues à Nathalie
Presque autant qu’elle-même

Pauvre de moi
Mais je l’aime
Ce blues à Nathalie
Presque autant qu’elle-même

Pauvre de moi
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
PLUSIEURS LUNES | album 2010

figure également sur :
LE CIRQUE ROYAL DE VÉRONIQUE SANSON | album public & video 2012

la version originale de cette chanson a fait l'objet d'une démo en 1971,
qui figure dans ET VOILÀ | coffret intégrale 2008 (CD 2)
(cf. textes plus bas)
La nuit se fait attendre
Le soleil est de trop
La nuit se fait attendre
Le sommeil vient trop tôt

J’entre dans sa chambre
Une odeur de garçon
S’est pendue à la lampe
Ça sent bon
Je range un peu
Je le regarde aussi, comme ça
Afin qu’il s’éveille
Alors, alors…

La nuit se fait attendre
Le soleil est de trop
La nuit se fait attendre
Le sommeil vient trop tôt

Me voy para tu cama
Tus ojos de plata
Me hacen parpadear
Y quando el mar se fue
Una vez quando le vi
Me senti con el
Asi, allá

La noche nos espera
Y el amor conta bien
La noche se hace esperar
Que los sueños esperen

La noche nos espera
Y el amor conta bien
La noche se hace esperar
Que los sueños esperen

On peut toujours prendre
Son amour au sérieux
Nous ce n’est pas pareil
On passe le temps qu’on a
à regarder comment volent
Nos cheveux au vent
Ce qui fait qu’on s’aime
Alors, alors…

La nuit se fait attendre
Le soleil est de trop
La nuit se fait attendre
Le sommeil vient trop tôt

La nuit se fait attendre
Le soleil est de trop
La nuit se fait attendre
Le sommeil vient trop tôt


Version démo 1971 :

La nuit se fait attendre
Le soleil est de trop
La nuit se fait attendre
Le soleil est de trop

J’entre dans sa chambre
Une odeur de garçon
S’est pendue à la lampe
Ça sent bon
Je range un peu
Je le regarde aussi
Comme ça
Afin qu’il s’éveille
Alors, alors

La nuit se fait attendre
Le soleil est de trop

Il a pêché un poisson
Il me l’a donné
En revenant de l’eau
Et même
Il fait toujours
Mille choses, toujours
Comme ça
Afin que je l’aime
Alors, alors

La nuit se fait attendre
Le soleil est de trop

On peut toujours prendre
Son amour au sérieux
Nous ce n’est pas pareil
On passe le temps qu’on a
à regarder comment volent
Nos cheveux au vent
Ce qui fait qu’on s’aime
Alors, alors

La nuit se fait attendre
Le soleil est de trop
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
LE MAUDIT | album 1974

figure également sur :
LIVE AT THE OLYMPIA | album public 1976
AU PALAIS DES SPORTS | album public 1981
À L'OLYMPIA 89 | album public 1989
ZÉNITH 93 | album public 1993
COMME ILS L'IMAGINENT | album public & vidéo 1995,
    en duo avec Paul Personne

vidéo 1989 en duo avec Jean-Jacques Goldman incluse dans :
ET VOILÀ | coffret intégrale 2008 (DVD 4)
J’ai tant de choses à faire
J’ai tant de choses à voir
L’été arrive, la saison passe
Et c’est toujours la même histoire
Et le même cinéma
On m’attend là-bas
On m’attend là-bas
Dans un autre monde
On m’appellera
Et on m’attend là-bas
Dans un autre monde
Une autre galaxie
Ou dans une île
Partout dans les continents
On m’attend là-bas

La musique est romantique
La musique a tant d’histoires
Et quand je veux jouer un peu le soir
Tranquillement seule dans le noir
C’est le même cinéma
On m’attend là-bas
On m’attend là-bas
Un taxi en bas
Et un aéroport
Un avion s’envole
Dans un autre monde
Une autre galaxie
Ou dans une ville
Partout dans les continents

Et si l’amour
Du haut de son piédestal
Me kidnappe me fait du mal
Soudain un télégramme vient m’annoncer
Que tout est dans le lac
C’est toujours la même histoire
On m’attend là-bas
On m’attend là-bas
Un taxi en bas
Un aéroport
Un avion s’envole
Dans un autre monde
Une autre galaxie
Ou dans une île
Partout dans les continents

On m’attend là-bas
On m’attend là-bas
paroles : Véronique Sanson
musique : Bernard Swell
éditions Piano Blanc / Salad Music

enregistrée par Bernard Swell sur :
MÉLANIE | 45 tours 1979
On se réveille un drôle de matin
On s'imagine que tout va bien
Quand je suis mal, si tu voyais
Tout le monde se cache, tout le monde se tait

On se sépare, on n'est pas bien
On se déchire pour un rien
Je pense à toi, si tu savais
Mais tout le monde se bat, tout le monde se hait
Je pense à toi, si tu savais
Mais tout le monde se bat, tout le monde se hait

Oh
Quelquefois, je me demande où va ma vie
Oh
Je me bats pour les choses que j'aime, et je supplie
Que la vie me rende ce qu'elle m'a pris

Oh
Quelquefois, je me demande où va ma vie
Oh
Je me bats pour les choses que j'aime, et je supplie
Que la vie me rende ce qu'elle m'a pris

Le temps est lourd, ça rend nerveux
Ça donne envie de dire adieu
Aux gens qui sont artificiels
À leur cœur figé par le gel
Aux gens qui sont artificiels
À leur cœur figé par le gel
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
SANS REGRETS | album 1992

figure également sur :
ZÉNITH 93 | album public 1993

la version originale de cette chanson a fait l'objet d'une démo en 1969,
qui figure dans ET VOILÀ | coffret intégrale 2008 (CD 1)
puis d'une autre maquette piano/voix en 1971 incluse dans
AMOUREUSE 1972-2012 | réédition 2012
Il est quatre heures et je l’attends
J’ai du chagrin
Je vais dans l’appartement
Serrant les poings
J’ai peur
Je vais je viens dans l’ombre vagabonde
Et puis là j’entends le bruit des secondes
Qui fait Ha !
Panne de cœur, panne de cœur
Panne de cœur, panne de cœur

Il est quatre heures et je l’attends
Toujours en vain
Il y a un accident sur le rond-point
J’ai peur
Et mon cœur a sauté comme une bombe
Mais non ce n’est qu’une larme qui tombe
Et qui fait Ha !
Panne de cœur, panne de cœur
Panne de cœur, panne de cœur

Il est quatre heures il n’est pas là
Mais s’il revient
Je sauterai dans ses bras car je sais bien
Je l’aime
Et il restera près de moi dans l’ombre
Et je n’entendrai plus le bruit des secondes
Qui fait Ha !
Panne de cœur, panne de cœur
Panne de cœur, panne de cœur


reprise du premier couplet à la fin dans les versions de 1992/1993
paroles & musique : Michel Berger
éditions CMBM

enregistrée pour la première fois par Michel Berger sur :
ÇA NE TIENT PAS DEBOUT | album 1990

enregistrée par Véronique Sanson sur :
D'UN PAPILLON À UNE ÉTOILE | album 1999
AVEC VOUS | album public 2000
paroles : droits de reproduction réservés
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
MOI, LE VENIN | album 1989

figure également sur :
À L'OLYMPIA 89 | album public 1989

vidéo 1989 incluse dans ET VOILÀ | coffret intégrale 2008 (DVD 4)
Comme une bulle dans la rivière
Libellule dans la lumière
Funambule suicidaire
Ridicule et solitaire
Je me saoule dans l’éphémère
Je m’enroule dans l’univers
Je crois que j’ai de la chance
D’être toujours vivante

Ha ha paranoïa
Ha ha dit la cigale
Ha ha font les chacals
Ha ha dit mon âme
Ha ha paranoïa
Ha ha dit la cigale
Ha ha font les chacals
Ha ha dit mon âme

Comme une bulle dans la rivière
Un peu fée, un peu sorcière
Comme un fil dans l’univers
Une virgule dans la poussière
J’ai toujours passée au travers
De la foudre et des éclairs
Et je crois que j’ai vraiment de la chance
D’être toujours, toujours vivante

Ha ha paranoïa
Ha ha dit la cigale
Ha ha font les chacals
Ha ha dit mon âme
Ha ha paranoïa
Ha ha dit mon orgueil
Ha ha dit la femme
Ha ha dit la cigale

Ha ha dit la rivière
Ha ha dit la lumière
Ha ha funambule
Ha ha dit la virgule
Ha ha dit l’univers
Ha ha dit la sorcière
Ha ha solitaire
Ha ha dit la poussière

Ha ha paranoïa

Ha ha paranoïa…
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

cette petite chanson est en fait un jingle publicitaire radio, chanté par Véronique, pour l'opération Lire aujourd'hui d'une chaîne de carburant qui offrait un livre pour un plein d'essence sur les routes de l'été 1972.
Sous un parasol
Soudain il vous prend l'envie
De « Lire aujourd'hui »
Des images folles
Les plus belles pages de la vie
C'est « Lire aujourd'hui »
Les plus belles pages de la vie
C'est « Lire aujourd'hui »
paroles : Véronique Sanson, Mehdi Benjelloun, Dominique Bertram
musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
PLUSIEURS LUNES | album 2010

D’habitude, j’ai pas de problèmes
Je remets tout à demain
J’ai tellement l’habitude qu’on m’aime
Surtout quand je ne fais rien

Dans mes paroles, j’suis pas frivole
Je pars toujours de rien
C’est pas la peine de devenir folle
Pour trouver son chemin

Il y a des dégâts dans la tendresse
Quand les gens n’y croient pas
Personne veut aller à confesse
être déçu encore une fois

En attendant que ça me vienne
En écartant les mains
Protéger toutes nos peines
Pour quelque chose de divin

Se coucher sans lendemain
C’est pas beau, c’est pas bien
Comme un piano abandonné
C’est pas beau, c’est pas bien
Siffler une bière avec personne
C’est pas beau, c’est pas bien
Et faire tout ça pour être aimé
J’ai tellement aimé les vauriens

Et pas de problème grâce à ma flemme
Je dis ces mots quand même
Des rimes il y en a, des rimes en boucle
Qui diraient toutes je t’aime

C’est bien la peine qu’on m’aime quand même
Quitte à faire des jaloux
J’ai rien à faire de vos manières
De vos délires de fous

Même pas mal, même pas aïe
Ailleu, ailleu, ailleu
J’aurais voulu trouver la faille
De la vérité des dieux

En attendant que je m’en aille
Laissez-moi souffler un peu
Je me fous de vos représailles
D’être heureuse à petit feu

Les gens qu’aiment pas lire Tintin
C’est pas beau, c’est pas bien
Les dimanches sont comme des requins
C’est pas beau, c’est pas bien
Avoir peur du lundi matin
C’est pas beau, c’est pas bien
C’est pas normal, mais ça fait rien

C’est pas beau, c’est pas bien
C’est pas beau, c’est pas bien
C’est pas beau, c’est pas bien
C’est pas beau, c’est pas bien
C’est pas beau
instrumentale, musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

démo 1971 inédite, incluse dans :
ET VOILÀ | coffret intégrale 2008 (CD 2)
AMOUREUSE 1972-2012 | réédition 2012
 
paroles & musique : Michel Berger
éditions musicales Colline / Universal Music Publishing

enregistrée pour la première fois par Michel Berger sur :
CHANSONS POUR UNE FAN | album 1974

enregistrée par Véronique Sanson sur :
D'UN PAPILLON À UNE ÉTOILE | album 1999
paroles : droits de reproduction réservés
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
7ÈME | album 1979

figure également sur :
L'OLYMPIA 1985 | album public 1986
SYMPHONIQUE SANSON | album public & vidéo 1990
Quelquefois je me sens pas mal
Quand je suis toute seule à la maison
Je me pose certaines questions
Il y a quelque chose qui me fait peur
Avec ou sans raison
Et qui me donne le frisson

Je sais qu’un jour tu vas mourir
Sans prévenir
Je sais qu’un jour tu vas partir
Et aller
Quelque part ailleurs
Où on ne voit sûrement pas les mêmes couleurs
De l’autre côté des fleurs

Quand tu seras sous terre
Je ne saurai plus quoi faire
Il faut vraiment que tu reviennes
Que tu m’appelles et là

Tout recommencera
Fais d’hier demain
Tout recommencera
Reste jusqu’à ma fin

J’ai tellement de doutes
Et puis tellement de volcans ouverts
Que tu connais tu connais tout
Ne t’en va pas
Avec ton âme reste là

Quand on te descendra en terre
Ne panique pas
Tu sentiras que je suis là
Alors appelle-moi

Tout recommencera
Fais d’hier demain
Tout recommencera
Ne me laisse pas
Doucement toi
Comme toujours je crois
Doucement toi
Comme toujours pour moi
instrumentale, musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée sur :
AMOUREUSE | album 1972

maquette piano/voix 1971 incluse dans :
ET VOILÀ | coffret intégrale 2008 (CD 2)
AMOUREUSE 1972-2012 | réédition 2012
 
 
 
paroles & musique : François Bernheim
éditions Pathé Marconi

enregistrée par les ROCHE MARTIN sur :
IL EST TEMPS DE PENSER À LA NEIGE | super 45 tours 1967

réédité en CD sur :
SIXTIES GIRLS vol. 3 | compilation Magic Records 2001
et sur ET VOILÀ | coffret intégrale 2008
Pour ma symphonie
Je t’ai placée devant
Tu es au premier rang
Et tu souris

Pour ma symphonie
L’orchestre t’attendra
Tu le dirigeras
Et il jouera notre vie

Tu es mon public
Et mon premier succès
Tu es la gloire
Dont plus tard peut-être je te couvrirai

Pour ma symphonie
Pas de musicien
Mais pour toi, tu le sais bien
J’ai du génie

Pour ma symphonie
Le théâtre est chez nous
Les musiciens, c’est nous
Et nous jouons notre vie

Les fausses notes
Ça n’existera pas
Et mon chef d’œuvre
Je ne le jouerai que pour toi, que pour moi

Pour ma symphonie
Je ne veux plus être célèbre et réclamé
De tous côtés
Jouons notre vie
Et la nuit qui descend
S’étendra doucement
Sur ma symphonie
paroles & musique : Michel Berger
éditions Bertrand De Labbey / Colline / Universal Music Publishing

enregistrée pour la première fois par Michel Berger sur :
MICHEL BERGER (Cœur brisé) | album 1973

enregistrée par Véronique Sanson sur :
D'UN PAPILLON À UNE ÉTOILE | album 1999
AVEC VOUS | album public 2000
paroles : droits de reproduction réservés
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
AMOUREUSE | album 1972

figure également sur :
LIVE AT THE OLYMPIA | album public 1976
Si je regarde une fleur
Je me sens être fleur
Je revêts sa dentelle
Et je deviens comme elle

Si je m’approche du feu
Mes cheveux deviennent roux
Mon corps est dangereux
Et mes yeux deviennent fous

Pour qui
Le feu que j’ai dans le corps ?
Pour qui
L’amour qui brûle mon cœur ?
Pour qui
La douceur de mes cheveux ?
Pour qui
Cette chaleur dans mes yeux ?

Si je regarde un garçon
Je sombre dans l’amour
Je n’en vois plus le fond
Et je deviens l’amour

Si je sens venir la peur
Et rôder la folie
Je touche le malheur
Et je deviens la vie

Pour qui
Le feu que j’ai dans le corps ?
Pour qui
L’amour qui brûle mon cœur ?
Pour qui
La douceur de mes cheveux ?
Pour qui
Cette chaleur dans mes yeux ?

Pour qui
Le feu que j’ai dans le corps ?
Pour qui
L’amour qui brûle mon cœur ?
Pour qui
La douceur de mes cheveux ?
Pour qui
Cette chaleur dans mes yeux ?

Pour qui…
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée sur :
VÉRONIQUE SANSON (album blanc) | album 1985
Une poussière de pollen vole
Je la regarde monter, voler de mon lit
Ça me fait tout drôle et je m’envole
Vers les délices des bons moments de ma vie
De ma vie

Je voudrais que le temps s’arrête
De voler les gens
Je voudrais que la vie me libère
Que ce soit comme avant
Je voudrais que le temps m’oublie
Et tourne à l’envers
Comme les saisons

Les souvenirs, ça ça vous colle
Que rien ne peut jamais, jamais démolir
Oh non non non, faut stopper la menace
Des gens qui rôdent comme des voyeurs dans nos vies
Faux amis

Je voudrais que le temps s’arrête
De voler les gens
Je voudrais que la vie me libère
Que ce soit comme avant
Je voudrais que l’été revienne
Éclairer ma tête
Sans jamais mourir

Une poussière de colère tonne
Moi je la sens monter, gronder dans ma tête
Oh non non non, faut pas changer le cours
Des petites phrases qui donnent le sel de la vie
De l’amour

Je voudrais que le temps s’arrête
De voler les gens
Je voudrais que la vie me libère
Que ce soit comme avant
Je voudrais que le temps m’oublie
Et tourne à l’envers
Comme les saisons

Une poussière de pollen vole
Je la regarde monter, voler de mon lit
Une poussière de pollen vole
Je la regarde monter, voler de mon lit

Une poussière de pollen vole…
paroles & musique : Michel Berger
éditions musicales Colline / Universal Music Publishing

enregistrée pour la première fois par Michel Berger sur :
VOYOU | album 1983

enregistrée par Véronique Sanson sur :
D'UN PAPILLON À UNE ÉTOILE | album 1999
AVEC VOUS | album public 2000
paroles : droits de reproduction réservés
paroles : Véronique Sanson
musique : Donovan Leitch
éditions Marconi Soc.

enregistrée pour la première fois sur :
VÉRONIQUE SANSON | 45 tours 1969

éditée en CD dans ET VOILÀ | coffret intégrale 2008 (CD 1)

la chanson a été composée en toute bonne fois par Véronique,
mais la ressemblance évidente avec Sunny Goodge Street de Donovan
a contraint à la modification des crédits.
on peut voir sur la pochette originale la mention initiale masquée
et remplacée par «  Donovan Leitch, adapt. Véronique Sanson »
À toute chose gaie, chose triste
Le printemps est là
Plus question de faire des pistes
Plus de question de whisky-soda
Plus question de cinéma

Il est trop tard pour gronder
Ce n’est vraiment pas le moment
J’ai redécouvert le temps perdu
J’ai redécouvert le temps perdu

À toute chose gaie, chose triste
Tu oublies ma rue
Plus question de sortir le soir
Plus question de malentendus
Plus question de bonbons noirs

Il est trop tard pour pleurer
Ce n’est vraiment pas le moment
J’ai redécouvert le temps perdu
J’ai redécouvert le temps perdu

Toi, ennemi de la place
L’été est juste en face
Qui t’attend à sa porte
Mais

À toute chose gaie, chose triste
Le printemps est là
Plus question de faire des pistes
Plus question de whisky-soda
Plus question de cinéma

Il est trop tard pour pleurer
Ce n’est vraiment pas le moment
J’ai redécouvert le temps perdu
J’ai redécouvert le temps perdu
J’ai redécouvert le temps perdu
paroles & musique : Violaine Sanson-Tricard
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
PLUSIEURS LUNES | album 2010

figure également sur :
LE CIRQUE ROYAL DE VÉRONIQUE SANSON | album public & video 2012
Pour une seconde d’adrénaline, j’ai tout cassé
Je l’ai suivi dans ses paradis fabriqués
J’ai brisé mes plus belles chaînes
Celles qui me tenaient debout
J’ai subi toutes les haines
Aimé tous les coups

Pour un bout de vie volé au temps, volé aux gens
Pour un soupir, jamais le même, toujours violent
Je risquerai toujours le pire
Je mourrai avec le sourire
Mais pas question d’oublier
Ou de renier

Qu’on me pardonne ou qu’on m’oublie
Je voyage au bout de ma nuit
Mais qu’on me pardonne ou qu’on m’oublie
Mais qu’on me prenne comme je suis

Souvent par jeu, pour d’autres hommes, j’ai tout plaqué
Des amours parfois vénéneuses ou insensées
J’ai passé ma vie à fuir
Passé ma vie à partir
Semé la désolation
Sans compassion

Qu’on me pardonne ou qu’on m’oublie
Je voyage au bout de ma nuit
Qu’on me pardonne ou qu’on m’oublie
Mais qu’on me prenne comme je suis

On ne peut pas sortir indemne
De ces jeux où l’ennui vous tue
Les séquelles sont toutes les mêmes
Si on s’en sort, on est foutu

Qu’on me pardonne ou qu’on m’oublie
Je voyage au bout de ma nuit
Qu’on me pardonne ou qu’on m’oublie
Mais qu’on me prenne comme je suis
Mais qu’on me prenne comme je suis

paroles & musique : Michel Berger
éditions musicales Colline / Universal Music Publishing

enregistrée pour la première fois par Michel Berger sur :
BEAUSÉJOUR | album 1980

enregistrée par Véronique Sanson sur :
COMME ILS L'IMAGINENT | album public & vidéo 1995
AVEC VOUS | album public 2000

version piano/voix 2000 incluse dans  ET VOILÀ | coffret intégrale 2008 (DVD 4)
paroles : droits de reproduction réservés
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
MOI, LE VENIN | album 1989

figure également sur :
À L'OLYMPIA 89 | album public 1989

vidéo 1989 incluse dans ET VOILÀ | coffret intégrale 2008 (DVD 4)
Tous les gens qui parlent de gens
Ont toujours quelque chose d’important
À nous dire
C’est comme s’ils savaient tout par cœur
Nos vies, nos peurs, nos cœurs, nos mœurs
C’est tout dire

Les passages au pilori
C’est tout leur passe-temps favori
Les matraquages au bistouri
Oh non, non, non

Un dégoût des goûts différents
Défile et vole dans l’air du temps
Dans le pays
C’est comme s’ils enlevaient les couleurs
Pour faire des parfums sans odeur
On est dans la nuit

Quand t’as affaire à des furies
Faut pas lutter ça sent le roussi
On fait des jolies mélodies
Et puis tant pis
Ça nous rallume nos auréoles
Ça nous desserre nos camisoles
Y a trop de bavards
Dans trop de brouillard
Non, non, non

Danger Radio Vipère
Tout le monde écoute, tout le monde écoute
Qui met nos univers
Tout à l’envers, tout à l’envers
Le monde à l’envers
Radio Vipère
Et danger, danger, colère

Et vous les Merlins de Mélisande
Jamais vous ne m’immolerez vivante
Je vous le dis
C’est tellement bon de chanter l’amour
J’aimerais pouvoir en rire un jour
Avant de mourir
Avant de mourir

J’ai envie d’aller jusqu’au bout
Sans amertume du tout du tout
On fait des jolies mélodies
Et c’est la vie
Si vous mettez le doute en moi
C’est pas la mort, tout le monde fait ça
Y a trop de cafard
Dans trop de brouillard
Non, non, non

Danger Radio Vipère
Tout le monde écoute, tout le monde écoute
Qui met nos univers
Tout à l’envers, tout à l’envers
Le monde à l’envers
Radio Vipère
Et danger, danger, colère

Si vous mettez le doute en moi
C’est pas la mort, tout le monde fait ça
Y a trop de cafard
Dans trop de brouillard
Non, non, non

Danger Radio Vipère
Tout le monde écoute, tout le monde écoute
Qui met nos univers
Tout à l’envers, tout à l’envers
Le monde à l’envers
Radio Vipère
Et danger, danger, colère

Danger Radio Vipère...
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
VANCOUVER | album 1976

figure également sur :
LIVE AT THE OLYMPIA | album public 1976

version piano/voix 1984 incluse dans :
ET VOILÀ | coffret intégrale 2008 (CD 22)
Si tu me vois
Les toucher de mon regard
Leur donner le goût de l’art
Avoir un sale goût de larmes
Dans mon fou rire

Ne m’en veux pas
Tu m’as rendue redoutable
Mais je suis si vulnérable
C’est si facile de faire mal
Faire mal
Faire mal
Faire mal
Faire mal

Et si tu me sens
Avoir des idées de mort
Tu sais très bien que mon cœur est mort
Tu vois bien que je t’attends
Depuis longtemps

Ne m’oublie pas
Tu m’as rendue redoutable
L’enfer est insupportable
C’est si facile de faire mal
Faire mal
Faire mal
Faire mal
Faire mal

Et si je me donne
C’est pour leur voler leur âme
C’est pour leur voler leur femme
C’est pour leur donner la flamme
Qui dort en moi

Ne m’oublie pas
Tu m’as rendue redoutable
Mais je suis si misérable
C’est si facile de faire mal
Faire mal
Faire mal
Faire mal
Faire mal

Tu m’as rendue redoutable
Et je suis si misérable
C’est si facile de faire mal
Faire mal
Faire mal
Faire mal
Faire mal
paroles : Véronique Sanson et Bernard Swell
musique : Bernard Swell
éditions Piano Blanc/Swellito

enregistrée pour la première fois sur :
SANS REGRETS | album 1992

figure également sur :
ZÉNITH 93 | album public 1993
COMME ILS L'IMAGINENT | vidéo 1995
OLYMPIA 2005 | album public & vidéo 2005
LE CIRQUE ROYAL DE VÉRONIQUE SANSON | album public & video 2012

adaptation d'une chanson écrite par Bernard Swell en anglais
sous le titre : I WANNA KNOW | 45 tours 1991

Elle
Rappelle-toi comme elle est belle
Et touche-la elle sent le sel
C’est un don miraculeux
Elle
C’est la naissance de la gabelle
C’est l’oubliée des infidèles
À la terre des futurs vieux

Rien que de l’eau
De l’eau de pluie
De l’eau de là-haut
Et le soleil blanc sur ta peau
Et la musique tombée du ciel
Sur les toits rouillés de Rio

Toi
Tu te caches dans les ruelles
Et comme un païen qui appelle
Les dieux pour qu’elle t’inonde
Elle
Oh tu sais, elle a le temps
Elle est là depuis mille ans
Elle te suit comme une ombre

Rien que de l’eau
De l’eau de pluie
De l’eau de là-haut
Et le soleil blanc sur ta peau
Et la musique tombée du ciel
Sur les toits rouillés de Rio

Elle
En attendant l’orage
Elle te pardonnera ton âge
Et l’argent de tes cheveux
Elle
Tu ne peux pas te passer d’elle
Tu ne vivras jamais sans elle
Tu n’auras que l’eau de tes yeux

Rien que de l’eau
De l’eau de pluie
De l’eau de là-haut
Et le soleil blanc sur ta peau
Et la musique tombée du ciel
Sur les toits rouillés de Rio

Rien que de l’eau
De l’eau de pluie
De l’eau de là-haut
Et le soleil blanc sur ta peau
Et la musique tombée du ciel
Sur les toits rouillés de Rio
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
VANCOUVER | album 1976

figure également sur :
LIVE AT THE OLYMPIA | album public 1976
SYMPHONIQUE SANSON | album public & vidéo 1990
You drove me to the airport
In a sad sad limousine
You told me that you loved me
But do you know what the words mean

So bye
Bye my friend good bye
I must face the road alone
But I’ll make it
I’ll make it
I’ll make it
On my own

Gazing through the window
Of your sad sad limousine
We spoke about the future
While thinking about what might have been

So bye
Bye my friend good bye
I must face the road alone
But I’ll make it
I’ll make it
I’ll make it
On my own

Butterflies
Among the alibis
Quick goodbyes
Amid a room full of strangers
Broken ties
Wrapped up in silent lies
Trying hard not to scream
Crowded aisles
Of unconvincing smiles
Clocks and dials
Beat out the time as he finds me
Standing here
Watching you disappear
In your sad limousine

Bye
Bye my friend good bye
I must face the road alone
But I’ll make it
I’ll make it
I’ll make it
On my own

Bye
Bye my friend good bye
Your eyes say all there is to say
But I’ll make it
I’ll make it
Tomorrow is another day

Bye
Bye my friend good bye
I must face the road alone
But I’ll make it
I’ll make it
In the end
We’re all alone
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
PLUSIEURS LUNES | album 2010

Pas là-bas, pas là-bas
Toi là-bas, moi là-bas
C’est pas ça
Pas là-bas, pas là-bas
Toi là-bas, moi là-bas
C’est pas ça

C’était quelqu’un à qui j’dis pas merci
D’avoir ruiné toutes mes tendresses
Et mon amour aussi

Parfois c’est tellement pas joli
De voir ces pestes qui le suivent
Sentir les rêves qui lui survivent

Ça oui, c’est pas les boîtes de nuit
C’est vraiment la vraie vie ici
C’est le jour et la nuit
Ça oui, c’est pas les boîtes de nuit
C’est vraiment la vraie vie ici
C’est le jour et la nuit

C’est comme une sale p’tite mélodie
Qui voudrait être une symphonie

Pas là-bas, pas là-bas
Toi là-bas, moi là-bas
C’est pas ça
Pas là-bas, pas là-bas
Toi là-bas, moi là-bas
C’est pas ça

C’était quelqu’un qui m’adorait
Dans cet effroyable navet
Mais dans sa tête il me voulait

Je ne voulais pas de son pardon
J’aurais crevé de porter son nom
Je resterai toujours Sanson

Ça oui, c’est pas les boîtes de nuit
C’est vraiment la vraie vie ici
C’est le jour et la nuit
Ça oui, c’est pas les boîtes de nuit
C’est vraiment la vraie vie ici
C’est le jour et la nuit

C’est comme une sale p’tite mélodie
Qui voudrait être une symphonie
Ooh

C’était ma main que j’lui tendais
Pauvre imbécile qui savait pas
Ce qu’est l’amour à vie

Pendant que tu m’assassinais
Les trouble-fêtes étaient en liesse
Pour quelques sous, pour quelques pièces

Ça oui, c’est pas les boîtes de nuit
C’est vraiment trop tranquille ici
On meurt et on s’ennuie
(Le jour et la nuit)

Ça oui, c’est pas les boîtes de nuit
C’est vraiment la vraie vie ici
C’est le jour, c’est le jour
C’est le jour, c’est la nuit
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
7ÈME | album 1979

figure également sur :
L'OLYMPIA 1985 | album public 1986
Tu dis rien
Mais tu dis tout
Tu vas bien
Mais tu vas pas du tout
Je sais bien
Ça tient pas debout
Tu sais bien
Mais tu dis rien du tout

Tu peux toujours me dire
Que tu connais la liberté
C’est jamais facile de lire
Dans les lignes de la vérité
Si jamais je m’en allais
Vers d’autres goûts, d’autres idées
Quelle serait ta loi ?

Tu vois toujours le pire
Tu n’imagines pas mes rires
Toujours toujours contre moi
Tu laisses passer les moments rois
Dommage de laisser faire
Dommage de laisser tout mourir
Pauvre cœur et pauvre fou
T¹as rien compris du tout

Ne dis rien
Et dis-moi tout
Prends le temps
De regarder ta vie
Si tu m’aimes
Et si tu veux
Prends le temps
De te regarder mieux

Ça fait bien des années
Que tu m’étouffes, j’en ai assez
Il me vient de drôles d’idées
Je pense pas que tu pourras changer
Je ne pense pas que tu oses
Changer à ma vie quelque chose

Et j’aurais pu en rire
J’ai même du mal à en sourire
Ça me laisse bien le temps
De dépérir sur mon tourment
Et puis demain peut-être
Tu feras plus partie de ma fête
C’est de l’âge de nos vingt ans
De changer tout tout le temps

Ne dis rien
Et dis-moi tout
Prends le temps
De regarder ta vie
Si tu m’aimes
Et si tu veux
Prends le temps
De te regarder mieux

Tu dis rien
Mais tu dis tout
Tu vas bien
Mais tu vas pas du tout
Je sais bien
Ça tient pas debout
Tu sais rien
Mais tu dis rien du tout

Ne dis rien
Ou dis-moi tout
Prends le temps
De regarder ta vie
Si tu m’aimes
Et si tu veux
Prends le temps
De te regarder mieux
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
SANS REGRETS | album 1992

figure également sur :
OLYMPIA 2005 | album public & vidéo 2005
LE CIRQUE ROYAL DE VÉRONIQUE SANSON | album public & video 2012

version piano/voix 2000 incluse dans :
ET VOILÀ | coffret intégrale 2008 (CD 22 et DVD 4)
Dans cette ville qu’est-ce qu’elle peut bien faire
Pour calmer sa colère
Comme une louve solitaire
Elle erre, elle erre, elle erre
Elle est partie pour chasser la brume
De son cœur éclaté
Elle est partie pour ce que nous fûmes
Avant de détruire le passé

Dans cette ville qu’est-ce qui la fait rire ?
Les gens dans les bistrots
Elle est partie pour pas les voir rougir
Des gens comme il faut
Jamais le vent de ses racines
N’était venu jusqu’à moi

Elle a fui une nuit où la lune l’appelait
Vers les anciennes dunes que les dieux adoraient
Sans regrets, sans regrets

Elle avait le regard de ceux qui vont mourir
Comme si elle se voyait mal et qu’elle voulait en rire
Elle ajuste sa voix pour qu’elle vienne à son cœur
Qu’ils ne sachent jamais comment une femme meurt

Et ce silence tout autour d’elle
C’était leur tyrannie
Ces petits fronts suants de platitude
C’est leur seule attitude
Jamais le vent de ses racines
N’était venu jusqu’à moi
Je voudrais qu’elle se dise

« Je me pardonne mes fautes qui m’ont un jour offensée
Et je dirai tout haut que j’ai un jour aimé
Sans regrets, sans regrets »

Et elle a fui une nuit où la lune l’appelait
Vers les anciennes dunes que les dieux adoraient
Sans regrets, non, sans regrets
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée sur :
LAISSE-LA VIVRE | album 1981

Sur le chemin de, de Santa Monica
Les paysans et, et leurs voitures à bras
S’en vont par deux dans, dans les champs tout là-bas
Dans la lumière d’une, d’une aube d’apparat

Ils travaillent l’été et l’hiver
Pour que ne meurent pas leurs terres
Et leur enfants feront comme eux
Tranquillement sans, sans ombre dans leurs yeux

Regarde-les
Écoute-les
Rêver d’autre part
De gloire et de tout
Enfin d’une autre vie
Et nous le gens des villes
Dans nos prisons tranquilles
On s’imagine
Vivant là-bas

Dans les collines de, de Santa Monica
Courbant l’échine sous, sous les voitures à bras
Les paysans vont, rigolant tout bas
De mille rides, sous leurs chapeaux de paille

Car eux
Travaillent l’été comme l’hiver
Dans la chaleur et la poussière
Et leur esprit s’en va souvent
Aux quatre coins d’un, d’un monde étourdissant

Et moi
Est-ce que je sais où je vais
Comme toi tu le sais
Toi qui a tout compris

Regarde-les
Écoute-les
Rêver d’autre part
De gloire et de tout
Enfin d’une autre vie
Et nous le gens des villes
Dans nos prisons tranquilles

Rêvons d’autre part
De calme et de tout
Enfin d’une autre vie
Et nous les gens des villes
Dans nos prisons tranquilles

Rêvons d’autre part
De calme et de tout
Enfin d’une autre vie
Ce n’est pas comme nous
Qui voulons toujours tout

Rêvons d’autre part
paroles & musique : Christopher Stills
éditions Rive Gauche Music | administré par Collect Music Publishers BV.
avec l’aimable autorisation de Première Music Group

enregistrée pour la première fois par Christopher Stills sur :
CHRIS STILLS | album 2005

enregistrée par Véronique Sanson en duo avec Christopher Stills sur :
PLUSIEURS LUNES | album 2010
I woke up from a bitter sleep
Only to find the dawn
And all the sympathetic lies that I carried inside
And my life would come around and go
Looked up and watched the sun
Slowly begin to rise
I put the needle down on the record player
Then I knew that I’d made up my mind

Gotta say my last goodbye
In the morning I’ll be gone
You see I’m off to live my life
Cause it’s all I can live on
And if I see you down the line
We’ll count the miles that we put on
Cause it’s all I can live on

Hit hard with a fever
I got nothing to lose but you
Leaving you behind was the last thing on my mind
Don’t you ever think I’m a fool
Deep down, I can feel the pain
Of leaving you all behind
The only thing that would ever come close
Would be a good look into your eyes

I’ve gotta say my last goodbye
In the morning I’ll be gone
You see I’m off to live my life
Cause it’s all I can live on
And if I see you down the line
We’ll count the miles that we put on
Cause it’s all I can live on

And high… from the rush
Forgive me if I seem blind
To anyone who might hold a grudge
For leaving them behind
Maybe one day down the road
I’ll see you on the other side
And when that day comes
You might just know why

Say my last goodbye
In the morning I’ll be gone
You see I’m off to live my life
Cause it’s all I can live on
And if I see you down the line
We’ll count the miles that we put on

I’ve gotta say my last goodbye
In the morning I’ll be gone
You see I’m off to live my life
Cause it’s all I can live on
And if I see you down the line
We’ll count the miles that we put on
Cause it’s all I can live on
In the morning I’ll be gone
Cause it’s all I can live on
paroles & musique : Michel Berger
éditions musicales Colline / Universal Music Publishing

enregistrée pour la première fois par Michel Berger sur :
QUE L'AMOUR EST BIZARRE | album 1975

enregistrée par Véronique Sanson sur :
ZÉNITH 93 | album public 1993
COMME ILS L'IMAGINENT | vidéo 1995
AVEC VOUS | album public 2000
paroles : droits de reproduction réservés
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
7ÈME | album 1979

figure également sur :
L'OLYMPIA 1985 | album public 1986

démo de travail 1979 inédite incluse dans :
ET VOILÀ | coffret intégrale 2008 (CD 8)
Ça fait longtemps que je me demande pourquoi
J’ai toujours un doute quand il s’agit de toi
Mais c’est normal c’est demain que je te vois
Et ça me fait toujours un peu froid
Je me fais toute belle, je me peins les yeux en noir
Comme la reine Isabelle quand elle recevait le soir
Je me prépare pendant des mois
Quand j’ai rendez-vous avec toi
Je me sens bien quand même
Car je sais que tu aimes

Que je danse pour toi
Que je danse depuis l’aube jusqu’au matin
Que je chante pour toi
Des mélodies, des musiques et des riens

Tu m’as dit d’être à la Bastille à 5 heures
C’est toujours pareil, ça me fait quelque chose au cœur
Je suis électrisée à mort
J’ai un sourire dans tout mon corps

On pourrait prendre le train de 5 heures
Aller faire un tour à Honfleur
Ou si il pleut, si ça te fait peur
On restera blottis tous les deux
Alors on ira au cinéma
On mangera de la barbe à papa
Mais tout est dans ma tête
Et c’est là que tout s’arrête

Tu n’es pas venu
Et je suis seule au milieu de la rue
Ça ne pose pas de problème pour moi
Je reste là et j’attends ta venue

Viens viens viens
Viens viens là-haut
Bien bien bien
Bien bien au chaud
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
PLUSIEURS LUNES | album 2010

figure également sur :
LE CIRQUE ROYAL DE VÉRONIQUE SANSON | album public & video 2012
Si toutes les saisons
Dormaient dans ma maison
Si tous les enfants
étaient sûrs d’avoir raison
On serait plus tranquilles
Dans ce monde immobile
On serait moins dociles
Dans ce monde difficile

Y aurait de la neige en avril
Tout le monde serait content
On perdrait pas le fil
Des années et du temps
C’était toujours dans l’île
Qu’on pêchait des poissons
Une manière habile
D’éviter les garçons

Si tout est facile
Je reste à la maison
Si tous mes enfants
Avaient raison d’avoir raison
Et même s’ils nous empêchent
D’avoir une vie à nous
On les emmène au parc
Avec tout le monde debout

J’ai joué aux billes
Avec une bande de marlous
J’étais juste une fille
Et je savais les rendre fous
C’était tous des hiboux
Des cailloux, des genoux
C’est bon d’être un petit bout
Et la vie on s’en fout !
paroles & musique : Michel Berger
éditions Bertrand De Labbey / Colline / Universal Music Publishing

enregistrée pour la première fois par Michel Berger sur :
MICHEL BERGER (Cœur brisé) | album 1973

enregistrée par Véronique Sanson sur :
D'UN PAPILLON À UNE ÉTOILE | album 1999
paroles : droits de reproduction réservés
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

démo 1967 inédite, par Véronique Sanson avec les Roche Martin,
incluse dans : ET VOILÀ | coffret intégrale 2008 (CD 1)
Le soleil a mis ses rayons devant ma porte
J’ai entendu de toi un murmure inaudible
Viens
Je t’apprendrai comment être fleur invisible
Être source
Qui susurre sans bruit quand sa belle eau retombe
Viens
Je montrerai ma biche qui sort de l’onde
Pourtant nue

Un ruban de soleil a caressé ta peau
Et j’ai senti ta main effleurer mon épaule
Vois
Regarde l’albatros qui ne peut plus voler
Et puis Dieu
Qui reposant sur nous fait tout pour nous combler
Vois
Humblement ce que nous nous étions forgé
Continue

La chaleur du soleil nous a bien fatigués
Rentrons à la maison et allons nous coucher
Viens
Moi je te coucherai dans un lit de velours
Et les murs
Je les peindrai en or pour montrer notre amour
Viens vite
Moi cela fait vingt ans que j’attends que tu viennes
Que tu viennes
paroles & musique : T-Bone Walker
éditions Cherry Lane France

de son titre original Call It Stormy Monday (But Tuesday Is Just As Bad), créée par T-Bone Walker, mythique chanteur et guitariste de blues, qui l'enregistre en 1947, et devenue un standard, reprise entre autres par B. B. King, Albert King, Jethro Tull, Eric Clapton, The Allman Brothers Band...
souvent titrée Stormy Monday Blues, au risque de la confondre avec un morceau antérieur (1942) portant ce titre.
Véronique la propose souvent en rappel improvisé, seule au piano.

version piano/voix enregistrée pour RTL en 1992 incluse dans :
ET VOILÀ | coffret intégrale 2008 (CD 22)
They call it Stormy Monday
But Tuesday's just as bad
They call it Stormy Monday
But Tuesday's just as bad
Wednesday's worse
And Thursday's all so sad

The eagle flies on Friday
And Saturday I go out and play
The eagle flies on Friday
And Saturday I go out and play
Sunday I go to church
And fall on my knees and pray

Lord have mercy
Lord have mercy on me
Lord have mercy
Lord have mercy on me
I'm crazy 'bout my baby
Lord please send her back home to me

comme sur beaucoup de vieux standards, nombreuses variations sur les paroles suivant les interprétations
paroles & musique : Michel Berger
éditions musicales Colline / Universal Music Publishing

enregistrée pour la première fois par Michel Berger sur :
MON PIANO DANSE | album 1976

enregistrée par Véronique Sanson sur :
AVEC VOUS | album public 2000
paroles : droits de reproduction réservés
paroles : Yves Duteil
musique : Yves Duteil et Véronique Sanson
éditions de l'Écritoire / Piano Blanc

enregistré par Yves Duteil sur : (FR)AGILES | album 2008

figure aussi sur (FR)AGILES, Yves Duteil au Théâtre Dejazet | DVD 2009

une musique composée à quatre mains a inspiré à Yves Duteil un portrait explicitement dédié à Véronique, sensible et touchant. Il en raconte la genèse et propose un extrait en écoute, sur son blog.
Dans le silence de la nuit
Je vois se dérouler ta vie
Sur un vieux film en noir et blanc
Avec ta soeur et tes parents

Dans ce bonheur en harmonie
Leurs voix te parlent sans un bruit
Sur ces images un peu fragiles
Du temps où tout semblait facile

À quel instant le film se casse, ici
Alors que tout semblait écrit ?
Vers quels tumultes et quelles frayeurs, depuis
Aura pu t'entraîner la vie ?

À toujours fuir
Là où l'amour t'attire
Toujours partir
Vers le meilleur du pire
Tu veux t'enfuir
Là où l'amour t'aspire
Ouvrir tes ailes
Où le désir t'appelle

Sur le clavier du grand piano
Une musique et quelques mots
Ont dessiné ta vie entière
Avec ses ombres et ses lumières

De tes amours inachevées
Tu fais des images enchantées
Qui nous emportent avec douceur
Dans la violence et dans la peur

À quel endroit est-ce que tout casse, un jour
Quand tu voudrais parler d'amour ?
Et peu importe de brûler ta vie
Comme un enfer au paradis

Tu dois partir là où le feu t'attire
Tu dois t'enfuir et ne plus revenir
Toujours partir là où l'amour t'aspire
Quitte à souffrir, tu dois toujours t'enfuir

Entre les rires et les sanglots
Là où ton coeur cherche ses mots
Il reste tant d'amour à dire
Et de musique à nous offrir

Tu nous as fait voler si haut
En déposant sur ton tempo
Des oasis en plein désert
Et des printemps pour tout l'hiver

Dans le silence de la nuit
Je vois se dérouler ta vie
Enrubannée comme un cadeau
Sur le clavier du grand piano
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
EN CONCERT | 45 tours 1983

figure également sur :
VÉRONIQUE SANSON (album blanc) | album 1985
L'OLYMPIA 1985 | album public 1986
SYMPHONIQUE SANSON | album public 1990
ZÉNITH 93 | album public 1993
COMME ILS L'IMAGINENT | album public & vidéo 1995,
    en duo avec I Muvrini
LE CIRQUE ROYAL DE VÉRONIQUE SANSON | album public & video 2012

version studio 1983 incluse dans :
PETITS MOMENTS CHOISIS | compilation 2007
ET VOILÀ | coffret intégrale 2008 (CD 9)
Quelquefois je sens les mystères
De toutes les choses que je comprends mal
Comme si j’étais toute seule sur terre
À rechercher un idéal
Quand l’amour le plus fou de la Terre
Se débat dans une odeur de fin
Je dis que c’est ça la vraie misère
Je dis que le temps est assassin
Et je veux plus rien
Je veux plus rien du tout

Je veux plus d’amour, même rebelle
Je veux plus d’amour même si j’étais celle
Qui regardait, tendre et cruelle
Faner les amoureux quand j’étais belle
Je veux plus d’amour, Monsieur
J’ai brûlé mes maîtres
Et amoureuse, j’ai peur de l’être
Pour avoir vu, sombre et cruelle
Faner les merveilleux faiseurs de rêves
Et mourir les tendresses déçues

Quand je vois toutes les colères
Que l’on encaisse et que l’on subit
Je dis que l’amour c’est comme l’enfer
Je dis que sa force est dans sa lie
Et j’aurai beau tout faire et refaire
Je serai seule et sans lendemain
Pour moi c’est ça la vraie misère
Je dis que le temps est assassin
Et je veux plus rien
Je veux plus rien

Je veux plus d’amour, même fidèle
Je veux plus d’amour même si j’étais celle
Qui regardait, tendre et cruelle
Faner les amoureux quand j’étais belle
Je veux plus d’amour, Monsieur
J’ai brûlé mes maîtres
Et amoureuse, j’ai peur de l’être
Pour avoir vu, sombre et cruelle
Faner les merveilleux faiseurs de rêves
Et mourir les tendresses déçues

Et pourtant, comme toujours
Je me dis « Allez, allez
Je suis bien trop forte
Pour en avoir assez
Et encore et toujours
Je veux vouloir aimer
Je veux vouloir aimer »

Quand l’amour le plus fou de la Terre
Se débat dans une odeur de fin
Je dis que c’est ça la vraie misère
Je dis que le temps est assassin
Et je veux plus rien
Je veux plus rien du tout

Non, je veux plus d’amour, même rebelle
Je veux plus d’amour même si j’étais celle
Qui regardait, tendre et cruelle
Faner les amoureux quand j’étais belle
Je veux plus d’amour, Monsieur
J’ai brûlé mes maîtres
Et amoureuse, j’ai peur de l’être
Pour avoir vu, sombre et cruelle
Faner les merveilleux faiseurs de rêves
Et mourir les tendresses déçues ¹

(Et mourir les tendresses déçues)


¹ Au fil des enregistrements, apparition de ces merveilleux... et de mes tendresses...
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
ZÉNITH 93 | album public 1993

figure également sur :
COMME ILS L'IMAGINENT | vidéo 1995

nouvelle version 2007 en duo avec Bernard Lavilliers incluse dans :
ET VOILÀ | coffret intégrale 2008 (CD 21)
Quand je pense que c'est la même lune
Qui brille pour toi
Qui brille pour moi
Moi je me dis que c'est la même fortune
Qui rit pour toi
Qui rit pour moi
Tu es loin mais y a un petit coin qui scintille
Autour de toi
Qui vient de moi
Et je jongle avec les étincelles
Qui sont cachées
Au fond du ciel

Peut-être on n'aura jamais d'avenir
Tant mieux pour toi
Et zut pour moi
Tu es peut-être passé à coté du pire
Je veux dire du vrai désir
Et du vrai moi
On peut mourir d'amour mais mon amour
C'est pire que tout
C'est pire que nous
Comme si l'aube ratait le matin
Qu'y ait plus d'soleil
Qu'y ait plus rien

Quand je pense qu'en une seule seconde
Y a des milliers d'ondes
Qui rayonnent en toi
Pour moi tu es la plus belle chose du monde
Et je te veux
Rien que pour moi
Je me sens comme une hirondelle gelée
Qui peut plus voler
Qui agonise tout bas
Qui met sa force dans un dernier baiser
Sans trop savoir
S’il arrivera

Sur la mémoire de Loguénolé
L’odeur de nuit
Et des fleurs fanées
Sur la mémoire des jasmins de Liège
Sur toi et moi
Sur nos baisers
Je jure qu'on ira danser
Sur les menhirs
Enluneillés, dans
Les tourbillons de la mer déchaînée
L'un contre l'autre
Dans l'air salé

Sur la mémoire de Loguénolé
L’odeur de nuit
Et des fleurs fanées
Sur la mémoire des jasmins de Liège
Sur toi et moi
Sur nos baisers
Je jure qu'on ira danser
Sur les menhirs
Enluneillés, dans
Les tourbillons de la mer déchaînée
L'un contre l'autre
Dans l'air salé
paroles & musique : L. Lucas (Véronique Sanson)

enregistré par Jeremy Faith (avec Véronique Sanson) sur :
JEREMY FAITH and the St-Mathews Church Choir : JESUS | 33 tours 1971

un projet gospel-pop, monté par Michel Berger avec un obscur chanteur hippie autrichien qu'il présente comme une révélation américaine. Énorme succès à la clef. Véronique utilise le nom de sa famille maternelle comme pseudonyme pour signer ce titre, et n'est pas créditée au chant, alors que sa prééminence aux chœurs en fait un quasi-duo.
paroles : droits de reproduction réservés
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
PLUSIEURS LUNES | album 2010

Je vis dans un autre monde
Dans un autre univers
Et j’essaie désespérément de faire partie du vôtre
De sa planète à elle

J’y arrive pas malgré les efforts
Fulgurants
Qui envoient des éclairs en elle
Magnifiques acteurs du ciel

Je plie sous un monde immonde
Où les secondes tournent à l’envers
Et j’espère désespérément que le ciel me réponde
Avant que je ne tombe

Je reconnais tous mes torts
Accident
Comme le péché originel
Magnifique menteur du ciel

Tout dépend d’elle
De voler la vie d’un autre
Tout dépend d’elle
De ses sbires et ses apôtres
Elle était si belle pendant que je la tuais
J’étais vraiment sans pitié pour elle
Elle, si fidèle, et moi rebelle

Je vous souhaite d’avoir un seul éclair dans vos vies
J’ai de la peine
De vous voir avoir de la peine pour moi aussi
J’ai appelé la mort toute ma vie
Elle me rappelle qu’à chaque instant ma Jézabel
Était à ma merci

Tout dépend d’elle
De voler la vie d’un autre
Tout dépend d’elle
De ses sbires et ses apôtres
Elle était si belle pendant que je la tuais
J’étais vraiment sans pitié pour elle
Elle, si fidèle, et moi rebelle
Elle, criminelle, je dépends d’elle

Je l’aimais plus que la vie
Et moi je l’attendais tranquille
Et sans effort
Comme l’eau qui dort, ma belle mort

Elle m’attend, belle et somptueuse
Elle est là en moi, mais généreuse
Aussi de me donner le temps qu’il me reste

Tout dépend d’elle
Comme un navire sans capitaine
Tout dépend d’elle
De me priver de la vue du ciel
Elle était si belle pendant que je la tuais
J’étais vraiment sans pitié pour elle
Elle, si fidèle, et moi rebelle
Elle, criminelle, je dépends d’elle
Elle, éternelle, pauvre demoiselle
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
AMOUREUSE | album 1972

figure également sur :
ZÉNITH 93 | album public 1993

maquette piano/voix 1971 incluse dans :
AMOUREUSE 1972-2012 | réédition 2012
Tout est cassé tout est mort
Tout nous vide et nous endort
La vie ce n’est pas ça
Il faut qu’elle soit autrement
Comprenez-vous
Et tout commencera
Il le faut maintenant
Et voyez-vous
Plus jamais il n’y aura

Il n’y aura même plus d’Amérique
Et plus de pays chimérique
Tous les talents comme les oiseaux
Auront volé sur l’Atlantique
Vers nous

Tout éloigne de la musique
Pourtant elle est vraiment fantastique
La vie ce n’est pas ça
Il faut qu’elle soit autrement
Rappelez-vous
Et tout commencera
Commençons maintenant
Le voulez-vous
Plus jamais il n’y aura

Il n’y aura même plus d’Amérique
Et plus de pays chimérique
Tous les talents comme les oiseaux
Auront volé sur l’Atlantique
Vers nous

Il n’y aura même plus d’Amérique
Et plus de pays chimérique
Tous les talents comme les oiseaux
Auront volé sur l’Atlantique
Vers nous

Il n’y aura même plus d’Amérique…
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
VÉRONIQUE SANSON (album blanc) | album 1985

figure également sur :
L'OLYMPIA 1985 | album public 1986
SYMPHONIQUE SANSON | album public & vidéo 1990

version piano/voix 1991 incluse dans :
ET VOILÀ | coffret intégrale 2008 (CD 22)
Petit coco
Sous les méridiens
Petit poulot
Qui scintille au loin
Y a nos ondes
Qui voyagent pour rien
Du bout du monde
Par le même chemin

Dans mes bois
Ton bonhomme de neige
Se sent las
D’évincer les pièges
Sur son lac
Aux sapins gelés
Balayés
Par d’étranges vents
Mon amour
Nous on s’aime
Nous on aime
Tout va bien

Même s’il faut se taire
Qu’est-ce que ça peut faire
C’est si peu au regard des étoiles

Oh aimez-le
Pour sa solitude
Aimez-le
Pour sa lassitude
Petit coco
Sous les méridiens
Petit poulot
Qui scintille en vain
Mon amour
Nous on s’aime
Nous on aime
Tout va bien
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
DE L'AUTRE CÔTÉ DE MON RÊVE | album 1972

figure également sur :
ZÉNITH 93 | album public 1993
Il faut que je lui dise que l’été est là
Mais il ne m’entend pas
Il fait comme si je n’étais pas là
Le soleil brille déjà sur les eaux du Cap
Et moi
Pourquoi pas moi ?
Pourquoi rester là ?

Je suis toute seule
Emmène-moi sentir l’odeur de la mer
Je suis toute seule
Empêche-moi d’être toujours de l’hiver
Si tu me laisses une seconde
Je m’en irai courir le monde
Et tu sais que je suis infidèle
Méfie-toi quand s’allumera l’étincelle
De l’infidèle

Si tu restes comme ça jusqu’à la moisson
Assis sur l’édredon
Tu vois bien que ta tête s’endort
Tu vas perdre le temps qu’il te reste encore
Et moi
Pourquoi pas moi ?
Pourquoi rester là ?

Je suis toute seule
Emmène-moi sentir l’odeur de la mer
Je suis toute seule
Empêche-moi d’être toujours de l’hiver
Si tu me laisses une seconde
Je m’en irai courir le monde
Et tu sais que je suis infidèle
Méfie-toi quand s’allumera l’étincelle
De l’infidèle

Je suis toute seule…
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
7ÈME | album 1979

figure également sur :
AU PALAIS DES SPORTS | album public 1981
LE CIRQUE ROYAL DE VÉRONIQUE SANSON | album public & video 2012
Il est parti comme il était venu
Sans un mot
Avec un sourire au coin de ses lèvres
Et moi
Je rêve encore de lui
Toutes les nuits

Juste ses pas sur le tapis carré
Dans la nuit
Ses yeux qui me voient dans l’obscurité
Sa voix
Que j’entends dans mon rêve
Triste et belle

Change mon destin
Touche-moi de loin
Je t’appelle pour rien
Mais ce que je crains c’est de passer

Toute une vie sans te voir
C’est ça qui me fait mal
C’est ça qui me fait vieillir
Toute une vie sans te voir
À seulement t’imaginer
Je suppose
Comme un pauvre prisonnier
Ou bien comme un homme qui donne
Tout

Il est parti comme il était venu
Sans un mot
Avec une larme coulant sur ses lèvres
Et moi
Je rêve encore de lui
Toutes les nuits

Je reviens de loin
Et je reviens de tout
Mais ce que je crains
C’est de savoir que je vais passer

Toute une vie sans te voir
C’est ça qui me fait mal
C’est ça qui me fait vieillir
C’est ça qui me fait maudire
Certains choix du hasard
Voilà
Le temps passe et passera
J’ai déjà des cheveux gris
Et je ne peux plus brûler ma vie

Toute ma vie sans te voir
C’est ça qui me fait si mal
C’est ça qui me fait vieillir
Et j’ai perdu mon âme
Quand j’ai perdu ton sourire
Un jour
Quand j’ai tué mon amour
J’ai déjà des cheveux gris
Et je ne peux plus brûler ma vie

Toute ma vie sans te voir
C’est ça qui me fait mal
C’est ça qui me fait vieillir
Toute une vie sans histoires
À seulement t’imaginer
Tout seul
Comme un pauvre prisonnier
Ou bien comme un homme qui donne
Et qui donne pour oublier

Toute une vie sans me voir
C’est ça qui me fait mal
C’est ça qui me fait vieillir
C’est ça qui me fait maudire
Certains choix du hasard
Voilà
Le temps passe et passera
J’ai déjà des cheveux gris
Et je ne peux plus brûler ma vie

Toute ma vie sans te voir…
instrumentale, musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée sur :
LONGUE DISTANCE | album 2004
 
 
 
paroles & musique : Violaine Sanson
éditions Pathé Marconi

enregistrée par les ROCHE MARTIN sur :
IL EST TEMPS DE PENSER À LA NEIGE | super 45 tours 1967

réédité en CD sur :
SIXTIES GIRLS vol. 3 | compilation Magic Records 2001
et sur ET VOILÀ | coffret intégrale 2008
Il n’y a pas d’émotions fortes
Dans notre vie
Tu fermes doucement la porte
Tu as peur du bruit

Le chat est assis sur la fenêtre
Des petits chatons vont naître
Tu ne veux pas voir, tu t’enfuis
Tu as peur du bruit

Sans choc, toujours pareil
Pour toi la vie continue
Manger, dormir au soleil
Suffit à te rendre ému

J’aime ton amour tranquille et sauvage
Mais vois-tu, je m’ennuie
Il nous vaut mieux tourner la page
J’ai besoin de bruit

Pour moi ce n’est pas pareil
Je veux que ma vie continue
À l’ombre d’un autre soleil
Gaie ou triste mais émue
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
VANCOUVER | album 1976

figure également sur :
LIVE AT THE OLYMPIA | album public 1976
Comme
Passent les nomades
Où chantent les cascades

Je l’ai dans ma tête
Tous les matins

Toi
Tu me tournes le dos
Tu ne dis pas un mot
Pourtant si tu me connais bien

Tu sais que j’t’aime bien
Tu sais que j’t’aime
Tu sais que j’t’aime bien
Tu sais que j’t’aime
Tu sais que j’t’aime bien
Tu sais que j’t’aime
Tu sais que j’t’aime bien
Tu sais que j’t’aime
Et tu tournes en rond
Tu te fâches pour de bon
Mais tu sais que j’t’aime bien

Comme
La couleur de l’air
Je ne la vois pas

Mais je l’ai dans ma tête
Tous les matins

Toi
Tu te sens oublié
Tu te sens volé
Pourtant si tu me connais bien

Tu sais que j’t’aime bien
Tu sais que j’t’aime
Tu sais que j’t’aime bien
Tu sais que j’t’aime
Tu sais que j’t’aime bien
Tu sais que j’t’aime
Tu sais que j’t’aime bien
Tu sais que j’t’aime

Mais tu sais que j’t’aime bien
Tu sais que j’t’aime
Tu sais que j’t’aime bien
Tu sais que j’t’aime
Tu sais que j’t’aime bien
Tu sais que j’t’aime
Tu sais que j’t’aime bien
Tu sais que j’t’aime
Et tu tournes en rond
Tu te fâches pour de bon
Mais tu sais que j’t’aime bien

Et tu tournes en rond
Tu te fâches pour de bon
Mais tu sais que j’t’aime bien
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée sur :
INDESTRUCTIBLE | album 1998
Vous croyiez tous que j’étais costaud
Et vous aviez raison
Dans l’au-delà je rejoindrai tous les tyrans
Ils ont des comptes à me rendre
Mao
Pétain
Staline
Hitler
Mussolini
Chou En-Lai
Tchang Kai-Shek
Gengis Khan
Attila
Pol Pot
Guillaume le Conquérant
Rudolf Hess
Eichman
Tous les rois imbéciles
Qui n’ont régné qu’en tuant

J’ai toujours vécu dans un monde d’hommes
En plein sourire dans un non-dit
Celui qui a mangé la pomme
Ce n’est pas une femme, Dieu me l’a dit

Tous n’ont été que violence
Et constructeurs de destruction
Et si les vraies valeurs leur manquent
Je peux leur vendre mes illusions

Je renaîtrai toujours de mes cendres
Qu’ont provoqué leurs incendies
Pathétiques, miséreuses et dantesques
Impitoyables et sans merci

Vous croyiez tous que j’étais costaud, hein ?
Et vous aviez raison
Dans l’au-delà je rejoindrai tous les tyrans
Ils ont des comptes à me rendre
Pinochet
Ceaucescu
Franco
Mobutu
Noriega
Et Duvallier
Bokassa
Amin Dada
Néron
Torquemada
Tous les rois imbéciles
Qui n’ont régné qu’en tuant

Je ne vivrai pas dans un mouroir, non
Personne n’aura jamais ma peau
Mes solitudes obligatoires
Resteront clouées dans mon dos

Au plus profond de mes espoirs
J’ai cru qu’on m’enverrait plus haut
Celui qui est venu me voir
Avait du venin dans ses os
Et il ne saura jamais, jamais
La fin de l’histoire
paroles & musique : Bernard Swell
éditions Piano Blanc/Swellito

enregistrée sur :
INDESTRUCTIBLE | album 1998
Le ciel peut toujours s’écrouler
La nuit peut toujours se déchirer
Il est là près de moi
Je l’ai choisi tout bas
Je l’ai laissé faire
C’est un amour qui m’irait bien

Puisque mon âme est si légère
Qu’elle peut enfin quitter la terre
Laisser mon corps à ses douleurs
Comme un univers qui se meurt
Depuis le fond de mon sommeil
De cette galaxie sans soleil
J’espère encore vivre demain
Je cherche un amour qui m’irait bien

Alors pourquoi cette attitude
Cet isolement toujours plus rude
Je renonce à l’ennui de cette toute petite vie
Qu’on a voulue pour moi
Plutôt me taire que de dire oui

Et si la vie loin des lumières
Est parfois lourde et sans mystère
Elle a le mérite de ma plaire
Quoi qu’en disent les langue de vipères
Toutes ces attaches et tous ces liens
Inscrits dans les lignes de ma main
J’espère les vivre encore demain
Je cherche un amour qui m’irait bien

Et ce désir de tout détruire
L’irrésistible envie de fuir
Lorsque le bonheur se dévoile
Limpide et clair, mais sans étoiles
Je lui ferai mordre la poussière
C’est le prix fort de mon enfer
J’espère vivre encore demain
Je cherche un amour qui m’irait bien
paroles & musique : Bernard Swell
éditions Piano Blanc/Swellito

enregistrée sur :
INDESTRUCTIBLE | album 1998
Est-ce qu’on respire encore quand on s’endort ?
Est-ce qu’on peut vraiment vivre après la mort ?
Cet Éden qu’on espère
Qu’est-ce que ça peut bien faire ?

Faut-il pour être sûr d’avoir son nom sur la liste
Être divinement égoïste
Comme un Bouddha jamais triste
Un être idéal ?

D’où viennent ces nuages dans la paix du ciel ?
Où se cache le courage quand la haine est sur les lèvres ?
Un peu plus d’élégance
On est tout de même en France

Faut-il malgré ce que disent la morale et l’éthique
Être divinement égoïste
Comme un Bouddha jamais triste ?

Un être idéal
Quelqu’un de normal
Ni Gandhi, ni Superman
Tout ce qu’il faut d’âme
Pour être là quand on a mal

À quoi sert l’amour si c’est comme une arme
Dont la blessure met du sel dans les larmes ?
Ce goût de fiel amer
Ne plus jamais s’y faire

Faut-il pour mettre fin à cette douleur qui insiste
Être divinement égoïste
Comme un Bouddha jamais triste ?

Un être idéal
Quelqu’un de normal
Ni Gandhi, ni Superman
Tout ce qu’il faut d’âme
Pour être bien quand on a mal

Faut-il pour être sûr d’avoir son nom sur la liste
Être divinement égoïste
Comme un Bouddha jamais triste

Un être idéal
Quelqu’un de normal
Ni Gandhi, ni Superman
Tout ce qu’il faut d’âme
Pour être bien quand on a mal

Quelqu’un de normal
Ni Gandhi, ni Superman
Tout ce qu’il faut d’âme
Pour être bien quand on est mal

Un être idéal…
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
MOI, LE VENIN | album 1989

figure également sur :
À L'OLYMPIA 89 | album public 1989

vidéo 1989 incluse dans ET VOILÀ | coffret intégrale 2008 (DVD 4)
nouvelle version 2007 en duo avec Clémentine Célarié incluse dans :
PETITS MOMENTS CHOISIS | compilation 2007
ET VOILÀ | coffret intégrale 2008 (CD 21)
Lobotomiser tout l’univers
Je voudrais lobotomiser
Tous les tueurs qui sont sur Terre
Lobotomiser la terre entière
Qu’est-ce qu’il faut changer
Pour qu’on soit vraiment bien sur Terre
Toutes les marées noires
C’est pas du hasard
S’ils me volent mon avenir
Et tous mes souvenirs
Ça leur fait pas peur
C’est infernal, mais c’est normal

Je voudrais vous lobotomiser pendant l’hiver
Pendant que vous avez le dos tourné
Pendant qu’il est encore temps de le faire

Non, c’est pas nous on obéit aux ordres
Non, c’est pas nous on obéit aux normes
Les syllabes incolores dehors
Non, c’est pas nous les tous petits commis
Non, c’est pas nous les tous petits fourmis
Puits de science à deux sous, dehors

Laissez-nous vivre
Et laissez-nous mourir vieux
Sans imbéciles
Et sans caca dans les yeux
Tonnes de mercure
Un million d’ordures et hop !
Tonnes de cyanure
Et un peu d’air pur et hop !

Lobotomiser tout l’univers
Je voudrais lobotomiser
Tous les pollueurs de rivières
Toutes les marées noires
L’ozone à l’hectare
Qui s’envole dans l’avenir
Ça nous vole nos souvenirs
Ça leur fait pas peur
C’est immoral, mais c’est normal

Non, c’est pas nous on obéit aux ordres
Non, c’est pas nous on obéit aux normes
Les syllabes incolores dehors
Non c’est pas nous les tous petits commis
Non c’est pas nous les tous petits fourmis
Puits de science à deux sous, dehors

Laissez-nous vivre
Et laissez-nous mourir vieux
Sans imbéciles et sans caca dans les yeux
Tonnes de mercure
Un million d’ordures et hop !
Tonnes de cyanure
Et un peu d’air pur et hop !

Laissez-nous vivre
Et laissez-nous mourir vieux…
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
LE MAUDIT | album 1974

figure également sur :
LIVE AT THE OLYMPIA | album public 1976
AU PALAIS DES SPORTS | album public 1981

version studio alternative 1974 incluse dans :
ET VOILÀ | coffret intégrale 2008 (CD 4)
Je voulais faire une chanson pour toi
Mais j’ai oublié tous les mots
Pourtant je l’ai au bout de mes doigts
Je l’ai au bout du piano
Mon cœur qui bat sous ma chemise
Ne me répond plus comme avant
Peut-être a-t-il eu des pensées grises
Et pleure des larmes de sang

Un peu plus de noir
Vient dangereusement
Troubler ma mémoire
Caresser ma raison
J’ai encore l’espoir
Qui vient dangereusement
Dois-je encore y croire
Lui donner un peu de temps

Si seulement je fais une chanson gaie
Juste une seule fois dans ma vie
Peut-être que j’aurai enfin trouvé
Une autre façon de pleurer
Mais là je serai fière de mes larmes
Je ne serai plus abandonnée
J’aurai enfin trouvé une arme
Contre la triste réalité

Un peu plus de noir
Vient dangereusement
Troubler ma mémoire
Caresser ma raison
J’ai encore l’espoir
Qui vient dangereusement
Dois-je encore y croire
Lui donner un peu de temps

Un peu plus de noir…
paroles & musique : Michel Berger
éditions CMBM

enregistrée pour la première fois par Michel Berger sur :
ÇA NE TIENT PAS DEBOUT | album 1990

enregistrée par Véronique Sanson sur :
D'UN PAPILLON À UNE ÉTOILE | album 1999
AVEC VOUS | album public 2000
paroles : droits de reproduction réservés
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

démo 1967 inédite, par Véronique Sanson avec les Roche Martin,
incluse dans : ET VOILÀ | coffret intégrale 2008 (CD 1)
Une chanson
Que je te fais
Que je t’écris et que je t’offre
Des mots qui viennent tout exprès
Des mots d’amour
Et recommence
Des mots d’amour
Et recommence

Mais ton sourire
Tu me le tends
Comme un saphir
Comme un diamant
Illuminant ta figure
Et ce sentiment si pur
Toi tu me l’offres comme ça
Et puis si simplement

Le temps des joies
S’en est allé
Demain déjà tu t’en iras
Sur mes joues une larme a perlé
C’est l’amitié
On se dira
C’est l’amitié
On se dira

Mais ton sourire
Il restera
Comme un saphir
Rien que pour moi
Pour moi si beau souvenir
Il restera dans mon cœur
Une tristesse mêlée
D’un immense bonheur
paroles & musique : Violaine Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
VANCOUVER | album 1976

figure également sur :
LIVE AT THE OLYMPIA | album public 1976
Une maison après la mienne
Il y a des gens différents
Ils ont des fleurs et des volets bleus
Et ils rient tout le temps
Et ils ont l’air contents
Ils sont beaux
Et moi je les vois de loin

Une maison après la mienne
Il y a un garçon très beau
Il peut porter un cheval à bout de bras
Et parfois il caresse un peu son chat
Et je l’aime
Je le vois toujours de loin

Il a l’air tellement heureux
Il a bien trop de charme
Parfois je sens des larmes
Me monter du fond de mes yeux
Quelquefois c’est merveilleux

Une maison après la mienne
Il y a un morceau de moi que j’ai laissé
J’ai gardé au fond de mon cœur froid
Un pincement un peu sournois
Et j’ai peur
Quelquefois d’aller trop loin

Il y a tant de rires
Il y a tant de joie
Au fond de mon cœur qui bat
Pour une paire de volets bleus
Pour un garçon trop heureux

Une maison après la mienne
Il y a des gens différents
Ils ont des fleurs et ils rient tout le temps
Une maison après la mienne
Il y a des gens différents
Ils ont des fleurs et ils ont l’air contents
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
DE L'AUTRE CÔTÉ DE MON RÊVE | album 1972

figure également sur :
LIVE AT THE OLYMPIA | album public 1976
COMME ILS L'IMAGINENT | album public & vidéo 1995,
    en duo avec Marc Lavoine
Je l’ai regardé sourire
Il m’a parlé de la vie
Maintenant je veux m’endormir
Une nuit sur son épaule
Une nuit sur son épaule

Je le veux calme et tranquille
Je le veux tout simplement
Je voudrais qu’il s’abandonne
Une nuit sur mon épaule
Une nuit sur mon épaule

Je lui dédie mes sourires
Et même tous mes éclats de voix
Il me donne sans me le dire
La violence de son regard
Voilà
Tout simplement
Oh je l’aime
Oh je l’aime

Quand je lui joue du piano
Ses cheveux caressent mon dos
Je lui donnerai ma musique
Une nuit sur son épaule
Une nuit sur son épaule
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Productions Musicales France-Étoile / EMI Music

enregistrée pour la première fois par Isabelle sur :
QUAND MICHEL CHANTE | super 45 tours 1969

enregistrée par Véronique Sanson sur :
SANS REGRETS | album 1992

cette chanson a fait l'objet d'une démo par Véronique Sanson en 1969,
qui figure dans ET VOILÀ | coffret intégrale 2008 (CD 1)
Une odeur de neige est arrivée ¹ jusqu’ici
Neige couleur de neige qui m’a fait penser à lui
Quand il me disait : « Allons danser là-bas
L’orchestre n’est pas bon
Oh ne dis pas non »
Et ne croyez pas que je l’ai vite oublié
Je voudrais le revoir cette année
Je voudrais le revoir

Je repense au train que j’ai pris jusque là-bas
Je pense à ces amis chez qui j’étais autrefois
Quand il me disait : « Allons nous promener,
Les chemins sont très longs
Oh ne dis pas non »
Et ne croyez pas que je ne vais plus y penser
Je voudrais le revoir cette année
Je veux le retrouver

Oh, mais cela n’est qu’un rêve
Et les minutes en sont brèves ²

Et quand au chalet si tout le monde parlait
Je savais bien quand c’était lui qui me regardait
Quand il me disait qu’on n'avait pas besoin ³
De parler tous les jours
Pour s’aimer d’amour
Et ne croyez pas que je l’ai vite oublié
Je voudrais le revoir cette année
Je voudrais le revoir

Une odeur de neige est parvenue jusqu’à moi
Neige couleur de neige qui m’a fait penser à toi
Quand tu me disais : « Allons danser là-bas
L’orchestre n’est pas bon
Oh ne dis pas non »
Et ne croyez pas que je l’ai vite oublié *
Je voudrais le revoir cette année
Je veux le retrouver

Oh, mais cela n’est qu’un rêve
Et les minutes en sont brèves

Une odeur de neige est arrivée jusqu’ici
Neige couleur de neige qui m’a fait penser à lui
Quand il me disait : « Allons danser là-bas
L’orchestre n’est pas bon
Oh ne dis pas non »
Et ne croyez pas que je l’ai vite oublié
Je voudrais le revoir cette année
Je voudrais le revoir


dans la version originale chantée par Isabelle :
¹ parvenue
² les images en sont brèves
³ Quand il me disait : « on n’a jamais besoin… »
* que je ne vais plus y penser
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
VANCOUVER | album 1976

figure également sur :
LIVE AT THE OLYMPIA | album public 1976
ZÉNITH 93 | album public 1993
OLYMPIA 2005 | album public 2005
LE CIRQUE ROYAL DE VÉRONIQUE SANSON | album public & video 2012
Aller de ville en ville
Ça je l’ai bien connu
Je mène ma vie
Comme un radeau perdu
Les gens de la nuit
Sont toujours là quand il faut
Ils vous accueillent avec des rires et des bravos

Les vapeurs d’alcool
Ça je les connais bien
Les cheveux qui collent
Au front des musiciens
Et c’est difficile
Le choix d’une vie
Je rêve de choses dont j’ai réellement envie

Je chante
Dans le port de Vancouver
Je chante
Sur des souvenirs amers
Et je danse, je danse
C’est bien
Je ne vois jamais le matin
Et c’est bien

À midi je suis dans mon lit
Et je rêve de quelque chose
À minuit je suis dans la ville
Et je cherche quelque chose

Les randonnées folles
Ça je les connais bien
Les filles qui volent
Autour des musiciens
Les gens de la nuit
Sont toujours là quand il faut
Ils vous appellent avec des rires et des bravos
Le son du silence
Il faut l’avoir connu
J’appelle la chance
Qui n’est jamais venue
Et c’est difficile
Le choix d’une vie
Je rêve de choses dont j’ai réellement envie

Je chante
Dans le port de Vancouver
Je chante
Sur des souvenirs amers
Et je danse, je danse
C’est bien
Je ne vois jamais le matin

Et je chante
Dans le port de Vancouver
Et je lance
Des menaces dans les airs
Et je danse, je danse
C’est bien
Je ne vois jamais le matin
Et c’est bien

À midi je suis dans mon lit
Et je rêve de quelque chose
À minuit je suis dans la ville
Et je cherche quelque chose

À midi je suis dans mon lit
Et je rêve de quelque chose
À minuit je suis dans la ville
Et je cherche bien

À midi je suis dans mon lit
Et je rêve de quelque chose…
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
LE MAUDIT | album 1974

figure également sur :
LIVE AT THE OLYMPIA | album public 1976
AU PALAIS DES SPORTS | album public 1981

version piano/voix 1973 incluse dans ET VOILÀ | coffret intégrale 2008 (CD 3)
(dans les versions publiques 1973, le texte n'est pas encore définitif)
Véronique
C’est mon nom
Dis-moi le tien
Et garde-le
Je sais bien
Ce que tu veux de moi
Et c’est magique
J’ai plus ma tête à moi
So I just sing
Stoned again

Il y a des gens
Qui viennent à moi
Qui ont une vie de comédie
Mais qui ne le savent même pas
Ils ont de drôles
De drôles de cadeaux pour moi
Et c’est dommage
J’ai plus ma tête à moi
So I just sing
Stoned again

Je connais mes ennemis
Ils ont le temps et le goût de gâcher ma vie
Drôle de vie
Drôles de gens
Drôle de pays

Drôle de vie
Drôle de pays

Il y a des jours
Où j’ai plus ma raison
Plus d’horizon, de religion
Et plus d’amis
Je suis si seule
Que j’ai mal à l’âme
Et c’est dommage
J’ai plus ma tête à moi quelquefois
So I’ll just sing
That song again
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
AMOUREUSE | album 1972

figure également sur :
LIVE AT THE OLYMPIA | album public 1976

version studio 1969 inédite incluse dans :
ET VOILÀ | coffret intégrale 2008 (CD 1)

maquette piano/voix 1971 et version anglaise incluses dans :
ET VOILÀ | coffret intégrale 2008 (CD 2 & 3)
AMOUREUSE 1972-2012 | réédition 2012

La pluie coulait sur la fenêtre
Le ciel n’était pas clair
Mais le jardin était vert vert vert
Et devant moi celui que j’aime

Mais tout est trop calme
Pas de bruit infernal
Jamais de son original
Sauf celui de mon cœur
Quand il bat en mineur

Le vent de septentrion est là
Je reste à la maison
Pour écouter crépiter le feu
Le tam-tam du vent
Est déjà loin

Et tout est si calme
Pas de bruit infernal
Jamais de son original
Sauf celui de mon cœur
Quand il bat en mineur

La pluie coulait sur la fenêtre
Le ciel n’était pas clair
Mais le jardin était vert vert vert
Et devant moi celui que j’aime

Mais tout est trop calme
paroles & musique : Bernard Swell
éditions Piano Blanc/Swellito

enregistrée sur :
LONGUE DISTANCE | album 2004

Sous les plis de mon âme
Dans les marais
De Floride ou d’Espagne

Invisible aux étrangers
Une ville aux villas d’été
Un océan de paix


Dans les brouillards de mai
Où les amants
Pleurent d’avoir trop aimé
C’est là
Que je te retrouverai
Inchangé par ces années
Qui nous ont séparés

La vie se fuit de moi
Elle file entre mes doigts
C’est comme une mauvaise manie
La maladie d’être ici
Quand tous les autres sont partis
Et que tout sombre dans l’oubli

Ici
C’est le givre et le gel
Même en été
La rivière est moins belle
Ici
Tous les volets sont fermés
L’improbable est enchaîné
Et les rêves oubliés

La vie se fuit de moi
Elle file entre mes doigts
C’est comme une mauvaise manie
La maladie d’être ici
Quand tous les autres sont partis
Et que le spectacle est fini

La vie se fuit de moi
Elle file entre mes doigts
Ma douce et tendre ennemie
Ma jolie dame de compagnie
Elle m’abandonne au bout de la nuit
Jusqu’à la porte de son pays
Tout près d’ici
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
SANS REGRETS | album 1992

figure également sur :
LE CIRQUE ROYAL DE VÉRONIQUE SANSON | album public & video 2012

version piano/voix enregistrée pour RTL en 1992 incluse dans :
ET VOILÀ | coffret intégrale 2008 (CD 22)
Bon Dieu
Pourquoi vous imaginer vieux
Avec une barbe jamais rasée
Et des tonnerres plein les yeux
Mais peut-être
Vous n’êtes qu’un petit voyageur
Que l’amour m’a envoyé
Pour que batte mon cœur
Et qu’il arrive à l’heure

Oh, j’ai beaucoup voyagé
Je suis partie sans le vouloir
Mais j’ai comme des pierres dans ma mémoire
Je comme un pion qu’on peut pas jouer
Tout seul

On dit
Que j’ai beaucoup trop brûlé ma vie
Que c’est honteux que je sois ici
Avec des étoiles plein les yeux
Mais si Dieu
Avait vraiment voulu son dû
Il y a longtemps qu’il m’aurait eue
Un ronibus, au coin de ma rue
Ou quelque chose comme ça

Oh, j’ai beaucoup voyagé
Je suis partie bien avant l’heure
Mais j’ai tout brûlé comme la cigale
Je ne veux surtout pas être pardonnée
Si mal

On dit aussi
Que mon regard est déjà flou
Que c’est une chance que je tienne debout
Que ma chandelle est presque à bout
Mais si Dieu
Avait vraiment voulu sa proie
Il m’aurait tuée au coin d’un bois
Devant ces hommes si charitables

Oh Dieu
J’ai tout voulu de toi tout de suite
J’ai oublié que tu allais trop vite
Mais si j’ai pas pu voler ton âme
Oh j’ai pris ton chagrin
Pour moi
Comme toi
Un jour

Oh Bon Dieu
Pourquoi vous imaginer vieux
Avec une barbe jamais rasée
Et des tempêtes plein les yeux
Mais peut-être vous n’êtes qu’un petit visiteur
Que l’amour m’a envoyé
Pour que batte mon cœur
Et qu’il s’arrête pile à l’heure
paroles : Véronique Sanson |
musique : Véronique Sanson, Mehdi Benjelloun
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
PLUSIEURS LUNES | album 2010

Si les abeilles vont ailleurs
Si les baleines sont en pleurs
Tellement bien, tellement loin d’ici
Y a vraiment de quoi avoir peur
Tellement rien, tellement loin d’ici
On fait pas partie des leurs

Quand les gorilles impubères
N’auront plus d’avenir sur terre
Plus de forêts, pour grandir en paix
On a déjà volé leurs terres
Vous et moi on regarde en l’air
On a vraiment laissé faire

Tous les jours à coups de piques
La peur montre son poing
Ils se pardonnent à coup de fric
Avec une arme dans la main
Vivre dans leurs villes
Si vous êtes tranquilles
Pas moi
Qui peut dire qu’on savait pas ?
Exciser les filles
D’un coup de lame intime
Pourquoi ?

Pour leur voler l’horizon
Ils mettent leur visage en prison
L’air de rien, menteurs, assassins
Ils n’ont vraiment peur de rien
Invisibles, toutes ces vies broyées
Effroyable humanité

Tous les jours à coups de piques
La peur montre son poing
Ils se pardonnent à coup de fric
Avec une arme dans la main
Vivre dans leurs villes
Si vous êtes tranquilles
Pas moi
Tous les sourires qu’on verra pas
Parfumer les filles
Avant qu’on les mutile
Pourquoi ?
paroles : Christian Terzian
musique : Michaël Hernandez
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
LONGUE DISTANCE | album 2004

figure également sur :
OLYMPIA 2005 | album public & vidéo 2005
Deux colombes se font la guerre
Sous la tonnelle
Bruissement d’ailes
Colombes qui étaient naguère
Comme des jumelles

Deux oiseaux de mauvais augure
Lourds de menaces
Face contre face
Se lamentent pour un mur
Se déchirent pour une place

Deux cousins se font la chasse
Visent les yeux
Dénient les cieux
Deux gamins de la même race
Du même lieu

Oh, pour quel dieu ?
Pour quel bout de désert ?
Pour quel lopin de terre ?
Où vont toutes nos prières ?
Oh pour quel dieu ?
Quel amour improbable ?
Pour quelle vue sur la mer ?

Un Caïn qui tue la chance
D’avoir un frère
Un partenaire
Un Abel qui crie vengeance
Jusqu’à souiller sa propre terre

Deux colombes se convoitent
Un territoire
Un toit de tôle
Colombes ivres d’indépendance
En confondant les rôles

Oh, pour quel dieu ?
Pour quel bout de désert ?
Pour quel lopin de terre ?
Où vont toutes nos prières ?
Oh pour quel dieu ?
Quel amour improbable ?
Pour quelle vue sur la mer ?

Oh, pour quel dieu ?
Pour quel bout de désert ?
Pour quel lopin de terre ?
Où vont toutes nos prières ?
Oh pour quel dieu ?
Quel amour improbable ?
Pour quelle vue sur la mer ?

Oh, pour quel dieu ?…
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
VANCOUVER | album 1976

figure également sur :
SYMPHONIQUE SANSON | album public & vidéo 1990

version piano/voix 1975 incluse dans :
ET VOILÀ | coffret intégrale 2008 (CD 5)
I want to sing you a little song
And apologize to you
For all the pain I didn’t see
When you really needed me
I didn’t know
And if I was a rock’n roll singer
Maybe you’d love me a little more
But I’m trying my best
To stay the way I am
For you

Even if I’m talking crazy
Even if I’m living crazy
I’m always gambling my heart again
But I love it
But I love it
That way
That way

And it’s sad in a way
I’ve got to go
To the land I’ve been loving so
Where the wind goes by
Singing every night
For a bunch of people that’ll never know
How strong
How strong
We are
When we’re together

But happiness
I’ll never gamble on it
I don’t want your money
Don’t want a crowd of people
Don’t want a crowd of people
When I want to hold your hand
And make it magic

Go sing your songs tonight
You’ll always be in the middle of my mind
We’ve got the same smile
We’ve got the music in our minds
Going on, going on

I want to sing very softly
That little song
You know my mind
Will ever be strong
Cause the same purpose
We’re reaching first is us

Even if I’m talking crazy
Even if I’m living crazy
I’m always gambling my heart again
But I love it
But I love it
That way
When we’re together
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée pour la première fois sur :
HOLLYWOOD | album 1977

figure également sur :
AU PALAIS DES SPORTS | album public 1981
ZÉNITH 93 | album public 1993
COMME ILS L'IMAGINENT | vidéo 1995
Y a pas de doute là faut que je bouge
Toujours à la même heure quand le soleil se couche
Ça m’arrive quand j’ai le cafard
Même quand tout va bien j’ai l’impression d’avoir
Mille voix

Qui chuchotent et qui viennent dire à mon oreille
Qu’est-ce qu’y a
Qu’est-ce que t’as
Qu’est-ce que t’as
Qu’est-ce qu’y a

Qui bourdonnent dans l’air comme un essaim d’abeilles
Qu’est-ce que t’as
Qu’est-ce qu’y a
Lève-toi
Lève-toi

Je les écoute
Moi je les écoute

Y a pas de doute là faut que j’y aille
Et comme tous les jours changer de paysage
Chaque fois que j’ai envie de rire
Chaque fois que l’amour m’enlève à mon délire
J’entends mille voix

Qui chuchotent et qui viennent dire à mon oreille
Qu’est-ce qu’y a
Qu’est-ce que t’as
Qu’est-ce que t’as
Qu’est-ce qu’y a

Qui bourdonnent dans l’air comme un essaim d’abeilles
Qu’est-ce que t’as
Qu’est-ce qu’y a
Lève-toi
Lève-toi

Moi je les écoute
Moi je les écoute
Elles guident ma route
Et moi je les écoute dire

Y a pas de doute là faut que j’m’en aille
Et comme tout le temps changer de paysage
Ça m’arrive quand j’ai le cafard
Même quand tout va bien j’ai l’impression d’avoir
Mille voix

Qui chuchotent et qui viennent dire à mon oreille
Qu’est-ce qu’y a
Qu’est-ce que t’as
Qu’est-ce que t’as
Qu’est-ce qu’y a

Et bourdonnent dans l’air comme un essaim d’abeilles
Qu’est-ce que t’as
Qu’est-ce qu’y a
Qu’es-ce qu’y a
Qu’est ce que t’as

Éternellement là comme un essaim d’abeilles
Qu’est-ce qu’y a
Qu’est-ce que t’as
Qu’est ce que t’as
Qu’es-ce qu’y a

Éternellement là comme un essaim d’abeilles
Qu’est-ce qui a
Qu’est-ce que t’as
Qu’est ce que t’as
Qu’es-ce qui a

Éternellement là comme un essaim d’abeilles…
paroles & musique : Véronique Sanson
éditions Piano Blanc

enregistrée sur :
LONGUE DISTANCE | album 2004
Quand je vous vois quitter le bal
Avec vos yeux tout plein de flammes
Que l’un de vous se sent bizarre
Y a quelque chose là-dessous
Y a quelque chose là-dessous

Vous avez une peur titanesque
Qu’arrive soudain une arabesque
Vous vous regardez comme des loups
Y a quelque chose là-dessous
Y a quelque chose là-dessous

Et nos secrets qu’on garde en nous
Déversent leur folie sur nous
Comme une immense coulée de lave
Qui détruirait même les plus sages
Y a quelque chose là-dessous
Y a quelque chose là-dessous

Et quand il en regarde une autre
C’est que l’amour est vraiment pauvre
Tu pourrais vraiment te méfier
Qui ait quelque chose là-dessous
Qui ait quelque chose là-dessous

La plus belle âme qui nous fait peur
C’est celle qu’on garde au fond de nous
Comme au début du Moyen-Age, ils mentaient
Ils brûlaient l’amour
Ils brûlaient les fous

Et, et les secrets qu’on garde en nous
Au point qu’il faille qu’on prenne sur nous
La solitude et ses hasards
Je vois pas en quoi ça les regarde

Il faudra tous qu’on quitte le bal
Avant qu’on ait vraiment trop mal
Si on se tue tous entre nous
C’est qu’y a quelque chose là-dessous
Y a quelque chose là-dessous

Il faudra tous qu’on se séduise
Une femme, un homme, qu’on se le dise
Et si on tombe tous à genoux
C’est qu’y a quelque chose là-dessous
Y a quelque chose là-dessous
paroles & musique : Michel Berger
éditions musicales Colline / Universal Music Publishing

enregistrée pour la première fois par Michel Berger sur :
BEAUSÉJOUR | album 1980

enregistrée par Véronique Sanson sur :
AVEC VOUS | album public 2000
paroles : droits de reproduction réservés
paroles & musique : Antonio Sánchez Reyes
éditions Peer Music International (PIC)/SEMI France et territoires SACEM

enregistrée sur :
PLUSIEURS LUNES | album 2010

ce titre, créé dans les années 1940/50 sur un rythme de conga, est devenu un standard de la musique populaire cubaine, repris par de nombreux musiciens latino-américains.
Tú que me decías
Que Yayabo no salía más

Tú que me decías
Que Yayabo no salía más

Yayabo está en la calle
Con su último detalle
Y su ritmo sin igual

Ah ah ah
Yayabo ya se va

Ah ah ah
Yayabo ya salió